Métiers du numérique : comment Orange forme en apprentissage ses futurs data analysts

Par Etienne Gless, publié le 20 Octobre 2020
5 min

Des métiers souffrent de la crise mais gardez le moral : d'autres sont en plein boom ! Reportage au sein de la première promotion du centre de formation d’apprentis d’Orange qui forme aux métiers porteurs du numérique. L’Etudiant a recueilli les témoignages de futurs data analyst.

Ils sont 82 à avoir intégré fin septembre la première promotion du centre de formation d’apprentis (CFA) du groupe Orange. Data analyst, ingénieur cloud, ingénieur cybersécurité ou encore technicien service-client, le CFA de l’entreprise de télécoms inauguré le 16 octobre à Montrouge (92) par la ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne, propose en tout cinq parcours de formation à des métiers très recherchés dans le domaine du numérique.

Lire aussi

Des formations en apprentissage très sélectives

Niveau requis pour entrer au centre de formation d'apprentis du groupe ? Bac+3 minimum, hormis pour le parcours Technicien service client, accessible à des diplômés bac+2. Les 82 apprentis ont été retenus parmi 2.500 candidatures reçues : preuve que l’apprentissage peut se révéler une formation très sélective elle aussi !

"J’ai décidé de me former en alternance car, dans ma recherche d’emploi, on me reprochait d’avoir une formation universitaire jugée un peu trop théorique et de manquer d’expérience", confie Solal, 23 ans, titulaire d’un master en ingénierie du développement économique territorial de l’université de Bordeaux, devenu l'un des 20 apprentis du parcours data analyst retenu parmi plus de 600 candidatures !

"C’est vrai que la sélection est rude, sourit le jeune homme. La préparation des dossiers a commencé en avril, puis nous avons passé un test sur internet avec des questions de logique, de mathématiques et de statistiques. A la suite de ce premier filtrage, nous avons passé des entretiens avec le partenaire pédagogique d'Orange – Global knowledge – pour connaître nos motivations à suivre une formation en alternance. Enfin, nous avons passé des entretiens avec un responsable ressources humaines, notre futur tuteur et maître d'apprentissage et notre futur manager", détaille Solal.

"La sélection pour entrer en apprentissage dans le parcours data analyst est rude : nous étions plus de 600 candidats pour 20 places", confie Solal, 23 ans, diplômé d'un master en ingénierie du développement économique territorial de l'université de Bordeaux.
"La sélection pour entrer en apprentissage dans le parcours data analyst est rude : nous étions plus de 600 candidats pour 20 places", confie Solal, 23 ans, diplômé d'un master en ingénierie du développement économique territorial de l'université de Bordeaux.

Lire aussi

Data analyst, expert en cybersécurité… des métiers très recherchés

Ce matin, les apprentis data analysts effectuent des travaux individuels d’algorithme. "Le métier de data analyst est très recherché, les entreprises ont de plus en plus besoin de ce type de profil", constate Anne Beaugendre-Frénot, qui pilote le parcours de formation de data analyst au sein du CFA qui dure 18 mois. "Ici, les jeunes vont développer leurs compétences techniques mais aussi relationnelles car un data analyst a beaucoup d’interactions avec des personnes très différentes au sein de l’entreprise".

Autres profils très demandés, les experts en cybersécurité ou en informatique dans le nuage (cloud computing). "Embaucher un jeune et lui offrir un contrat d'apprentissage aujourd'hui, c'est le moyen pour une entreprise d'avoir les compétences dont elle aura besoin dans deux ou trois ans, au moment où l'activité économique sera repartie", observe Elisabeth Borne, "Recruter des data analysts, des data scientists c'est améliorer les performances de son organisation. Et cela les entreprises l'ont bien compris et beaucoup continuent d'accueillir des jeunes", ajoute la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Lire aussi

"Le métier de data analyst est en plein essor. La donnée est partout et les entreprises ont besoin de personnes capables de l’interpréter", explique Ibtissame, 25 ans, apprentie data analyst chez Orange.
"Le métier de data analyst est en plein essor. La donnée est partout et les entreprises ont besoin de personnes capables de l’interpréter", explique Ibtissame, 25 ans, apprentie data analyst chez Orange.

L’apprentissage pour soigner l’employabilité

"En alternance, je mets un pied dans le monde professionnel tout en continuant d’apprendre un métier qui m’intéresse et de monter en compétences sur l’analyse de données et l’algorithmie". Affecté à la direction de l’innovation d’Orange, Solal travaille plus précisément sur les données textuelles : "J’analyse tout ce qui se dit sur Orange afin d’améliorer les solutions que nous leur proposons".

Sofia, 22 ans, souhaitait aussi acquérir de l’expérience en rejoignant le CFA : "Je renforce mon employabilité et prépare une insertion en douceur sur le marché du travail", sourit la jeune femme. "L’apprentissage est particulièrement adapté en cette période pour amener les jeunes plus facilement vers l’emploi, confirme Elisabeth Borne. Notre objectif est d’avoir au moins autant d’apprentis en 2020 qu’en 2019 qui était une année historique".

Lire aussi

"Data analyst, expert en cybersécurité... tous les métiers du numérique sont accessibles aux filles. Dans la promotion, nous sommes 12 filles sur 20 apprentis data analysts", explique Hanyatou, 25 ans, titulaire d'une licence informatique de l'université de Cergy-Pontoise.
"Data analyst, expert en cybersécurité… tous les métiers du numérique sont accessibles aux filles. Dans la promotion, nous sommes 12 filles sur 20 apprentis data analysts", explique Hanyatou, 25 ans, titulaire d'une licence informatique de l'université de Cergy-Pontoise.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !