Informatique

De bac+2 à bac+5, tous les diplômes en informatique ont le vent en poupe sur le marché de l’emploi. Ces cursus sont plutôt destinés aux esprits scientifiques et aux “bidouilleurs”.

Description

Informatique

Présente dans tous les ­secteurs, l'informatique génère de nombreux métiers, du technicien à l'ingénieur, qu'il s'agisse de concevoir des applications, développer des programmes, assurer la maintenance d'un parc informatique ou vendre des produits informatiques.
 

Les formations courtes : deux BTS et quatre DUT au choix

Les BTS systèmes numériques option informatique et réseaux, SIO (services informatiques aux organisations) ou les DUT GEII (génie électrique et informatique industrielle), STID (statistique et informatique décisionnelle), informatique ou réseaux et télécommunications mènent à un diplôme national en deux ans après le bac. La procédure d'inscription est sélective. Elle s'effectue sur dossier et parfois entretien.
Au programme de ces deux années : des disciplines scientifiques (maths, physique), des matières plus techniques (architecture des systèmes informatiques, réseaux, bases de données…), mais aussi de l'économie et de la communication.

Ces diplômes attirent des bacheliers d'origine scientifique surtout dans les DUT, avec une bonne part de bacs ES en DUT STID. Les BTS recrutent surtout les bacs technologiques (STI2D et STMG) et quelques candidats issus de filières professionnelles.

Les étudiants titulaire d'un BTS ou d'un DUT qui visent la poursuite d'études peuvent postuler en licence professionnelle.

 

Les licences : générales ou professionnelles

Pour se spécialiser et trouver rapidement un emploi, la licence professionnelle en un an, la ­plupart du temps après un BTS ou un DUT, est idéale. Il existe plus de 200 spécialités de licences pro en informatique de gestion, réseaux, statistiques ou télécommunications à l'université aujourd'hui. Il est possible d'envisager des poursuites d'études, mais la licence générale en trois ans après le bac est plus adaptée.

En effet, une licence d'informatique conduit avant tout à un master en informatique et, pour les meilleurs, à une école d'ingénieurs ou à un master MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises). Très prisé des recruteurs, ce dernier propose une double compétence en informatique et en gestion des ­entreprises.
 

Les écoles : débouchés garantis

Vous devrez faire un choix : intégrer une école d'ingénieurs après le bac ou après une prépa scientifique – voire après un BTS ou un DUT – pour un cursus plus ou moins généraliste.

Il existe plus d'une centaine de diplômes reconnus par la Commission des titres d'ingénieur dans le domaine, qu'il s'agisse de réseaux et télécommunications ou de bio-informatique.

Du côté des autres écoles d'informatique, le niveau d'admission et la durée des études sont différentes d'une école à l'autre. Les études sont plus courtes : CQP (certificats de qualification professionnelle) ou titres professionnels en un an, spécialisations d'écoles en un an après un bac+2, pour ceux qui veulent travailler immédiatement, les cursus en cinq ans existent toutefois (EPITECHIngésupSupinfo, Institut G4…).

L'Etudiant


Alexandre, 21 ans, en dernière année à l'Institut d'informatique appliquée à Saint-Berthevin (53)
Ce qu'il voulait faire. “Mes parents venaient d'acheter un ordinateur et cela me plaisait de l'explorer ! J'ai d'abord découvert les logiciels avant de parler automatisation, électrotechnique et électricité industrielle en terminale STI. Après le bac, j'ai intégré l'IAA [Institut d'informatique appliquée], à Saint-Berthevin [53], où j'ai suivi un BTS informatique de gestion.”
Ce qu'il fait aujourd'hui. “Après le BTS, j'ai opté pour des études en ingénierie informatique, réseaux et télécoms dans le même institut : un BTS ne suffit pas. Aujourd'hui, je suis en troisième et dernière année de formation, en contrat de professionnalisation, depuis deux ans, dans une start-up éditrice de logiciels, Shortways, à Laval [53]. Je suis développeur d'applications.”

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages