1. Logement : peut-on refuser une offre du CROUS et en obtenir une autre ?
Boîte à outils

Logement : peut-on refuser une offre du CROUS et en obtenir une autre ?

Envoyer cet article à un ami
Les propositions du CROUS parviennent d'habitude fin juin. // © Vadim Yerofeyev / Fotolia
Les propositions du CROUS parviennent d'habitude fin juin. // © Vadim Yerofeyev / Fotolia

Le CROUS ne délivre pas toujours le logement étudiant de vos rêves… Est-ce possible de vous montrer exigeant et de refuser une offre ne correspondant pas à vos attentes ?

Les vœux que l'on fait lorsque l'on envoie son dossier social étudiant restent des vœux… et parfois ne se réalisent pas. Ainsi, on peut être déçu en découvrant certaines propositions du CROUS. Résidence universitaire avec douches communes, appartement trop éloigné du lieu d'études, chambre à partager... Faute de places suffisantes sur le territoire, tous les étudiants ne trouvent pas forcément leur bonheur.

Peut-on refuser une offre ?

Rien ne vous oblige à accepter l'offre de logement du CROUS si elle ne vous convient pas. Vous n'avez aucune obligation. Vous recevrez l'offre du CROUS fin juin, et devrez envoyer un chèque avec le montant d'un mois de loyer avant mi-juillet si vous acceptez ce qui vous est proposé.

Si vous ne le faites pas, le CROUS enregistrera votre refus du logement. Le remboursement du chèque peut toutefois être demandé avant le 15 septembre (15 août pour les résidences conventionnées) en cas d'arrêt des études ou de changement d'académie.

Le CROUS peut-il proposer une offre de remplacement ?

Si un étudiant refuse une offre, il peut se réinscrire sur une liste d’attente, mais sans garantie d’obtenir satisfaction, surtout dans les zones où l’offre de logement est tendue. Des désistements peuvent survenir, mais il faut savoir qu'au départ l’offre est majorée d’un certain pourcentage (très variable selon la résidence) pour les anticiper.

Quels sont les recours possibles ?

Pour le logement en résidence universitaire, si on veut contester la décision du CROUS, on peut adresser un recours gracieux auprès du directeur du CROUS [demande par lettre au directeur de bien vouloir revenir sur sa décision – il n'est pas obligé d'accepter, NDLR], dans les deux mois qui suivent la réception de la notification.

Si par exemple vous n'êtes pas satisfait de la localisation de votre logement, trop éloigné de votre lieu d'études, vous pouvez faire une demande de révision pour être sur une liste d’attente. Mais rien ne garantit son efficacité.

Si je renonce à mon logement universitaire, quelles autres options s'offrent à moi ?

La résidence universitaire du CROUS est généralement la solution de logement la moins onéreuse. Mais il existe d'autres bons plans à saisir... La colocation est souvent la première option choisie par les étudiants, car cela permet d'accéder à un logement plus spacieux qu'un studio, mais aussi de ne pas se sentir seul. Consultez les annonces dans votre futur établissement ou contactez les élèves actuellement dans la place grâce aux réseaux sociaux. Ils sont les plus à même de vous renseigner.

Il existe aussi des colocations à petit prix contre bénévolat, ou encore des dispositifs d'entraide inter-générationnelle, où l'on loge chez un particulier âgé qui a besoin de quelques services et de compagnie. Il existe même une agence immobilière spécialisée dans le logement étudiant. L'essentiel est de ne pas s'y prendre tard, quitte à devoir payer un demi-mois de loyer en plus. C'est parfois une concession à faire pour aborder la rentrée sereinement.