1. Programme de la spécialité sciences de l’ingénieur (SI)
Décryptage

Programme de la spécialité sciences de l’ingénieur (SI)

Envoyer cet article à un ami
Voici le programme de la spécialité  sciences de l'ingénieur en première. // © Shutterstock
Voici le programme de la spécialité sciences de l'ingénieur en première. // © Shutterstock

Quel sera le programme de la spécialité sciences de l’ingénieur (SI) en classe de première ? Qu’allez-vous y apprendre ? Pour vous aider à y voir plus clair, l’Etudiant a fait appel à des professeurs de lycée. Ils font le point sur chaque spécialité.

Pourquoi choisir la spécialité sciences de l’ingénieur ? A qui s'adresse-t-elle ?

La spécialité sciences de l’ingénieur (SI) est un choix à considérer si vous avez imaginé des solutions innovantes pour faire évoluer la société. Vous y apprendrez à concevoir ce genre de produits, en mêlant les dimensions matérielles et numériques.

Qu'allez-vous étudier en spécialité sciences de l’ingénieur ?

Dans cette spécialité, les enseignements portent sur les sciences et la technologie dans les champs de la mécanique, l’électricité, le signal, l’informatique et le numérique.

Lire aussi : Épreuves, calendrier, coefficients : le bac 2021 en un clin d’œil

Programme de la spécialité SI : le contenu des cours.

Le programme s’articule autour de 5 grands objectifs de formation :

  • Créer des produits innovants ;
  • Analyser les produits existants pour appréhender leur complexité ;
  • Modéliser les produits pour prévoir leurs performances ;
  • Valider les performances d’un produit par les expérimentations et les simulations numériques ;
  • S’informer, choisir, produire de l’information pour communiquer au sein d’une équipe ou avec des intervenants extérieurs.

Les thématiques susceptibles d’être abordées durant les deux années sont représentatives des problématiques actuelles comme :

  • l’ingénierie design et le prototypage de produits innovants ;
  • les applications numériques nomades ;
  • les produits d’assistance pour la santé et la sécurité ;
  • les objets connectés et l’internet des objets ;
  • les structures et les enveloppes des ouvrages ;
  • les réseaux de communication et d’énergie ;
  • les mobilités des personnes et des biens.

Compétences, méthodes : qu'apprend-on en spécialité SI ?

La démarche scientifique, basée sur de l’investigation, vous permettra de développer progressivement les différentes compétences nécessaires à la démarche de l’ingénieur : innover, analyser, modéliser, expérimenter mais aussi communiquer. Vous serez capable de comparer les performances attendues d’un produit avec les résultats de mesures ou simulations. Vous apprendrez à réaliser une analyse critique de ces résultats et vous pourrez ainsi répondre à un cahier des charges en optimisant les performances attendues d’un produit.

La conduite de projet fait partie intégrante des activités de l’ingénieur et vous participerez, en équipe, à un challenge de 12 heures en classe de première. Si vous choisissez de poursuivre la spécialité en classe de terminale, vous réaliserez en groupe un projet de 48 heures.

Lire aussi : Comment sera calculée la note du bac 2021 ?

Quelle est la quantité de travail personnel demandée ? Quelles sont les modalités d’évaluation ?

Un fort investissement en classe est demandé durant les activités. Des recherches ou lectures peuvent être à réaliser à la maison afin de préparer les séances à venir. Les apports de connaissances ainsi que les activités sont à réviser régulièrement afin de réussir les évaluations. Lors des périodes de projet, l’évaluation portera uniquement sur des compétences.

Quelles études après la spécialité sciences de l’ingénieur ? Quels sont les débouchés ?

Si vous choisissez l’enseignement de spécialité sciences de l’ingénieur en classe de terminale, vous vous destinez plutôt à une orientation vers l’enseignement supérieur scientifique dans les universités, les écoles d’ingénieur avec cycle préparatoire intégré, les classes préparatoires aux grandes écoles, les IUT ou les BTS.

Lire aussi : Sciences de l'ingénieur : ces petits génies inventent les outils de demain