Masques, recrutements, baccalauréat... Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean-Michel Blanquer après la grève des enseignants

Par Clément Rocher, Romain Burrel, publié le 14 Janvier 2022
4 min

Pendant plus de trois heures, les syndicats ont été reçus ce jeudi soir au ministère de l'Éducation nationale. Le but : apaiser les tensions après une journée de forte mobilisation. Au sortir de cette rencontre, Jean-Michel Blanquer a annoncé plusieurs mesures.

La réunion aura duré plus de trois heures, ce jeudi soir au ministère de l'Éducation nationale. Après la forte mobilisation des personnels éducatifs dans tout le pays, le gouvernement a pris soin de recevoir les syndicats d'enseignants.

Une rencontre pilotée par le Premier ministre

Cette grève au sein de l'Éducation nationale a été particulièrement suivie : avec 38,5% de grévistes selon le ministère et 75% selon le premier syndicat du primaire, cette mobilisation est la plus importante depuis 2019.

Trois membres du gouvernement étaient présents à l'occasion de cette réunion : le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le ministre de la Santé par visioconférence, Olivier Véran étant lui-même atteint du Covid, et le Premier ministre, Jean Castex, qui pilotait la rencontre, à la demande expresse des syndicats.

À l'issue de cette réunion marathon, le ministre de l'Éducation nationale a pris la parole et annoncé plusieurs mesures.

5 millions de masques FFP2, des recrutements…

Jean Michel Blanquer a promis la mise à disposition prochaine de 5 millions de masques de type FFP2 "diffusés dans le système scolaire". Pour pallier les absences d'enseignants, des assistants d'éducation et personnel administratif, cas contacts ou atteints par le Covid, le ministre a annoncé le recrutement de 3.300 contractuels. Pour cela, le ministère aura "recours aux listes complémentaires, des personnes présentes sur les listes des concours".

Le ministre a également promis le recrutement de 1.500 assistants d'éducation. La gestion de la vie scolaire a en effet été rendue particulièrement compliquée depuis le début de la crise sanitaire.

En plus de cette mesure, demandée de longue date par les enseignants, Jean-Michel Blanquer a également annoncé une augmentation du fonds visant à financer l'achat de capteurs de CO2 par les différentes municipalités.

Vers un report des épreuves de spécialité du bac ?

Quant aux épreuves de spécialités du bac, que les professeurs jugent intenables au vu du retard accumulé dans les programmes, et qui doivent normalement se dérouler au mois de mars, le ministre a pris l'engagement d'ouvrir des discussions pour "voir s'il est opportun d'avoir un report de ces épreuves de mars vers le mois de juin".

Jean-Michel Blanquer consultera le CNVL (Conseil national de la vie lycéenne) avant de prendre une décision.

Des syndicats satisfaits des réponses mais en attente d'actes

Les représentantes des organisations syndicales se sont exprimées à l'issue de cette réunion. "Nous avons posé beaucoup de revendications et nous avons eu des réponses assez concrètes", a affirmé une représentante syndicale du SNUIpp-FSU.

Les syndicats enseignants attendent également une meilleure méthode de communication de la part du ministre de l’Éducation nationale. "On jugera sur pièce. Reste à voir si les belles paroles seront tenues sur le long terme", soutient Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU.

Des réunions de concertations seront organisées plus régulièrement avec les ministères de l’Éducation nationale et de la Santé.

Un autre type de rencontre, cette fois entre les syndicats est prévue ce vendredi à 17h pour décider de la suite à donner au mouvement. Une nouvelle journée de mobilisation pourrait être annoncée dans les semaines à venir.

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !