Enseignement

Si vous voulez devenir professeur(e), cinq années d’études vous attendent. Mais seules les deux dernières années sont professionnalisantes : elles vous préparent au concours et au métier.

Enseignement

La première étape, pour devenir enseignant, est de décrocher une licence. Toutes les disciplines sont envisageables, le mieux étant de privilégier une matière enseignée dans le primaire ou le secondaire (lettres, maths, histoire, langues, etc.). Dès la licence, des parcours ou options de préparation aux métiers de l'enseignement sont proposés aux étudiants qui désirent s'engager dans cette voie.

La deuxième étape est de vous inscrire en master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation), qui comporte plusieurs mentions : premier degré (professeur des écoles), second degré (enseignant du secondaire), encadrement éducatif (conseiller principal d’éducation).

Lire aussi : test : êtes-vous fait(e) pour devenir enseignant(e) ?

Les différents concours auxquels vous aurez accès permettent d’enseigner dans le premier degré (écoles maternelles et primaires) ou dans le secondaire (collèges et lycées), dans le public ou dans le privé.

La première année du master MEEF est surtout axée sur la préparation du concours de recrutement, qui a lieu à la fin de l’année, mais il faudra valider également la deuxième année car l’obtention du diplôme est indispensable pour exercer le métier.

Ces masters sont organisés par les ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) au sein des universités.

À noter que les universités et instituts catholiques proposent aussi des masters MEEF, tout indiqués si vous envisagez une carrière de professeur dans le privé.

Au programme de tous ces concours : deux épreuves écrites d’admissibilité et deux épreuves orales (une mise en situation professionnelle et un entretien).

Si tout se passe bien (vous êtes admis au concours et vous avez décroché votre M1), vous poursuivez vos études en seconde année de MEEF (si vous échouez au M1 mais pas au concours, vous gardez le bénéfice du concours une année).

En cas d’échec au concours, vous pouvez envisager une réorientation dans un autre master (au niveau M1 ou M2 selon que vous avez réussi ou non vos examens). Vous avez également la possibilité de repasser le concours.

La seconde année du master MEEF est considérée comme une année de formation en alternance : les étudiants deviennent fonctionnaires stagiaires et suivent des cours à l’ESPE tout en effectuant un stage en responsabilité équivalant à un mi-temps devant les élèves. Durant cette période, les enseignants stagiaires sont rémunérés entre 1.600 euros et 1.700 € brut par mois.

Lire aussi : Concours enseignants : quelles sont vos chances de devenir prof ?

Professeur des écoles : auprès d'enfants de 2 à 11 ans

La réussite au CRPE (concours de recrutement de professeurs des écoles) permet d'enseigner dans les écoles maternelles et primaires, à raison de vingt-quatre heures par semaine de présence devant les élèves. C'est le seul concours qui donne accès à un poste dans l'académie où vous l'avez réussi.

En 2016, sur les 29.380 candidats présents aux épreuves d’amissibilité, 17.370 ont été admissibles et 11.297 admis pour les 11.858 postes offerts au concours externe (dont plus de 3.200 pour les seules académies de Créteil et de Versailles). Dans le privé, 775 postes étaient proposés pour 10.159 candidats inscrits.
 

Professeur certifié : au collège et au lycée

Le CAPES (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement secondaire), le sésame pour enseigner en lycée ou collège public (à raison de dix-huit heures par semaine), concerne une trentaine de disciplines : allemand, anglais, espagnol, histoire-géographie, lettres, philosophie, sciences économiques et sociales, etc.

À noter : certaines disciplines attirent moins de candidats que d’autres si bien que tous les postes ne sont pas pourvus. C’est le cas pour les mathématiques, la musique, les lettres classiques et modernes et certaines langues.

À la session 2016 du concours externe, 7.416 postes étaient ouverts au CAPES et seuls 6.312 candidats ont été admis, soit 32 % des présents aux épreuves d’admissibilité.

Son équivalent dans le secteur privé est le CAFEP (certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignant dans les établissements d’enseignement privé) : 7.829 can­didats étaient inscrits en 2016 pour 1.131 postes offerts.

Les autres concours de professeurs certifiés dans le public sont :

le CAPEPS (certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive), qui débouche sur le métier de professeur d'éducation physique et sportive (820 postes en 2016) ;

le CAPET (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique), qui permet d'enseigner dans l'une des différentes disciplines proposées au concours telles que les sciences industrielles de l'ingénieur, l'économie et la gestion ou encore le design (645 postes offerts en 2016 pour 6.618 inscrits) ;

le CAPLP (certificat d'aptitude au professorat des lycées professionnels), qui ouvre les portes des établissements professionnels pour y enseigner – selon le concours passé – les ­lettres et l’histoire)-géographie, le génie mécanique, les arts appliqués… (1.950 postes en 2016 pour 14.302 candidats)

À noter : pour enseigner une matière professionnelle, il est important d'avoir à son actif plusieurs années d'expérience professionnelle.

Professeur agrégé : après un master validé

L'agrégation permet d'enseigner dans les lycées et dans le supérieur (classes préparatoires, BTS, université). Pour passer l'agrégation, il faut avoir déjà obtenu son master (contrairement aux autres concours de l'enseignement).

Une fois ce diplôme en poche, s'ajoute une année de préparation dans une université ou au sein d'une ENS (école normale supérieure), à CachanLyonParis ou Rennes.

Le professeur agrégé assure quinze heures de cours hebdomadaires pour les matières littéraires, scientifiques ou techniques (dix-sept heures pour l'éducation physique et sportive) mais son travail n'est bien sûr pas limité à sa présence en classe. En 2016, 10.681 candidats se sont présentés aux épreuves de l’agrégation (2.015 postes ont été ouverts).

Professeur et docteur : le grade le plus élevé

Le doctorat (bac+8 au minimum) est le passage obligé pour une carrière d'enseignant-chercheur à l'université. C'est le plus haut diplôme du supérieur. Il s'obtient en soutenant une thèse de recherche. Attention, le doctorat n'est pas un concours, mais un diplôme. C'est la raison pour laquelle le doctorat ne garantit pas de débouchés dans l'enseignement. Certains doctorants ­s'insèrent dans le secteur privé pour faire de la recherche en entreprise.

Si vous souhaitez devenir maître de conférences, il faudra poser une candidature auprès d'une université et ­passer une sélection qui dépend du nombre de postes ouverts chaque année. Après quelques années d'expérience, les maîtres de conférences ­peuvent devenir professeurs des universités.

Charlotte, 23 ans, en première année de master MEEF à l'IFSEC Paris

Ce qu'elle voulait faire. Professeure des écoles. “D'abord inscrite en ES, j'ai redoublé ma première. J'ai finalement obtenu mon bac STMG, au lycée Notre-Dame-du-Grandchamp [à Versailles]. J'ai opté alors pour un DUT [diplôme universitaire de technologie] carrières sociales, à Paris-Descartes.”
Ce qu'elle fait aujourd'hui. Professeure des écoles. “J'ai ensuite rejoint une licence en sciences de l'éducation à l'université Paris 10 [Paris-Ouest-Nanterre-La Défense]. Je suis maintenant en première année de master MEEF [métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation] premier degré, à l'ISFEC [Institut supérieur de formation de l'enseignement catholique] LaSalle-Mounier, à Paris. Je travaille dans le primaire.”

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages