1. Joana, lycéenne et déléguée de classe : "Je veux faire entendre la voix de tous les lycéens"
Portrait

Joana, lycéenne et déléguée de classe : "Je veux faire entendre la voix de tous les lycéens"

Envoyer cet article à un ami
Joana (au centre), 17 ans, est en terminale pro administration et gestion au lycée Érik-Satie, à Paris. // © Cyril Entzmann/ Divergence pour l'Etudiant
Joana (au centre), 17 ans, est en terminale pro administration et gestion au lycée Érik-Satie, à Paris. // © Cyril Entzmann/ Divergence pour l'Etudiant

Joana prend son rôle de déléguée de classe très à cœur. D’un naturel enthousiaste et dotée d’une forte personnalité, elle est la porte-parole de ses camarades de terminale.

"Ma première expérience de déléguée de classe remonte au collège. C’était en troisième. Au départ, je ne voulais pas me présenter. Ce sont les élèves de ma classe qui m’ont poussée. Ils ont peut-être pensé que j’étais faite pour défendre les autres… Et je crois qu’ils ont eu raison d’insister.

J’ai pris mon travail très au sérieux. Pour être délégué de sa classe, il faut s’entendre avec tous ses camarades, être à l’écoute, ne pas penser qu’à soi et avoir le sens du collectif. Cela signifie qu’il faut avoir la conviction qu’en portant la parole des autres, avec tout le monde, et en pensant au bien-être des gens, cela peut améliorer la vie de tous les élèves de la classe, et même au-delà, d’ailleurs !

J’ai donc exercé en troisième. Je ne voudrais pas faire de mon expérience une généralité, mais, honnêtement, j’ai été un peu déçue. Je crois que c’était lié à ce collège et au manque de démocratie. C’est comme cela que je me l’explique. J’ai eu peu d’espace de parole. Lors des conseils de classe, par exemple, je n’ai pas pu dire ce que je pensais, relayer les demandes des élèves ou la défense de certains qui étaient en difficulté. Cela dit, je n’ai pas été traumatisée… puisque cette année, je me suis présentée ! Et je compte bien faire entendre notre voix."

"Être délégué de classe, c’est être à l’écoute"

"Nous sommes deux délégués et deux suppléants. À quatre, on n’est pas trop pour bien organiser les réunions, préparer les conseils de classe et être à l’écoute de chacun. Le premier rôle des délégués est d’être le porte-parole. Dès les élections, j’ai expliqué qu’on pouvait venir nous parler, nous dire ce qui n’allait pas et ce qui pouvait être amélioré. Pour cela, je veille à ce qu’ils aient confiance en moi, en nous. Je suis quelqu’un qui ose dire les choses. J’ai un certain franc-parler et les adultes ne me font pas peur. Je peux m’adresser directement à un professeur, au CPE [conseiller principal d’éducation] ou à un autre adulte du lycée.

Lire aussi : Élue au CVL : "C'est surprenant de discuter d'égal à égal avec les professeurs"

Lorsque les demandes sont bien préparées, argumentées et justifiées, il n’y a pas de raison qu’on ne nous entende pas. C’est toujours plus facile lorsqu’un représentant s’adresse à un professeur au nom de tous les élèves. Un exemple ? Pour éviter une heure de permanence, je peux suggérer un changement d’heure de cours. C’est toujours plus efficace que si plusieurs élèves s’acharnaient sur l’enseignant chacun de leur côté ! Le collectif, c’est la solution !"

"La médiation et la diplomatie sont plus utiles qu’un affrontement"

"Nous savons bien que les relations humaines sont compliquées. Il arrive que les rapports entre les élèves et les professeurs soient tendus, pour des tas de raisons qui nous échappent. La psychologie m’intéresse. En cas de désaccord entre un élève et un adulte, je tente d’abord de comprendre ce qui se passe. Je calme l’élève sinon il risque de partir trop loin, dans l’agressivité parfois. Et ce serait dommage.

Alors seulement quand j’ai bien compris le problème, un sentiment d’injustice, un souci de relation ou d’incompréhension, je peux intervenir avec mes mots, en essayant de dire les choses calmement, sans m’énerver. C’est toujours bien de passer par un médiateur pour calmer un conflit.

Échanger avec les adultes du lycée fait partie de son activité de déléguée. Ici, Joana avec son professeur principal. // © Cyril Entzmann/Divergence pour l'Etudiant
Échanger avec les adultes du lycée fait partie de son activité de déléguée. Ici, Joana avec son professeur principal. // © Cyril Entzmann/Divergence pour l'Etudiant

Et puis, il y a des personnes timides, qui n’osent pas exprimer leur ressenti au professeur. Dans une classe, c’est tellement agréable de travailler dans le calme, l’entente, sans tensions ! Vous me trouvez naïve ? Non, je suis réaliste et sûrement idéaliste. En tout cas, je tends vers ça. Et d’ailleurs, cette année, c’est super. Nous avons tous envie d’avoir notre bac, d’obtenir la bonne orientation et de terminer le lycée dans la bonne humeur et la réussite."

"Je prends mon rôle très à cœur"

"Je suis quelqu’un de très sérieux. Je suis assez bonne élève et je veux qu’on y arrive tous, ensemble. Pour ceux qui aimeraient devenir délégué, j’ai un conseil à leur donner : soyez rigoureux ! Et oui, c’est mieux de ne pas rater de cours parce que s’il s’y passe quelque chose d’important, on ne peut pas aider les autres et leur raconter.

Les autres qualités sont plus personnelles : bien s’entendre et au minimum parler avec tout le monde, ne pas faire partie d’un clan, soigner son vocabulaire, être poli. Nous ne nous adressons pas à un enseignant ou à un membre de l’équipe administrative comme à nos copains.

Lire aussi : 8 bonnes raisons de vous engager dans votre lycée

Attention, ce n’est pas du fayotage, c’est de la maturité, du bon sens et de l’apprentissage de la vie. Plus tard, même très bientôt, quand nous serons en études supérieures, il nous faudra prendre nos responsabilités et être autonomes. À l’université ou en BTS [brevet de technicien supérieur], personne ne viendra nous demander de faire nos devoirs, préparer un cours ou lire des livres pour notre culture personnelle. Je suis exigeante et je crois que je peux transmettre cette notion à mes camarades de classe. La rentrée prochaine va vite arriver !"

"Les délégués ont des devoirs"

"Quand on choisit de se présenter comme délégué, il faut savoir qu’il ne s’agit pas d’un mandat à prendre à la légère. Nous avons un devoir d’information. Pour ce faire, je vais à la pêche aux actualités. Avec les trois autres délégués, Nicolas mon codélégué et nos deux suppléants, nous organisons une réunion afin de noter les questions, les suggestions, les demandes des élèves.

Joana lors d'une réunion sur l'orientation organisée au ministère de l'Enseignement supérieur. // © Cyril Entzmann/Divergence pour l'Etudiant
Joana lors d'une réunion sur l'orientation organisée au ministère de l'Enseignement supérieur. // © Cyril Entzmann/Divergence pour l'Etudiant

Nous siégeons dans les instances du lycée, au conseil de classe et à des réunions plus importantes comme celle qui regroupe tous les délégués du lycée. Nous pouvons aussi être élus au conseil d’administration. Personnellement, je ne pense pas me présenter cette année parce que j’ai besoin de pas mal de temps pour apprendre les leçons et ne pas préparer mon bac à la dernière minute, mais c’est personnel.

Les délégués ont d’autres devoirs à assumer comme celui de lancer des idées, des initiatives pour une bonne ambiance et une meilleure scolarité. La classe de terminale est importante pour nous, surtout que nous sommes en lycée professionnel et qu’il y aura quelques changements avec une réforme encore en cours.

Pour l’orientation aussi, on a un rôle à jouer. D’ailleurs, je vais participer à une réunion au ministère de l’Enseignement supérieur avec Mme Mantel, la CPE et deux autres délégués de terminale. On va nous expliquer comment fonctionne le système pour postuler aux BTS et aux universités. Après cette réunion, je serai en mesure de faire une restitution où je donnerai ces informations aux autres élèves."

"J’aime entreprendre, je suggère des idées et des initiatives !"

"Le travail de délégué me sera utile pour la suite, j’en suis sûre. Je suis en filière administration et gestion. Le but est de gérer des PME ou de travailler dans l’immobilier. L’année dernière, nous avons créé une mini-entreprise dans notre classe. Je me suis investie à fond, c’était génial. Je suis partante pour tous les projets. C’est mon côté organisatrice. J’aime entreprendre, je suggère des idées et des initiatives. C’est ce qui me plaît, je ne reste jamais les bras croisés. Je trouve qu’il y a tant à faire pour s’épanouir.

Dernière chose, la gentillesse et la bienveillance. En troisième, il m’est arrivé d’annoncer le redoublement à deux personnes. C’était très délicat. J’ai pris des pincettes, en choisissant le bon moment et les mots justes, sans blesser ni affoler. Rassurer les gens, les soutenir, j’aime beaucoup. Je me sens utile !"

Délégué de classe, mode d’emploi

Tous les élèves peuvent se présenter et tous votent. Deux délégués sont élus avec deux suppléants, lors d’élections à deux tours. Il est possible de préparer un tract, une profession de foi et expliquer à vos camarades ce que vous comptez faire pour assumer votre rôle.

Après l’élection dans chaque classe, les délégués élisent à leur tour les représentants des lycéens au conseil d’administration. Dans cette instance qui se réunit au moins trois fois par an, les élus rapportent les avis et propositions des élèves sur le fonctionnement du lycée, les projets de voyages, des travaux, la pédagogie…

Une formation des élus est programmée sur l’année entière. Elle vous aide à bien jouer votre rôle de représentant, à vous sentirà l’aise quand vous prenez la parole, à mieux comprendre le fonctionnement du lycée. Elle est assurée par une équipe volontaire, souvent animée par un conseiller principal d’éducation (CPE), et comprend des enseignants et des parents d’élèves. Elle n’est pas prévue dans votre lycée ? Réclamez-la !

Être délégué vous engage à vous rendre disponible pour vos camarades de classe, les écouter sans les juger, transmettre leurs demandes, leurs difficultés et aussi devenir médiateur en cas de conflit entre un élève et un enseignant ou un adulte de l’établissement.

Pendant les conseils de classe, vous prenez note des appréciations et remarques des enseignants et du CPE sur chacun. Attention, vous avez un devoir de réserve : ne communiquez pas les notes et les avis des autres élèves.