1. Bourses étudiantes : la réforme de 2008

Bourses étudiantes : la réforme de 2008

Envoyer cet article à un ami
Plus d’égalité des chances. C’est la volonté affichée par Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a annoncé en juillet 2008 une revalorisation moyenne des bourses sur critères sociaux de 2,5 % à la rentrée 2008. Les seuils des échelons sont remontés de 3,2 %. Une hausse de 10 % est annoncée pour les bourses les plus élevées. Le seuil des revenus des familles pour bénéficier d’une bourse est remonté à 21.000 euros, contre 19.000 euros aujourd’hui. Valérie Pécresse annonce également que ces bourses bénéficieront à 50.000 étudiants de plus. Pour les syndicats d'étudiants, UNEF (Union nationale des étudiants de France) et PDE (Promotion et défense des étudiants) en tête, la hausse des bourses reste insuffisante car "très inférieure à l'inflation" (de 3,3 %) et "elle ne répond pas à la baisse du pouvoir d'achat des étudiants".

Cette revalorisation s'inscrit dans une réforme, plus large, présentée en septembre 2007 par la ministre. Le système, mis en place en 2008, vise à "toucher davantage les étudiants des classes moyennes", en valorisant le mérite et la mobilité. Un effort financier chiffré à 100 millions d’euros.

Simplifier les dispositifs

Le nouveau système passe à trois types de financement : les bourses sur critères sociaux, une aide ponctuelle possible via la création d’un fonds national d’aide d’urgence de 45 millions d’euros (prévue pour la rentrée 2008) et des prêts étudiants cautionnés par l’État (idem). Quant aux critères d’attribution des bourses sur critères sociaux, leur nombre passe de dix à trois : en 2008, le montant de l’aide accordée dépend du revenu du foyer fiscal, du nombre d’enfants à charge et de l'éloignement du domicile. Le nombre d'échelons est passé à six en janvier 2008. Les montants s'élèvent de 1389 € à 3865 € pour l'année 2007/2008. De plus un échelon de bourse dit "zéro" permet à son bénéficiaire d'être exonéré des droits d'inscription et de la sécurité sociale étudiante. En pratique, toutes les aides doivent être versées aux Crous (Centres régionaux des œuvres universitaires et sociales), "chaque étudiant ayant un dossier unique de financement qui le suivra pendant sa scolarité".

Plus d’aides sociales

En janvier 2008, les 100.000 étudiants les plus défavorisés ont vu leur bourse augmenter de 7,2 % par rapport à 2007. Ces 100.000 jeunes sont ceux dont les parents gagnent moins de 7.000 € par an.

Prime au mérite et à la mobilité

Valérie Pécresse a également annoncé la création d’un nouveau dispositif, baptisé Sésame, regroupant des bourses de mérite et de mobilité internationale "accessibles aux étudiants dont les parents ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu". Quelque 30.000 étudiants – contre 15.000 en 2007 – ayant obtenu la mention très bien au bac ou identifiés par leur université parmi les 5 % des meilleurs élèves de leur licence, pourront ainsi décrocher une bourse au mérite d’un montant de 200 € mensuels pendant leur cycle de licence ou de master. En parallèle, Sésame proposera 30.000 bourses de 400 € par mois pour les étudiants qui partent étudier un trimestre ou un semestre à l’étranger. Là aussi, le nombre de bénéficiaires double.

Juillet 2008


Plus d'infos sur le coût réel des études dans notre dossier spécial
Venez en discuter sur notre forum "
Bourses" !