Le nouveau confinement n'est pas une "bonne nouvelle" pour tous les collégiens

Par Clément Rocher, publié le 02 Avril 2021
6 min

Après les annonces concernant la fermeture des collèges et la bascule des cours à distance, les réactions des élèves sont diverses. Certains s'inquiètent pour le brevet quand d'autres espèrent profiter davantage du beau temps.

"C'est une bonne nouvelle, on pourra voir nos amis", déclare tout sourire Lucien, élève de 5e au collège Blanche de Castille, à Nantes (44). Lui et ses amis l'ont bien compris, les nouvelles mesures annoncées mercredi 31 mars par le président de la République, Emmanuel Macron, ne ressemblent en rien au premier confinement.

Certes, dès la semaine prochaine, les cours vont basculer à distance pour tous les collèges de France. Les élèves pourront ensuite profiter de deux semaines de vacances scolaires (du 12 au 25 avril) avant de reprendre les cours à distance pour une semaine supplémentaire. Durant tout ce mois, la possibilité de se déplacer dans un rayon de 10 km hors de son domicile devrait leur permettre de vivre ce nouveau confinement de façon plus "aérée".

"Le premier confinement ne s'était pas très bien passé"

Mais certains élèves ne cachent pas leur appréhension concernant le suivi des cours à distance. Angela, élève de 4e au collège Paul Langevin, à Couëron (44), se remémore son expérience du premier confinement. "Ce n'était pas toujours très bien organisé. Je pense que certains élèves ne vont encore rien faire."

La collégienne aura à deux heures de cours le matin, puis deux heures l'après-midi. "Cela va être compliqué de rester devant son écran. Le premier confinement ne s'était pas très bien passé car je n'avais pas un bon espace de travail", poursuit-elle.

Inquiétude autour du brevet des collèges

Constance est élève de 3e au collège Blanche de Castille. Elle voit la fermeture de son établissement comme une mauvaise nouvelle. "Cela veut dire qu'on devra récupérer tous les cours sur Pronote (logiciel de vie scolaire au collège, NDLR) et travailler seuls. Ce sera plus compliqué pour les langues, en présentiel on peut s'exercer à l'oral."

La jeune fille s'inquiète pour son brevet qu'elle devra passer à la fin de l'année. "Il y aura forcément des choses que nous n'aurons pas eu le temps de voir ou qu'on aura moins assimilé. Les cours à distance ne sont pas des vrais cours."

Une professeure d'histoire-géographie* de la région Hauts-de-France confirme que ses élèves de 3e ont montré des signes d'inquiétude sur le passage du brevet. "Ils ont peur de ne pas avoir fait assez d'exercices, déjà qu'ils n'ont pas eu une année de 4e normale. Le brevet blanc tombait à la fin du mois d'avril et on ne sait pas encore s'il sera reporté."

Lire aussi

Le principal défi : rester concentré(e)

Melvin, élève de 6e au collège Paul Langevin, montre un peu plus d'enthousiasme sur la fermeture de son collège. "Je suis un peu content car on portera moins le masque et on pourra voir un peu plus notre famille." Mais le jeune garçon sait qu'il devra faire davantage d'efforts pour suivre ses cours à la maison. "Je vais perdre mon environnement de travail. Des fois je vais être concentré et des fois je vais être distrait", explique-t-il.

Même son de cloche pour Louise, élève de 4e au collège Blanche de Castille. "Au bout de trois heures de cours à la maison, je décroche. Quand il fait beau, on a envie d'aller dehors." Un avis partagé par son ami Henri, élève de 5e : "Même si je pense que ça ira, je peux avoir du mal à me concentrer. J'aurai tout le temps envie de sortir."

Lucien sait aussi qu'il devra travailler pour rester au niveau. "Il faudra envoyer chaque semaine un exercice en français et on aura des fiches à faire en mathématiques. Mais le collégien se souvient qu'au dernier confinement "les professeurs ne nous ont pas donné d'heure pour rendre les devoirs."

Lire aussi

Les professeurs veillent au grain

Les professeurs de collège, eux, savent qu'ils vont devoir se réorganiser pour assurer la continuité pédagogique. "Nous sommes un peu plus préparés que l'année dernière et nous avons eu un an pour prendre du recul", soutient la professeure d'histoire-géographie.

"Nous allons faire des séances de cours en visio de 40 minutes. Il faudra prévoir des aménagements dans l'emploi du temps", explique une professeure de français* au collège Notre-Dame de la Gare à Paris (75).

Mais elle s'inquiète de voir certains élèves décrocher à distance, notamment ceux "pour qui cela pose déjà problème de s'imposer une écoute en temps normal. Sans compter "les petits rigolos qui vont éteindre leur caméra." Mais pas question pour les collégiens de faire autre chose. "Le rythme de travail va être imposé par la réunion Zoom. Nous ferons l'appel des élèves."

Pour réussir au mieux les cours à distance, la professeure de français vous conseille de bien réussir à vous organiser mais aussi "d'être attentif et d'éloigner toute distraction qui pourrait détourner votre attention."

Une dernière chose : si un cours est mal compris ou si vous rencontrez une difficulté face à un exercice, n'hésiter surtout pas à envoyer un message à votre professeur via le logiciel de gestion de la vie scolaire (Pronote, École directe…).

Lire aussi

* Les deux enseignantes interrogées ont souhaité rester anonymes.

Articles les plus lus Collège

A la Une Collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !