1. Vie étudiante
  2. Trois lauréats reviennent sur l’édition 2020 du concours "Je filme ma formation"
Reportage

Trois lauréats reviennent sur l’édition 2020 du concours "Je filme ma formation"

Envoyer cet article à un ami
Sur le tournage de la vidéo proposée par les étudiants du CESI pour le concours "Je filme ma formation" // © réservé
Sur le tournage de la vidéo proposée par les étudiants du CESI pour le concours "Je filme ma formation" // © réservé

Vous avez pu les découvrir sur YouTube, en visionnant l’émission présentée par l’animateur Guillaume Pley, en ligne depuis le mardi 9 juin ; l’Etudiant a interrogé 3 des lauréats de l’édition 2020 du concours "Je filme ma formation".

À peine sortis du confinement, tous n’avaient pas encore repris le chemin de leur établissement quand ils ont appris leur victoire par écran interposé. Impossible en effet pour l’équipe organisatrice du concours "Je filme ma formation" de réunir comme chaque année les participants au Grand Rex, pour la traditionnelle cérémonie de remise des prix.

La mythique salle de cinéma parisienne a néanmoins accueilli le tournage d’une émission spéciale à laquelle ont notamment participé Stéphane Bern (journaliste), Wendy Bouchard (journaliste et présidente du jury), ou encore Jamy Gourmaud (présentateur de "C’est pas sorcier"), tous convaincus par l’importance de ce concours qui invite pour la 4e année les jeunes à faire découvrir leur formation le temps d’une vidéo. Un challenge pour les 6.276 participants dont le sens de l'organisation et de la créativité ont été mis à l'épreuve, et qui a pris encore plus de sens en période de confinement !

Une préparation intense pour tous

Certains avaient déjà tenté une participation à de précédentes éditions de "Je filme ma formation". D’autres ont découvert le concours cette année, comme Corinne Ayzac, qui enseigne les arts et techniques de la bijouterie au lycée professionnel Amblard, à Valence. "J’ai aimé l’idée de mobiliser ma classe de terminale pour faire découvrir notre formation, qui est rare. Il n’existe que huit écoles publiques."

Joris, 19 ans, a pour sa part été motivé par l’un de ses professeurs qui a fait suivre le message à son petit groupe de six étudiants en 2e année d’apprentissage dans le cursus Réseaux et télécommunication à l’IUT de Béziers. Ils ont eu quinze jours pour finaliser le projet avant de repartir en apprentissage au sein de leur entreprise. "On se retrouvait tous les soirs après les cours. On a rapidement décidé de la trame de la vidéo, puis de la répartition des rôles en fonction des compétences de chacun. On a tout tourné en une seule fois."

C’est l’envie de faire comprendre les spécificités de son école et de contrer les idées reçues sur la prépa qui ont guidé la participation de Louis, 21 ans, qui avait déjà tenté l’édition 2018 du concours. La vidéo que cet élève alternant en première année de cycle ingénieur a présentée avec son école, le CESI, a obtenu le trophée de la com’ (dont L’Etudiant est partenaire) : une comédie musicale haute en couleurs qui a nécessité des mois de préparation pour un jour de tournage… en pleine période de grève !

Leurs meilleurs souvenirs de tournage

Chacune des vidéos a mobilisé des groupes d’étudiants. "Tous mes élèves font au moins une apparition dans la vidéo, et certains se sont investis au-delà, sur le montage, la voix off, la musique… " La vidéo du lycée Amblard est efficace : on passe d’une salle classique à un atelier, on suit la réalisation d’un bijou, on découvre le dessin technique, la manipulation des bagues…

S’il ne s’attendait pas non plus à être primé par le jury du concours, Joris avait remarqué que la vidéo de sa classe se démarquait des autres présentant d’autres formations en IUT. "Les retours ont été bons tout de suite !"

Les 40 étudiants filmés pour la vidéo du CESI, ont été mobilisés par Louis, le chef de projet. "Beaucoup de monde a suivi, jusqu’à l’école qui nous a soutenus dès le début. Même si la comédie musicale n’est pas un genre qui fait l’unanimité. Mais très vite, j’ai entendu le refrain chanté dans les couloirs de l’école par d'autres étudiants !"

Une expérience importante pour leur orientation

Outres les prix associés aux 16 trophées (voyages à New York, séjours en Europe, caméras HD, micros…), les lauréats gardent de cette expérience une grande fierté d’avoir partagé leur formation en vidéo et d’avoir pu aider des jeunes dans leur orientation.

"Mes élèves sont fiers d’avoir pu montrer leur savoir-faire et une facette de la préparation des bijoux qui est mal connue", confirme Corinne Ayzac.

Joris espère pouvoir s’envoler pour le Canada à la rentrée prochaine afin de poursuivre sa formation à l’université du Québec, à Chicoutimi. Ses camarades s’orientent vers des écoles d’ingénieurs ou une licence, excepté l’un deux, convaincu par l’expérience "Je filme ma formation", qui se réoriente dans le montage vidéo !

Louis se félicite de la cohésion montrée par ce concours qui a permis aux participants d’affiner leurs projets professionnels. "L’un de mes camarades s’est décidé à postuler pour une école de montage vidéo. Moi, je reste sur ma voie, j’ai gagné de l’expérience en gestion de projets et en visibilité sur mes réseaux sociaux. J’ai notamment beaucoup de nouveaux contacts sur mon profil LinkedIn !"

Pas impossible de voir l'an prochain certains de ces lauréats "Je filme ma formation" devenir des candidats au concours jumeau, "Je filme le métier qui me plait" !

Pour voir les vidéos auxquelles ont participé nos trois témoins :
Jusqu'au bout des doigts (Lycée professionnel Amblard, à Valence), vainqueur du trophée Diamant
Bref, je suis en Réseau et télécommunication Apprentissage (IUT de Béziers), vainqueur d'un trophée Or
La prépa intégrée du CESI (CESI Nanterre), vainqueur du trophée de la com'