Manifestation contre la réforme des retraites : "Pour avoir une retraite complète, il faudra travailler jusqu’à 67 ans !"

Par Amélie Petitdemange, publié le 19 Janvier 2023
5 min

Toutes les associations étudiantes ont défilé ensemble, ce jeudi 19 janvier, lors de la manifestation contre la réforme des retraites entre les places de la République et de la Nation, à Paris. Leur but : faire reculer le gouvernement sur un projet de loi qui risque de pénaliser les jeunes et notamment les étudiants.

Dès 13 heures ce jeudi, les manifestants affluent des rues adjacentes pour rejoindre la place de la République, à Paris. C'est là que les organisations syndicales ont donné rendez-vous à 14 heures, afin de défiler jusqu’à la place de la Bastille puis la place de la Nation. Elles protestent contre le projet de réforme des retraites, qui prévoit de repousser l’âge de départ à la retraite, progressivement de trois mois par an, pour atteindre 64 ans en 2030.

"C’est historique, tous les syndicats sont d’accords. Même la CFDT et la CGT s’unissent contre cette réforme. Avec les autres associations étudiantes, on peut se taper dessus pendant les élections, mais là, nous sommes sur la même ligne", souligne Félix Sosso, porte-parole de la Fage.

La Fage, l’Unef et l’Alternative mènent en effet des actions communes. Elles sont rassemblées dans le même cortège lors de la manifestation et organiseront des conférences et des distributions de tracts sur les campus. Les organisations syndicales de jeunesse demandent l'abaissement de l'âge de départ à la retraite à 60 ans, la prise en compte des années d’études et le calcul des pensions sur les meilleures années, plutôt que de prendre en compte les petits boulots étudiants.

Lire aussi

Des étudiants directement concernés par la réforme

Selon Félix Sosso, les jeunes – et notamment les étudiants – vont subir de plein fouet cette réforme. "L’âge moyen d’accès à un emploi stable est de 27 ans [selon un rapport du Conseil économique, social et environnemental, NDLR]. Pour avoir une retraite complète, il faudra donc travailler jusqu’à 67 ans !" pointe l’étudiant.

Pour l’Alternative, la jeunesse est pleinement concernée par cette réforme. "Le report de l’âge de la retraite va accroître le chômage des jeunes, qui en sont déjà 2,5 fois plus victimes que la moyenne", assure l’organisation syndicale dans un communiqué de presse.

Des jeunes touchés par le chômage

Una, étudiante en sciences politiques à l’université Paris-Panthéon-Assas (75), est du même avis. "C’est la question de notre emploi qui est en jeu. Si nos ainés ne partent pas à la retraite, cela ne nous libère pas d'emploi", affirme la jeune femme de 21 ans.

Elle souligne aussi que les pensions sont déjà trop basses pour certains retraités, qui sont ainsi contraints de continuer à travailler. "Cet été, j’ai fait de l’intérim au Stade de France. Il y avait une personne âgée de plus de 60 ans, qui arrivait à peine à se baisser et qui a fait un malaise. Pour surveiller nos examens, ce sont aussi des personnes âgées qui ont du mal à boucler leurs fins de mois", s'indigne-t-elle.

Una, étudiante à Assas étaient présente dans le cortège parisien.
Una, étudiante à Assas étaient présente dans le cortège parisien. // © Amélie Petitdemange

Pour Matthieu, étudiant à Nanterre (92), "ce sont les classes sociales les plus précaires et les jeunes générations qui vont payer le prix le plus élevé" de cette réforme. Ce militant au Cercle Ouvrier Internationaliste affirme aussi qu’il est paradoxal de repousser l’âge de départ à la retraite alors que des millions de jeunes ne trouvent pas d’emploi.

"Il faut que la mobilisation prenne dans la jeunesse"

Selon Hugo Prévost, porte-parole de l’Alternative, cette manifestation contre la réforme des retraites n’est qu’un point de départ. Des assemblées générales étudiantes sont en effet prévues pour organiser d’autres événements. "Il faut que la mobilisation prenne dans la jeunesse. Les assemblées auront lieu dans toute la France, notamment le 25 janvier. Les étudiants auront plus de temps, car les partiels seront terminés", pointe-t-il.

"Les étudiants sortent de vacances et de partiels, donc c’est un début. Mais ils sont déjà présents, ici à Paris, et aussi dans les cortèges en province", ajoute Imane Ouelhadj, présidente de l’Unef. Les associations lycéennes et étudiantes ont d’ores et déjà organisé une marche de la jeunesse contre la réforme des retraites, ce samedi 21 janvier.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !