1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Ce qu’il faut savoir avant d’étudier… au Royaume-Uni
Boîte à outils

Ce qu’il faut savoir avant d’étudier… au Royaume-Uni

Envoyer cet article à un ami
2.000 étudiants français ont réalisé une partie de leur cursus au Royaume-Uni en 2016. // © Adobe Stock/ A-StockStudio
2.000 étudiants français ont réalisé une partie de leur cursus au Royaume-Uni en 2016. // © Adobe Stock/ A-StockStudio

Troisième destination préférée des étudiants français, le Royaume-Uni attire encore massivement, malgré les incertitudes liées au Brexit. Changements en perspective, logements, coût de la vie… L’Etudiant vous dit tout pour préparer au mieux votre mobilité.

Depuis plusieurs années, le Royaume-Uni oscille entre la première et la deuxième place des destinations Erasmus préférées des français. Il est le troisième pays au monde où les étudiants Français se rendent le plus massivement : plus de 12.000 étudiants y ont réalisé une partie de leur cursus en 2016, selon les chiffres de Campus France). Mais avec la perspective du Brexit, certaines inquiétudes s’expriment à propos des échanges universitaires outre-Manche. Si (comme les Britanniques) vous ne savez plus où donner de la tête, pas de panique, l'Étudiant vous guide pour préparer votre départ.

Des universités reconnues dans le monde entier

Oxford, Cambridge, King’s College… Ces noms d’universités anglaises sont connus – et reconnus sur le marché du travail – dans le monde entier. L’université de Cambridge se hisse d’ailleurs en troisième position dans le classement Shanghai 2019 des meilleures universités mondiales. Elle est le premier établissement européen à apparaître dans ce classement international. Oxford y apparaît à la septième position et l’University College de Londres (UCL) se place à la quinzième. D’autres universités tirent aussi leur épingle du jeu en termes de réputation comme celles de Manchester, Bristol ou Glasgow.

Les études supérieures anglaises se composent en deux étapes : le "undergraduate" qui débouche sur un bachelor (équivalent de notre licence, soit un bac+3), puis le "postgraduate" qui correspond au master (bac+5). Les durées de cycles varient selon les universités, qui sont autonomes.

Pour préparer son entrée dans un cursus spécialisé (comme un cursus artistique ou dans l'ingénierie), une deuxième voie existe, nommée "foundation degree" (en deux ans après le baccalauréat). Ces formations plus professionnalisantes se réalisent souvent en alternance.

Lire aussi : Etudier en Angleterre : "Londres, la ville de toutes les opportunités"

Une incertitude nommée Brexit

Depuis 2016, le Royaume-Uni est secoué par une phase d’incertitude liée au processus de Brexit. La sortie du pays de l’Union européenne est bien officialisée depuis le 1er février 2020 et n’aura aucun impact sur les étudiants actuellement au Royaume-Uni, ni même pour ceux qui comptent partir d’ici le 1er janvier 2021. Des zones d'ombres règnent tout de même notamment au niveau des accords entre les universités françaises et britanniques. Certaines ont d'ailleurs commencé à nouer des partenariats bilatéraux pour poursuivre les programmes d'échanges.

Lire aussi : Brexit : quel impact sur les étudiants en Erasmus+ ?

Concernant la mobilité des étudiants, une fois la sortie effective, vous devriez pouvoir continuer à voyager sans visa, uniquement avec un passeport ou une carte d’identité valide. Une seule certitude : les crédits ECTS (système européen de transfert et d’accumulation de crédits) acquis dans un établissement britannique resteront valables dans toute l’Europe. Pensez aussi à vous munir d’une carte européenne d’assurance maladie. Il vous suffit d’en faire la demande à votre organisme assureur : la carte est gratuite, valable deux ans et permet d’être couvert en cas de maladie.

En attendant, continuer à partir via le programme Erasmus+ semble le meilleur plan à adopter pour les étudiants français : moins onéreux en termes de frais d’inscription, il permet aussi souvent de se loger plus facilement dans le pays (avec des propositions de places dans des résidences universitaires). Prévenez tout de même votre banque de votre départ. Au Royaume-Uni, la monnaie est la livre sterling, soyez donc vigilant sur les taux de change.

Lire aussi : Etudier à l'étranger : ce qu'il faut régler avant de partir

Anticiper ses dépenses, plus importantes qu’en France

Le coût de la vie est plutôt élevé au Royaume-Uni, notamment dans certaines villes comme Londres. D’après les estimations du Coût de l’expat, la vie quotidienne est en moyenne 36% plus chère qu’à Paris.

Coût à Paris Coût à Londres Différence en pourcentage
Loyer mensuel d'une chambre en centre-ville 1.175,49 € 2.186,13 € + 86%
Pass mensuel pour les transports en commun 75 € 181,97 € + 142,60%
Restaurant modeste pour une personne 15 € 19,02 € + 26,80%
Menu fast food 8,90 € 7,61 € – 14,50%
Bouteille d'eau (1,5 L) 0,88 € 0,96 € + 9,10%
Bière locale en pression (0,50 L) 6,50 € 6,34 € – 2,50%
Riz (1 kg) 1,83 € 1,62 € – 11,50%
Pommes de terre (1 kg) 1,92 € 1,56 € – 18,80%

Si vous partez sans programme d’échange, attendez-vous aussi à des frais de scolarité plutôt salés : ils peuvent varier de 4.000 € annuels (pays de Galles et Irlande du Nord) à 10.000 € (en Angleterre).

Côté bourses, vous pouvez bénéficier de l’aide offerte par votre programme Erasmus+ (entre 270 et 370 € par mois) ou encore de l’aide à la mobilité internationale (400 € par mois). Certaines bourses sont aussi proposées par les régions : renseignez-vous auprès de votre Conseil régional.

Lire aussi : Bourses : toutes les aides financières pour étudier à l'étranger

Privilégier les studios des campus

Difficile de trouver un logement à un prix abordable dans de nombreuses villes britanniques, et particulièrement à Londres où les loyers s’envolent. Essayez au maximum d’opter pour les chambres sur les campus (comptez entre 350 et 450 € par mois) ou en colocation (même si les loyers pour une chambre démarrent souvent déjà à 600 € mensuel). Deux sites peuvent vous aider à trouver la perle rare : Spareroom et Easyroomate.

Lire aussi : Ce qu'il faut savoir avant d'étudier…en Suisse

Bons plans étudiants

Pensez à demander votre International student identity card (ISIC). Elle offre quelques rabais sur certaines activités touristiques aux étudiants internationaux : à vous le Shakespeare Globe Theatre et le London Eye ! Autre bon plan à connaître : la Carte Jeunes Européenne, valable un an pour 10 €, vous permet de profiter de réductions partout en Europe.

Renseignez-vous auprès de l'ambassade française au Royaume-Uni ou du site France Diplomatie pour plus d'informations.