1. Collège
  2. Rentrée 2020 : des masques pour tous, même en récré
Décryptage

Rentrée 2020 : des masques pour tous, même en récré

Envoyer cet article à un ami
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale. // © Nicolas Tavernier/REA
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale. // © Nicolas Tavernier/REA

#Rentrée2020. À quelques jours de la rentrée scolaire, le ministère de l’Éducation nationale se dit prêt à faire face à la crise sanitaire. Le protocole sanitaire publié en juillet sera suivi dans ses grandes lignes et Jean-Michel Blanquer espère "avoir la rentrée la plus normale possible".

La rentrée 2020 se tiendra bien, comme prévu, le 1er septembre 2020. Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, qui souhaite "avoir la rentrée la plus normale possible", a exclu tout report. Lors de sa conférence de presse de rentrée, le 26 août 2020, il a détaillé les grandes lignes du protocole sanitaire qui sera à suivre.

L’un des protocoles "les plus stricts d’Europe

Le protocole sanitaire publié en juillet a été peu modifié, même après le regain de l’épidémie observé depuis le mois d’août. Selon le ministre, il s’agit déjà de l’un des protocoles "les plus stricts d’Europe", qui n’a "pas vocation à varier dans ses principes".

Ces grandes caractéristiques sont "celles de mai, juin, en matière de gestes barrières". Ces derniers sont désormais bien connus : porter le masque, tenir ses distances avec les autres, tousser ou éternuer dans son coude, se laver les mains régulièrement, etc.

Dans le détail, on sait aujourd’hui que le port du masque sera obligatoire pour tous les collégiens et lycéens, dans les espaces clos comme en extérieur, donc en cours comme en récréation. Tous les professeurs et adultes devront aussi porter le masque en toutes circonstances. Vous pourrez tout de même le retirer à la cantine, la nuit à l’internat et lors de pratiques sportives.

Localement, des masques pourraient être distribués par les établissements, en fonction des décisions prises par les départements (pour les collèges) ou les régions (pour les lycées). Dans tous les cas, si un élève oublie son masque ou ne peut pas s’en procurer, Jean-Michel Blanquer assure que les tous établissements seront en mesure de lui en fournir.

Lire aussi : Collège et lycée : les scénarios envisagés en cas de reprise de l'épidémie à la rentrée

Distanciation physique optionnelle

Le lavage des mains est toujours obligatoire, plusieurs fois par jour : en arrivant au collège ou au lycée, après chaque passage aux toilettes, avant chaque repas et avant de partir (ou en arrivant chez vous).

La distanciation physique, à l’inverse, n’est plus exigée à l’intérieur "lorsqu’elle n’est pas matériellement possible ou qu’elle ne permet pas d’accueillir la totalité des élèves". En extérieur, elle n’est pas non plus nécessaire.

Le protocole demande d’ailleurs aux équipes d’aérer au maximum les locaux et salles de classe. Le ministre a même invité les professeurs à profiter de la fin de l’été en septembre pour faire classe en extérieur. Enfin, le brassage entre élèves de classes ou de niveaux différents sera évité, notamment par la mise en place d’un sens de circulation dans les couloirs.

Prêts pour l’enseignement à distance

Si des cas se déclarent ou si l’épidémie repart, le ministère indique que de nouveaux protocoles sont prêts, mais ne sont pas encore communiqués pour "ne pas créer de confusion". Dans tous les cas, si un élève développe des symptômes du Covid-19, les autorités régionales (la préfecture, le rectorat ou l’agence régionale de santé) pourront décider de la fermeture d’une classe.

Les dispositifs d’enseignement à distance mis en place pendant le confinement, comme "Ma classe à la maison" seront alors réactivés, et du matériel informatique pourra être prêté à ceux qui en ont besoin. Le ministre a notamment indiqué que 2.000 ordinateurs sont disponibles.

Enfin, dans le cas où un professeur contracte la maladie, Jean-Michel Blanquer a assuré qu’il pourra être remplacé.

Lire aussi : Collèges et lycées : vers un accompagnement renforcé à la rentrée