En immersion dans un cours de licence de lettres

Par Amélie Petitdemange, publié le 16 Novembre 2021
6 min

Vous êtes intéressé par une licence de lettres mais vous ne savez pas à quoi vous attendre ? Sélection, types de cours, charge de travail, poursuite d'études, insertion professionnelle… des étudiants et une professeure de Sorbonne Université vous font découvrir leur formation de lettres modernes.

Ce midi, les étudiants en première année de lettres modernes assistent à un cours de "Grammaire et histoire de la langue". Ils sont installés dans le plus grand amphithéâtre du site Malesherbes, qui accueille les étudiants de première et deuxième années de la Sorbonne. L’ambiance est calme et studieuse, plus de 200 étudiants pianotent sur leur ordinateur ou prennent des notes sur feuille volante. Face à eux, l'enseignant chercheur délivre un cours magistral, appuyé d’un Power Point.

"Nous alternons entre des CM (cours magistraux) non obligatoires et des TD (travaux dirigés). Personnellement, je vais quand même en CM, c’est très utile car on a des informations supplémentaires", commente Thibault. Le jeune homme de 18 ans suit attentivement le cours depuis le fond de l'amphithéâtre.

Lire aussi

Un emploi du temps sur-mesure grâce aux options dès la L1

Les cours l’intéressent, puisqu’il a créé lui-même son emploi du temps. Sorbonne Université propose quatre options dès la première année de licence de lettres, afin de colorer son parcours. Thibault a opté pour l’option "Littératures et langue françaises, centrée sur l’étude de la littérature française et comparée, de la langue française, du latin et d’une langue vivante".

Selon lui, réussir en licence de lettres nécessite de bonnes connaissances en histoire et en géographie, ainsi qu'une bonne maîtrise des langues étrangères et si possible du latin ou du grec. En terminale, il avait choisi les spécialités "Humanités, littérature et philosophie" et "Théâtre".

Thibault étudiant en 1re année de lettres modernes à Sorbonne Université.
Thibault étudiant en 1re année de lettres modernes à Sorbonne Université. // © Amélie Petitdemange

Lire aussi

Culture littéraire et autonomie clés pour réussir en licence de lettres

Pour Aya, 19 ans, il est essentiel d’être à l’aise avec la langue française, d’avoir une bonne culture littéraire et d’être autonome pour réussir en licence de lettres. "C'est très différent du lycée : nous sommes beaucoup plus libres, livrés à nous-mêmes. Les professeurs ne sont pas derrière nous pour nous dire quoi faire", témoigne l’étudiante. Elle conseille également d’apprendre à bien prendre des notes rapidement.

Un ressenti confirmé par Anne-Pascale Pouey-Mounou, responsable de la licence de lettres à Sorbonne Université. "Pour entrer dans cette formation, il faut savoir travailler par soi-même et beaucoup lire et écrire. Nous demandons de bonnes qualités rédactionnelles et de la culture littéraire".

Lire aussi

Une licence ouverte aux profils littéraires mais pas que

Elle affirme cependant que la licence de lettres est accessible à des profils très variés tant que vous êtes capable de vous investir et de travailler. Tous les bacs sont ainsi recrutés, même si les bacs professionnels et technologiques doivent faire preuve d’un bon niveau et de capacité d’adaptation.

Lors de la sélection, une attention particulière est portée aux notes de français, philosophie, langues vivantes, histoire-géographie, mais aussi mathématiques et latin si vous en avez fait. "En termes d’options, c'est un avantage d'être très littéraire mais certains scientifiques s’en tirent très bien", assure Anne-Pascale Pouey-Mounou.

16 heures de cours par semaine et autant de travail personnel

En licence de lettres modernes, vous aurez environ 16 heures de cours par semaine, et au moins autant de travail personnel. Aya travaille par exemple six heures par semaine et davantage avant les examens. "Il faut s’attendre à beaucoup d’histoire, de littérature et de mythologie. Nous avons aussi un cours d’analyse littéraire et un cours de langue au choix. Vous devez aussi faire du latin et le grec est en option", témoigne l’étudiante.

"C’est une formation très complète, notamment grâce aux options et aux ateliers professionnels", explique la responsable de la licence. Obligatoires dès la première année, les ateliers professionnels vous aident à construire un CV, à trouver le métier vers lequel vous orienter, à rencontrer des professionnels

Lire aussi

De la théorie à la professionnalisation

"L'accompagnement est réel lors de ces ateliers et des TD. Les professeurs connaissent bien leurs élèves", affirme Anne-Pascale Pouey-Mounou. En cours magistral, la pédagogie est différente, les effectifs atteignant plusieurs centaines d'étudiants.

Le début du cursus est davantage dispensé par des enseignants-chercheurs afin d’acquérir les fondamentaux. Les étudiants alternent entre du travail individuel, des exposés et des travaux de groupe. Petit à petit, des professionnels interviennent dans la formation (éditeurs, journalistes, écrivains, poètes…). Les étudiants en troisième année réalisent par exemple des ateliers d’écriture romanesque et poétique avec une écrivaine.

Lire aussi

Editeur, journaliste, professeur… quels métiers après une licence de lettres ?

Après les trois ans de licence, la majorité des étudiants poursuit en master. De nombreux choix s’offrent à eux : master édition, master journalisme, master communication, master de littérature française, master d’études médiévales, master MEEF (préparation au CAPES), master Sciences du langage, master Métiers de l'édition et de l'audiovisuel… ou encore des écoles comme le Celsa.

Les métiers visés sont aussi variés, comme professeur, éditeur, scénariste, journaliste, écrivain ainsi que tous les métiers de la communication.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !