Langues

Les formations en langues ouvrent plusieurs voies professionnelles, dont l’enseignement, l’interprétariat et la traduction. Dans tous les cas, des études longues s’imposent.

Description

Langues

Quels que soient les débouchés, les études de langues étrangères sont un parcours de longue haleine. Cinq ans d'études au minimum sont indispensables pour devenir prof ou pour exercer comme traducteur ou interprète.

Licence LLCER : des études littéraires en VO

La filière LLCER (langues, littératures, civilisations étrangères et régionales), qui s'adresse aux passionnés de littérature, mène notamment aux concours du CAPES. Elle s'apparente à des études de ­lettres, mais dans une langue étrangère.

Au programme : grammaire, expression écrite et orale, compréhension, linguistique, phonétique, ­littérature, civilisation… 

Des parcours sont proposés en cours de licence et constituent une première spécialisation : français langue étrangère, métiers de l’enseignement ou de la traduction, documentation…

Après la licence, si on opte pour les métiers de l’enseignement, il faut s’inscrire en master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) pour préparer le CAPES. Il est également possible de ­suivre un master axé sur les langues et civilisations, la linguistique ou la traduction.

Licence LEA : appliquée à l'entreprise

La filière LEA (langues étrangères appliquées), orientée vers l'entreprise, porte sur l'étude de deux langues à niveau égal : anglais-allemand, anglais-chinois, espagnol-portugais… De nombreuses combinaisons existent.

L'enseignement se concentre sur la pratique de la langue en contexte profes­sionnel. Une partie du programme porte sur les matières d'application, qui peuvent varier d'une université à l'autre : économie, gestion, droit, commerce, tourisme, traduction, informatique…

Après la L2, il est possible de s'orienter vers une licence professionnelle (guide-conférencier, métiers du tourisme ou du commerce international).

Une soixantaine de masters euro­péens en traduction ont été labellisés par la Commission européenne. Onze sont délivrés par des établissements français : Brest, Grenoble Alpes, Lille 3, Lorraine, MulhouseStrasbourg, Paris 7, Rennes 2, Toulouse 2, l'ISIT et l'ESIT (Paris 3).

Lire aussi : êtes-vous fait(e) pour une licence de langues ?

Écoles : traduction ou interprétariat

L'ESIT (École supérieure d'interprètes et de traducteurs) délivre un master assorti de trois parcours : interprétation de conférences ; traduction éditoriale, économique et technique ; interprétation et traduction en langue des signes française.

L'ISIT (Intercultural School) propose des spécialisations en management interculturel, communication interculturelle et traduction, interprétation de conférence, un master européen en traduction spécialisée et un diplôme de juriste linguiste.

L'ESTRI (École supérieure de traduction et de relations internationales) est une école de l'université catholique de Lyon. Elle propose notamment un cursus à bac+3 d'assistant communication et traduction et deux spécialisations à bac+5.

Morgan Turpin-Duret, 23 ans, en première année de licence à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Ce qu’elle voulait faire. Des langues. “J’ai commencé tôt l’étude de l’anglais, par le biais de dessins animés. Idem pour l’espagnol, que j’ai d’abord appris en dehors du collège, dès 11 ans. Puis au lycée, j’ai choisi une LV3 [langue vivante 3], le russe.”
Ce qu’elle fait aujourd’hui. Des langues. “À l’époque, je trouvais que la licence LLCER [langues, littératures et civilisations étrangères et régionales] n’était pas assez polyvalente et faire du droit ou du commerce en licence LEA ne me disait rien. J’ai fait des études de psychologie à l’université Toulouse 2 puis à l’université Rennes 2 mais cette discipline n’était pas faite pour moi. J’ai validé ma licence avant de changer d’orientation. Je suis entrée en première année de licence LLCER à l’UVSQ [université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines]. C’est ce que je recherchais. Et j’apprends maintenant l’allemand.”

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages