Par Amélie Petitdemange, publié le 03 Avril 2020
5 min

Le baccalauréat 2020 sera entièrement validé en contrôle continu. Une solution qui évite le stress des révisions et arrange les élèves qui ont eu de bonnes notes.

En raison de l’épidémie de coronavirus, les épreuves du bac 2020 sont annulées au profit du contrôle continu, a annoncé le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, ce vendredi 3 avril.

"Je suis déçue, même si je m’en doutais et que j’étais pour cette solution. On nous parle toute notre scolarité du bac et quand on arrive en terminale, on ne le passe pas. C’est un moment important de connaitre ses résultats le 7 juillet avec ses amis", regrette Minya, en terminale S, au lycée Marseilleveyre de Marseille (13). L’événement sera tout de même marquant, ajoute-elle : "on sera la génération qui n’a pas passé les épreuves écrites du bac".

Le ministre a insisté ce vendredi 3 avril sur le fait que le bac était maintenu, bien que les modalités changent. Mais le changement est évidemment loin d'être mineur pour les quelque 740.000 lycéens de terminale qui ne passeront pas d’épreuves écrites en 2020 pour obtenir leur diplôme.

Lire aussi

Un jury examinera les livrets scolaires

Les notes des trois trimestres de l’année de terminale seront prises en compte, mis à part celles obtenues lors de la période de confinement. Les notes du bac de l’année de première seront maintenues dans l’évaluation. Un jury examinera les livrets scolaires, afin de valoriser un engagement, une progression, et prendre en compte les différences de notation entre les établissements. L’obtention du bac sera également soumise à l’assiduité aux cours jusqu’au 4 juillet.

Si vous avez entre 8 et 10 au contrôle continu, sachez que les oraux de rattrapage sont maintenus dans les conditions habituelles début juillet. Une session se tiendra aussi en septembre pour les candidats qui ont eu en dessous de 8. Pour cela, le jury devra accepter que les élèves concernés passent cette session, sur des critères d’assiduité et de motivation.

Les épreuves de bac pro sont également validées sur la base du contrôle en cours de formation et du livret scolaire. Les notes seront attribuées par un jury d’examen, qui s’assurera de l’harmonisation des notes et de l’égalité de traitement des candidats.

Lire aussi

"J’ai peur qu’il soit moins valorisé"

"J’ai l’impression que ce bac n’aura pas la même valeur que les autres aux yeux des profs de BTS et du monde professionnel. J’ai peur qu’il soit moins valorisé", réagit Fanny, en terminale Pro au lycée Clément Marot à Cahors (46). La jeune fille s’en sort très bien avec ces modalités, puisque ses notes lui vaudront une mention très bien. Mais elle s’inquiète "pour les gens à qui il est arrivé quelque chose pendant l’année et qui pensaient se rattraper avec les épreuves écrites".

Un avis partagé par Capucine, en terminale L au lycée René Cassin de Montfort sur Meu (35). "Pour les élèves de lycées qui notent sévèrement, ça va être compliqué. Ils pensaient se rattraper avec les épreuves du bac, c’est injuste", affirme la jeune fille, qui est cela dit rassurée par la proposition du ministre d’harmoniser les notes selon le lycée. Une pondération encore floue pour l’instant.

Lire aussi

"Les inégalités entre élèves seront creusées"

"Cette méthode d'un baccalauréat 100% contrôle continu est néfaste. Le baccalauréat se veut être un diplôme national, or le contrôle continu s'appuie uniquement sur l'année faite par l'élève, laissant la place aux inégalités en termes d'enseignement. Le baccalauréat se veut prôner l’égalité entre chacun.e.s, avec le contrôle continu, les inégalités entre élèves seront creusées", affirme l’organisation étudiante Résilience et le syndicat Mouvement National Lycéen (MNL), dans un communiqué.

Point positif pour les élèves : "Ca nous évite une montagne de révisions", souligne Capucine. Cela dit, elle s’inquiète de son retour en classe. "On ne sait pas à quoi s’attendre, mais il y aura sûrement beaucoup d’évaluations. Or tout le monde a pris du retard, moi j’ai deux semaines de retard sur ce que les profs ont demandé".

Malgré l’annulation des épreuves, il faudra donc continuer à réviser dans les circonstances particulières du confinement. "Il faut encourager les élèves à travailler", a d’ailleurs affirmé Jean-Michel Blanquer lors de l’annonce des nouvelles modalités du bac.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !