Mobilité : "Erasmus, c'est aussi pour les apprentis !"

Par Etienne Gless, publié le 13 Juillet 2022

Ancien ministre, sénateur et député européen, Jean Arthuis défend la cause de la mobilité Erasmus des apprentis depuis 1995. A la tête de l'association Euro App Mobility qui regroupe 43 centres de formations d'apprentis, il vient d'obtenir de l'argent pour recruter des référents mobilité à temps plein et espère faire bénéficier 10.000 apprentis d'une mobilité longue de plus de trois mois. A l'instar des étudiants de l'université et des élèves de grandes écoles !

"Les apprentis eux aussi doivent pouvoir parler une autre langue que leur langue maternelle, qu'ils aillent à la rencontre du monde, d'autres cultures et développent leurs 'soft skills' c'est-à-dire leur capacité d'adaptation, leur plus grande indépendance". Homme politique, Jean Arthuis est un infatigable défenseur de la cause de la mobilité longue des apprentis en Europe depuis… 1995 ! C'est-à-dire l'année à partir de laquelle le programme Erasmus+ – d'abord pensé pour les étudiants en 1987 – a été ouvert à l'apprentissage.

Lire aussi

De nombreux obstacles à la mobilité longue des apprentis

Mais la route est longue : en raison de multiples obstacles financiers, juridiques ou psychologiques, trop peu d'apprentis partent encore en mobilité, environ 8.000 chaque année contre plus de 45.000 pour les étudiants selon l'agence Erasmus France.

De plus, la grande majorité des apprentis partent pour une mobilité de courte durée, une à deux semaines contre plus de trois mois pour un étudiant de l université ou un élève de grande école. Enfin, le contrat d'apprentissage étant suspendu au-delà d'un mois de mobilité, la rémunération l'est aussi. Et le montant de la bourse Erasmus ne compense pas la rémunération habituellement perçue. De quoi dissuader les candidats au départ.

Lire aussi

Recruter des référents mobilités pour favoriser la mobilité des jeunes apprentis

A la tête d'Euro App Mobility, une association d'intérêt général regroupant 43 établissements de formation en apprentissage, Jean Arthuis a obtenu que l'Etat débloque 17 millions d'euros afin de recruter dans chaque CFA des référents mobilités à temps plein. Du personnel exclusivement dédié à cette tâche : voilà qui devrait permettre de faire grimper rapidement les départs d'apprentis partout en Europe !

Dans cette vidéo :
00:00 : les apprentis doivent effectuer une mobilité pour gagner en autonomie et parler une langue étrangère
00:50 : les apprentis effectuent des mobilités très courtes ou partent après leurs études
01:25 : l'expérimentation Euro App mobility : faire partir plus de jeunes et changer le regard de la société sur l'apprentissage.
02:01 : de nombreux freins bloquent la mobilité des apprentis.
03:14 : la mobilité, essentielle pour doper son employabilité.
03:35 : des conseils pour les apprentis qui hésitent à partir.

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !