Concours enseignants : quelles sont vos chances de devenir prof ?

Par Amélie Petitdemange, Manon Pellieux, publié le 01 Avril 2022
8 min

Il existe plusieurs concours pour devenir professeur ou enseignant : le CRPE, le Capes, le Capeps, le CAPLP, le Capet et l'agrégation. Certains concours sont-ils plus faciles que d'autres ? Combien de candidats sont acceptés ? Comment se préparer efficacement ? L'Etudiant fait le point.

Tous les chemins mènent au métier de professeur… ou presque ! Il existe en effet six concours distincts pour devenir enseignant, chacun ayant ses spécificités. L'Etudiant vous propose un tour d'horizon des différents concours et de leur difficulté d'accès.

– Le CRPE (Concours de recrutement de professeur des écoles) vous prépare à enseigner dans une école maternelle ou élémentaire ;
– le Capes (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré) permet d'être professeur dans un collège ou un lycée,
– le CAPLP (Concours d'accès au corps des professeurs de lycée professionnel) vous ouvre la voie du lycée professionnel
– le Capet (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique) celle du lycée technique
– le Capeps (Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive) est quant à lui spécifique à l'enseignement du sport dans le secondaire.
– Enfin, l'agrégation ouvre les portes de l'enseignement supérieur : université, classes préparatoires, sections de techniciens supérieurs, mais vous pourrez aussi décider d'enseigner une matière en lycée.

Lire aussi

Près de 20.000 candidats aux concours enseignants pour 28% d'admis

Pour la session 2020, 155.200 candidats s'étaient inscrits aux concours externes du CRPE, Capes, Capeps, Capet, CAPLP et de l'agrégation. Mais seulement 45% d'entre eux se sont réellement présentés le jour des épreuves. Au total, sur les 19.466 candidats présents, ils sont 28% à avoir été admis.

Avec 14,8% de taux de réussite, le CAPLP dans les disciplines littéraires et les sciences humaines est le concours avec le taux de réussite le plus bas. Le CAPEPS (Certificat d'aptitude au professorat d'éducation physique et sportive) et l'agrégation possèdent tous les deux un taux similaire avec 15,1% et 16,4% des candidats qui réussissent le concours.

C'est le concours d'accès au corps des professeurs de lycée professionnel dans les disciplines scientifiques où les candidats sont les plus nombreux à réussir : 38,1% exactement. Toujours pour le domaine scientifique, un peu plus d'un candidat sur trois obtient le Capes (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré).

Pour le CRPE, sachez qu'ils étaient 31,5% à réussir leur concours en 2020.

Pour s’inscrire au CRPE, à l'agrégation ou à un Capes, il faut être inscrit dans un M1 ou M2 ou bien être titulaire d’un master ou équivalent. Il est ainsi possible de se présenter au concours en étant sans-emploi ou en reconversion. Quant à l’inscription au concours, elle se fait simplement : par Internet et gratuitement.

Lire aussi

Capes, CRPE, agrégation, etc. comment se préparer aux concours enseignants

Lors des concours du premier et second degrés comme le CRPE et le Capes, vous serez évalués sur un grand nombre de matières et sur la pédagogie, quand l'agrégation porte plus spécifiquement sur une discipline. Ce dernier concours nécessite donc une connaissance très précise d'une discipline. "L'agrégation est plus exigeante, les épreuves sont plus nombreuses et plus longues qu'au Capes", témoigne Arnaud, qui passe le Capes et l'agrégation pour la deuxième fois cette année.

Pour préparer le CRPE ou le Capes, deux possibilités. Soit vous êtes inscrit en master MEEF (Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) au sein d’un Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation), qui offre une préparation spécifique en M1, soit ce n’est pas le cas et vous devez alors vous préparer par vos propres moyens.

Important à savoir, pour le Capes, chaque discipline a ses propres épreuves, même si certaines connaissances et compétences sont communes. Le concours comporte deux ou trois épreuves d'admissibilité et deux épreuves d'admission. Pour obtenir des conseils spécifiques à chaque discipline, il est recommandé de lire les rapports du jury ainsi que d’étudier les sujets des épreuves des concours précédents.

Pour les autres concours, pas besoin de passer par un master MEEF, il vous faudra selon le concours, soit avoir un master 2 – parfois en lien avec le concours comme le Capeps – soit un niveau de diplôme qui varie selon la section que vous visez, comme pour le CAPLP. Renseignez-vous bien.

L'agrégation s'adresse aux étudiants ayant un master. Mais, la sélection étant rude, passer par une prépa dédiée est souvent recommandée. Pour Arnaud, "faire une prépa à temps complet, c’est indispensable. Cela permet d'être corrigé tout au long de l’année, d'avoir un retour sur ses travaux et de se situer par rapport aux autres."

"Il ne faut pas oublier que c’est un concours, une prépa permet aussi de se comparer à d’autres candidats", explique-t-il. Il a fait le choix de la prépa de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui ne permet pas de valider une année universitaire mais a l'avantage de coûter le prix d'une année de licence (170 euros annuels). "Le secret, c’est l’assiduité, et s’imprégner de l’esprit du concours et de ce qui est attendu", conseille Arnaud.

Lire aussi

Concours pour devenir prof : 94,3% des postes ouverts pourvus en 2020

Certains concours font le plein : tous les postes offerts ont été pourvus. Pour la session 2020, c'était le cas pour le CAPEPS et l'agrégation. En revanche, les autres concours ont du mal à recruter.

En dehors de ces deux concours, les autres ne remplissent pas. Le Capet (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement technique) est celui qui remplit le moins : seulement 79% des postes offerts à la session 2020 ont été pourvus là où le CAPLP remplit à 92,5%, le Capes à 94% et le CRPE à 94,4%. Au total, 94,3% des postes ouverts ont été pourvus lors de la session 2020.

"Dans certains concours, nous avons du mal à pourvoir les places chaque année.Le Capes de maths a par exemple un nombre de candidats très limité. En lettres classiques et dans certaines langues, cela arrive aussi que tous les postes ne soient pas pourvus", pointe Alain Frugière, président du réseau national des Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l'éducation). N'hésitez pas à candidater, vous aurez beaucoup plus de chances d'être admis.

Au sein d'un même concours, le nombre de places varie grandement selon la discipline choisie explique aussi Arnaud. "En philosophie, le nombre de places est très limité au Capes par rapport aux autres disciplines. Ce n'est donc pas un concours plus facile à décrocher que l'agrégation, comme cela peut être le cas en littérature par exemple".

Lire aussi

Passer plusieurs concours pour devenir professeur

Arnaud conseille de passer à la fois le Capes et l'agrégation. "Dans ma prépa, 80% des candidats passent les deux concours. Si l’idée est de devenir professeur, il faut mettre toutes les chances de son côté". Il encourage par ailleurs à repasser les épreuves en cas d'échec. "Quel que soit le résultat et même si vous n'êtes pas admissible, ça vaut le coup de le repasser au moins une fois".

Un avis partagé par Alain Frugière : "l'admission dépend du nombre de postes ouverts cette année-là, de sa forme le jour du concours, des épreuves… L'échec au concours n'est pas rédhibitoire pour devenir enseignant".

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il conseille de bien gérer votre stress. "Quand on passe un concours, ce n'est jamais perdu. Même si vous pensez avoir échoué à une épreuve, il faut continuer à y aller le lendemain. Il ne faut jamais se décourager ni essayer de trop analyser ce qu'a pensé le jury". Le point le plus important selon lui est de se dire que le jury doit recruter des enseignants pour être en classe à la rentrée. "Vous devez montrer votre aptitude à être devant des élèves".

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une fonction publique

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !