1. Bac
  2. E3C : des lycéens surpris par le niveau des épreuves
Témoignage

E3C : des lycéens surpris par le niveau des épreuves

Envoyer cet article à un ami
Les résultats des E3C tomberont le 15 mars. // © Adobe Stock/smolaw11
Les résultats des E3C tomberont le 15 mars. // © Adobe Stock/smolaw11

Premier test de la nouvelle formule du bac, les épreuves communes de contrôle continu ont démarré le 20 janvier dans un climat difficile. Chez les élèves qui ont pu les passer, certains se sont trouvés trop préparés par rapport au niveau des épreuves, d'autres pas assez. Témoignages.

"J’ai été assez surpris par les sujets", répond Mehdi lorsqu’on lui demande comment se sont passées ses épreuves communes de contrôle continu (E3C). Lui, Loan, Yacine et Louis ont tous passé les premières épreuves du nouveau bac. Confiants ou incertains, ils devront attendre le 15 mars pour connaître leurs résultats.

Des sujets jugés trop faciles

Yacine est scolarisé au lycée Marcel-Pagnol, à Athis-Mons (91). En première générale, il a passé trois épreuves du contrôle continu : "Anglais le lundi, espagnol le mardi et histoire-géographie le jeudi." Mais alors qu’il s’attendait à des sujets plus compliqués, Yacine est plutôt confiant. "J’ai surestimé la difficulté, " reconnaît-il.

Même constat pour Mehdi, scolarisé dans l’académie de Lille (59). "J’envisageais des sujets plus complexes, mais les intitulés étaient les mêmes que ceux du cours, " raconte le lycéen. Pourtant, le jeune homme ne savait pas à quoi s’attendre."On avait beaucoup d’interrogations mais peu d’informations", regrette-t-il.

Lire aussi : Nouveau bac : 10 questions que vous vous posez sur les E3C

"On n’était pas assez préparés"

Au lycée Carnot de Dijon (21), Louis, 17 ans, était préparé. "C’était assez cohérent avec ce qu’on a fait en cours." Le jeune homme est confiant "sauf en allemand, mais ça c’est normal", ironise-t-il. Il n’a eu qu’une mauvaise surprise : "L’épreuve d’histoire-géo était différente, c’était mieux avant."

Quant à Loan, lycéenne en 1ère ST2S au lycée Rostand de Caen (14), elle est plutôt pessimiste. "On n’était pas assez préparés, on est passés trop rapidement sur certains chapitres", déplore la jeune fille. Malgré un manque de vocabulaire en anglais et une épreuve de maths compliquée, Loan mise sur l’espagnol et l’histoire-géographie pour gagner des points.

Lire aussi : E3C : à quoi s'attendre en langues vivantes ?

"Avoir zéro, c’est ce qu’il y a de pire pour un aspirant bachelier"

Dans toute la France, les E3C se sont tenues dans un climat assez tendu. Entre blocages des lycées par les élèves et professeurs en grève, de nombreuses épreuves ont été annulées ou reportées. Pas dans le lycée de Yacine, où elles ont eu lieu malgré une forte présence policière et plusieurs débordements. On comptait même très peu d’absents aux E3C. Et pour cause. "Le directeur nous a expliqué qu’on aurait zéro si on ne venait pas et je pense qu’avoir zéro à une épreuve du bac, c’est ce qu’il y a de pire pour un bachelier", raconte le jeune homme.

Le lycée de Mehdi non plus n'était pas bloqué. Lui regrette plutôt le manque d'informations. "Nos professeurs ont été très présents et se sont montré très disponibles pour répondre à nos questions, mais eux non plus ne disposaient pas des informations nécessaires à la préparation des E3C." En signe de protestation contre les épreuves, ses enseignants ont menacé de ne donner que des bonnes notes ou de ne pas les donner du tout mais, selon Mehdi, "l’administration a fait en sorte de libérer les professeurs pour qu’ils puissent corriger les copies".

Lire aussi : E3C : ce que vous risquez si vous les manquez

Des professeurs refusent de surveiller les E3C

À Dijon (21), aucune perturbation n’a été enregistrée. Pourtant, Louis est contre la réforme, qu’il juge pleine de problèmes, mais "personne ne m’aurait suivi si j’avais manifesté", affirme le lycéen.

Dans le lycée de Loan, en Normandie, les élèves ont pris part au mouvement, mais ont aussi passé les épreuves. "Le directeur adjoint était avec nous pendant l’épreuve car les professeurs ne voulaient pas nous surveiller, explique-t-elle. Les enseignants manifestaient devant le lycée et comme nos épreuves ne commençaient qu’à 11h, on est restés avec eux avant d’y aller."