Théo, lycéen en classe musicale : "Je me donne à fond dans la musique"

Par Propos recueillis par Maria Poblete, publié le 02 Decembre 2016
8 min

Après avoir suivi une première technologique, Théo a décidé de changer de voie et de s’inscrire en section techniques de la musique et de la danse, au lycée Thiers, à Marseille. Cela lui permet de se consacrer à sa passion : la contrebasse, la guitare basse et l’électroacoustique.

"Après une seconde générale, j'ai intégré une première STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable). Je n'ai pas aimé, j'étais malheureux en cours et il m'arrivait de m'absenter. Je ne me sentais pas bien dans cet univers. Ce que je voulais par-dessus tout, c'était avoir du temps pour pratiquer la musique. J'ai commencé par le piano quand j'étais petit, quelques années, pas longtemps, avec un professeur particulier. Ensuite, j'ai découvert la guitare basse que j'ai appris en autodidacte avec des méthodes et surtout en écoutant les autres, en jouant avec des copains.

Je me suis ensuite mis à la contrebasse dont j'ai aimé le son, l'envergure et la puissance, puis je suis passé à l'électroacoustique. Vous ne savez pas ce que c'est ? C'est la musique dont les éléments sont enregistrés et qu'on réutilise via un synthétiseur. C'est très intéressant ! Pour en revenir à l'aspect purement scolaire, pour être honnête, je n'ai jamais été un gros travailleur. Je n'ai pas de réelles difficultés, sauf en français. Je sais surtout que je n'étudie pas suffisamment…"

"J'entends les harmonies graves, mais pas les aiguës"

"En fin de première, je devais prendre une décision : me réorienter. Catastrophe ! Où aller ? J'étais embarrassé. J'avais entendu parler de la section TMD [techniques de la musique et de la danse] du lycée Thiers qui fonctionne en lien avec le Conservatoire de Marseille. J'ai postulé. J'y croyais ! Et pourtant on ne peut pas dire que j'avais vraiment le profil de l'élève type, scolarisé en horaires aménagés. Pas du tout le genre hyperfort en solfège et musicien au parcours classique : début du solfège à 6 ans, chorale, instruments…
Je crois que je peux dire aujourd'hui que mes faiblesses ont été mes forces. D'abord, je suis malentendant des deux oreilles, ce qui, avouez-le, n'est pas le plus simple quand on veut devenir musicien. J'ai ce souci depuis ma naissance et j'ai été diagnostiqué vers l'âge de 3 ans. Je vous explique. Tout le monde entend les mêmes fréquences. C'est un peu comme pour les yeux, je suis en dessous de cette base. Par ailleurs, à une certaine fréquence, j'ai un trou : c'est une courbe d'audition en cuillère. J'entends un peu plus bas et puis, d'un coup, il y a un fossé, donc des absences de sons. J'entends les harmonies graves, pas les aiguës. Bien sûr, je compense avec mes appareils mais il reste des fréquences que je ne peux pas percevoir. De fait, je n'aime pas les sons aigus. C'est un problème, c'est compliqué mais pas vital !"

"L'autre handicap pour intégrer une section musicale était mon absence de connaissance parfaite d'un instrument, avec un niveau de solfège passable. J'étais quasiment nul en dictée musicale lors de mon entrée en TMD. Les professeurs et Madame Battini, qui est coordinatrice des classes musicales au conservatoire, m'ont laissé ma chance… Seule condition de mon intégration dans cette seconde [c'est une seconde spécifique, on n'entre pas en première TMD après une seconde générale] : tout reprendre à zéro. Alors, en fin de première, je suis retourné en seconde… pour pouvoir me mettre à peu près au niveau des autres élèves, aux parcours plus linéaires."

"C'est une vraie chance qui m'a été offerte et j'espère ne pas décevoir"

"Comme j'étais très motivé, finalement rétrograder de 2 ans n'a pas été pénible. De toute façon, j'étais déterminé : je voulais étudier la musique. Ça comptait plus que toutes ces soi-disant années perdues. Au passage, je tiens à dire que le temps n'est jamais perdu quand on sait ce qu'on veut… Maintenant, c'est génial. Je suis heureux. Je me donne à fond dans la musique. C'est une vraie chance qui m'a été offerte et j'espère ne pas décevoir. Je crois qu'ils ont vu que j'avais des petites aptitudes musicales et surtout que j'étais hypermotivé. C'est sûr, je ne finirai pas premier contrebassiste, mais je voudrais travailler dans le secteur de la musique. Je sais pourtant que je suis vraiment en dessous de mes possibilités.

