Les bourses pour les étudiants ultra-marins seront augmentées à la rentrée

Par Amélie Petitdemange, publié le 07 Mars 2022
3 min

À compter de l’année universitaire 2022-2023, les étudiants en mobilité de longue distance, en particulier les étudiants ultra-marins, seront plus nombreux à bénéficier d’une bourse et le montant sera majoré.

Bonne nouvelle pour les étudiants ultra-marins. Le montant des bourses sur critères sociaux sera majoré et les étudiants seront plus nombreux à pouvoir en bénéficier dès la rentrée 2022. En effet, les points de charge qui sont attribués pour majorer les plafonds de revenus déterminant l’éligibilité aux bourses sont modifiés. Actuellement, les personnes qui étudient à plus de 250 kilomètres de leur foyer peuvent obtenir jusqu’à deux points de charge.

A partir la rentrée prochaine, les étudiants dont le domicile familial se situe entre 3.500 et 13.000 kilomètres du lieu d'études en France, – notamment les étudiants de la Réunion, de Mayotte, de la Guyane, de la Martinique, et de la Guadeloupe en mobilité dans l’Hexagone -, auront trois points de charge au total. Les étudiants qui effectuent une mobilité de plus de 13.000 kilomètres, – notamment les étudiants de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie Française en mobilité en métropole -, auront quant à eux quatre points.

Lire aussi

Des bourses revalorisées et plus nombreuses pour les étudiants ultra-marins

L’attribution de ces points de charge permettra de majorer le montant des bourses de nombreux étudiants en mobilité déjà boursiers mais aussi de rendre éligibles aux bourses de nouveaux étudiants.

Pour ces derniers, le gain de pouvoir d’achat sera particulièrement élevé avec l’exonération de la contribution de vie étudiante et de campus (la CVEC de 92 €) et des droits d’inscription ainsi que l’accès au repas universitaire à un euro et à des aides complémentaires (aides au mérite, à la mobilité Master, à la mobilité internationale).

Le ministère de l’Enseignement supérieur explique que "le coût financier de la mobilité est particulièrement élevé pour les étudiants ultramarins, en raison des frais de transport aérien, et peut constituer un frein à la poursuite d’études dans l’Hexagone". Il affirme vouloir "lever ce frein en améliorant l’accompagnement des étudiants ultramarins".

Articles les plus lus

A la Une bourses et prêts étudiants

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !