1. Supérieur
  2. Master / MBA/ Mastère
  3. Pour quel master en lettres et langues opter ?
Décryptage

Pour quel master en lettres et langues opter ?

Envoyer cet article à un ami
Les masters de lettres et langues offrent des débouchés très divers : marketing, documentation, traduction... // © SIphotography/iStock
Les masters de lettres et langues offrent des débouchés très divers : marketing, documentation, traduction... // © SIphotography/iStock

Enseignement, traduction, journalisme, tourisme, commerce international... les masters s’adressant aux profils littéraires ou aux étudiants férus de langues ne manquent pas ! Voici quelques pistes pour s’y retrouver.

Vous avez déjà acquis, durant vos trois premières années d’études, la maîtrise du français ou d’une autre langue, une bonne capacité d’analyse et de synthèse, la faculté d’organiser vos idées et les rédiger clairement, mais vous êtes soucieux d’affiner votre profil de façon à atteindre un niveau d’excellence dans votre discipline ? Vous êtes le candidat idéal pour entamer un master en lettres ou en langues.

Comment choisir son master en lettres et langues ?

Sachez que l’offre de masters dans le secteur des lettres et des langues est très vaste. Avant de vous lancer tête baissée dans la liste des intitulés, commencez par identifier le métier vers lequel vous souhaitez vous diriger.

Lire aussi : Poursuite d'études : "trouver mon master" un portail national pour choisir son master

Cette réflexion sur l’après-études vous aidera à déterminer le master qui vous y conduira. Ensuite, consultez les prérequis universitaires et demandez-vous si cela correspond à votre projet professionnel et si vous avez les compétences suffisantes qui sont incontournables pour accéder à ce niveau d’études. Les masters de lettres et langues offrent des débouchés très divers : marketing, documentation, traduction…

Quels sont les débouchés ?

Contrairement aux idées reçues, les masters de lettres ou de langues ne conduisent pas uniquement aux métiers de l’enseignement public ou privé, même si ces derniers constituent le débouché traditionnel. Ces profils sont en effet de plus en plus nombreux dans les entreprises et les administrations, où des postes sont à pourvoir en marketing et communication, publicité, documentation, édition, journalisme ou traduction.

Lire aussi : Le master et le concours pour devenir prof vont changer

Comment postuler à un master en lettres et langues ?

L’admission en master 1 est conditionnée par l’obtention d’un diplôme bac+3 : licence LEA (langues étrangères appliquées) ou LLCER (licence langues, littératures et civilisations étrangères et régionales), par exemple, pour la mention langues ; lettres modernes, lettres classiques, bi-licence lettres-langue, pour la mention lettres. Une entrée en M2 est aussi possible pour les titulaires d’un M1 dans la même discipline.

D’une durée de deux ans, ce diplôme universitaire propose une orientation professionnelle, recherche ou indifférenciée. Le master pro conduit à la vie active, tandis que celui de recherche est un passage obligé pour accéder au doctorat (bac+8). La sélection se fait sur dossier (complétée d’un entretien pour les plus sélectifs et concours pour les masters en journalisme) à l’entrée en première année.

Lire aussi : Quelle insertion professionnelle pour les diplômés de master ?

Quels contenus pour les programmes de masters ?

Le master mention lettres est la continuité de toutes les licences de lettres : modernes, classiques, bi-disciplinaires, lettres appliquées. Si le programme est variable selon l’établissement d’origine, il associe souvent un socle commun, comprenant les fondamentaux en littérature et une spécificité (moindre en M1 et forte en M2) : histoire et théorie littéraires, préparation aux métiers de l’enseignement (MEEF), linguistique, lettres modernes à l’international, FLE (français langue étrangère)…

Du côté du master langues, le programme sera radicalement différent selon que vous optez pour un parcours axé sur l’enseignement, la traduction ou l’interprétariat, le commerce international, le tourisme ou les relations internationales. L’enseignement passe toutefois par une maîtrise totale d’au moins une langue étrangère, une connaissance approfondie de la culture et des enjeux sociétaux du ou des pays correspondants, doublée d’une forte appétence pour un autre secteur d’activité (droit, économie, gestion, management, marketing) pour le cas où vous vous tourneriez vers un parcours LEA (Langues étrangères appliquées). Quelle que soit la mention, la formation s’achève sur un stage obligatoire d’environ six mois ou la rédaction d’un mémoire.

Lire aussi : Master, MSc, Mastère Spécialisé… Faites la différence !

Quid des masters en grande école ?

À l’instar des profils scientifiques et commerciaux, les disciplines littéraires et linguistiques ont également leurs écoles dédiées. Une filière cependant très exigeante, réservée aux meilleurs étudiants.

Les ENS. Parmi les ENS (écoles nationales supérieures), Lyon et Paris (Ulm) accueillent plus de littéraires que de scientifiques. Le diplôme de l’ENS de Lyon, qui confère le grade de master, par exemple, déploie dix-sept parcours différents dans les domaines des lettres et langues, dont six pour la préparation à l’agrégation. Pour accéder au M1, il faut avoir obtenu une licence ; pour entrer en M2, il faut être titulaire d’un M1 ou équivalent dans la discipline visée.

Lire aussi : Sélection en master : quel bilan ?

L’Inalco. L’Institut national des langues et civilisations orientales est spécialisé dans l’enseignement des langues orientales. Huit mentions de master sont inscrites au catalogue, dont DDL (didactique des langues), management et commerce international, relations internationales ou SDL (sciences du langage).

Les écoles de traduction/interprétariat. Une dizaine d’écoles privées et publiques délivrent des diplômes grade master, accessibles avec un bac+3 minimum, pour préparer les futurs experts multilingues. Les plus connues sont l’ESIT (École supérieure d’interprètes et de traducteurs), l’ISIT (Institut de management et de communication interculturels) et l’ESTRI (École supérieure de traduction et relations internationales). La formation dure deux ans et comprend généralement un stage d’au moins six semaines.