Je devrais étudier beaucoup plus, me concentrer davantage et progresser, surtout dans les matières générales. La question du travail scolaire est assez compliquée à appréhender pour moi. Je suis conscient qu'il faudra quand même que j'étudie davantage. Nous sommes très peu nombreux en cours parce que, dans la plupart des matières, nous avons un programme spécial. En maths par exemple, nous sommes 6 élèves de première. Dans certaines matières, nous sommes mêlés à d'autres élèves mais c'est rare. En plus, cette année, j'ai les épreuves anticipées en français…"

"L'idée, c'est apprendre à jouer, à s'écouter, à s'attendre…"

"Nous sommes 20 élèves sur les 3 niveaux : seconde, première et terminale. Nous nous retrouvons en cours de musique, tous les jeudis matin, pendant 3 heures, dans notre salle de musique avec une enseignante du Conservatoire. Nous avons 2 heures de dictée musicale. C'est l'une des épreuves du bac, alors on s'entraîne sérieusement. Au début, je galérais ! Maintenant, j'y arrive mieux. La troisième heure est consacrée à la musique entre nous. On fait un canon tous ensemble, on joue, on fait nos expériences. Il y a des violonistes, 2 contrebassistes, des chœurs, un hautbois, un batteur. Chaque élève joue d'au moins 2 instruments. Ces moments passés en groupe sont super intéressants. On se fait plaisir, on est bien… tout en progressant. L'idée, c'est aussi d'apprendre à jouer ensemble, à s'écouter, à à s'attendre, à s'entendre."

"Cette classe est spéciale ! On crée des liens forts entre nous"

"Les horaires sont aménagés et je dispose par exemple de 2 après-midi pour aller en cours d'électroacoustique, l'instrument que je passerai au bac. Je suis aussi des cours de contrebasse. La guitare basse, non ! C'est chez moi que je pratique cet instrument la plupart du temps... même s'il m'arrive de la trimballer partout. Le conservatoire se trouve juste à côté du lycée, c'est pratique. Heureusement, parce que je suis toujours très chargé ! Je déjeune tous les jours avec les élèves de TMD. On retrouve aussi les anciens de la section, qui sont étudiants au conservatoire ou ailleurs mais qui reviennent déjeuner. Cette classe est spéciale quand même. On crée des liens forts entre nous. Nous sommes unis, solidaires.

Comme les autres élèves du lycée nous regardent quelquefois étrangement, parfois avec un peu d'envie ou de jalousie – ils pensent que la musique, ce n'est pas du travail et qu'on se la coule douce toute la journée –, nous allons vers eux. Il faut qu'ils sachent que la musique se travaille, s'apprend, s'écrit, se récite, et que c'est très exigeant. Outre les cours, je passe des heures à répéter, mes gammes et mes morceaux, mais aussi à composer. Alors au cours des 'promenades musicales', c'est le nom donné à ce projet, nous allons vers les autres lycéens plusieurs fois dans l'année. On joue dans les couloirs du lycée et dans la cour. C'est chouette !"

Bac TMD, mode d'emploi
Dès la seconde. La section TMD démarre au lycée, et les cours se déroulent dans les lycées généraux. Ce bac s'adresse aux élèves musiciens ou danseurs qui souhaitent consacrer du temps à leur passion. Ils doivent donc être très motivés. L'inscription dans un conservatoire est obligatoire. Pour cela, les horaires sont aménagés et les liens entre le conservatoire et le lycée sont étroits. Il est possible d'intégrer la filière TMD en cours d'année de seconde (mais plus rarement en première) et toujours en effectuant une mise à niveau.
Deux options. L'option musique vise le perfectionnement dans la pratique d'un instrument (épreuve musicale au bac) et aborde l'histoire de la musique, le solfège, les dictées mélodiques, le déchiffrage de textes musicaux, les techniques du son. L'option danse porte sur les chorégraphies, les dictées musicales, l'histoire de la musique et de la danse, l'étude de la scène, l'anatomie et la scénographie.

Articles les plus lus

A la Une première

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !