Nouveau bac : les élèves de première se détachent un peu des spécialités scientifiques

Par Thibaut Cojean, publié le 19 Novembre 2020
3 min

INFOGRAPHIES. Si les sciences, et notamment les maths, font toujours partie des premiers choix des élèves de première générale, leur attrait a considérablement baissé entre 2019 et 2020, permettant de rééquilibrer un peu les profils des lycéens.

Pour la deuxième année consécutive, les élèves de première générale ont choisi leurs propres enseignements de spécialités. Si les schémas génériques se répètent entre les rentrées 2019 et 2020, on note une baisse notable de choix des spécialités scientifiques.

Lire aussi

Hausse des inscriptions en SES

Quatre des cinq spécialités scientifiques (maths, physique-chimie, SVT, sciences de l’ingénieur), ont en effet été moins choisies en 2020 qu’en 2019. Cette baisse profite surtout aux spécialités sciences économiques et sociales (SES), histoire-géo, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) et langues, littératures et culture étrangères et régionales (LLCER), qui enregistrent toutes de fortes hausses d’inscriptions.

Cela n’empêche pas les sciences d’être plébiscitées par les élèves : les maths restent la spécialité la plus choisie. Mais alors qu’en 2019, la physique-chimie et les SVT suivaient juste derrière, elles reculent d’une place en 2020, laissant aux SES le statut de deuxième spécialité préférée des élèves de première.

Par ailleurs, on observe encore en 2020 que les garçons choisissent plus souvent maths, sciences de l'ingénieur (SI), physique-chimie et numérique et sciences informatiques (NSI), tandis que les filles sont plus nombreuses en SVT et dans les spécialités littéraires et artistiques.

Les choix de spécialités en terminale générale, novembre 2020

Lire aussi

Rééquilibrage des profils

Comme l’année dernière, la combinaison maths, physique-chimie, SVT est de loin la plus suivie, malgré une baisse notable : 23,8% des élèves la suivent en 2020, alors qu'ils étaient 28,3% en 2019. Derrière, la baisse des inscriptions en maths et l’augmentation en SES permettent de rééquilibrer un peu les profils.

Les combinaisons comportant des maths sont globalement moins choisies, alors que celles avec des SES gagnent des inscrits. On peut y voir un premier pas vers une diversification des profils, qui était l’objectif annoncé de la réforme du bac.

Cependant, on note que les élèves se tournent toujours peu vers des parcours vraiment atypiques. Les "petites spécialités" ne progressent pas, et les 18 premières triplettes regroupent 80% des élèves en 2020, presque autant qu’en 2019 (82%). Parmi elle, aucune ne compte les langues de l’Antiquité ou les arts.

Les choix de spécialités en terminale générale, novembre 2020

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une première

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !