1. Ma vie d'étudiant à Mexico : Axel, un futur criminologue chez les Aztèques
Portrait

Ma vie d'étudiant à Mexico : Axel, un futur criminologue chez les Aztèques

Envoyer cet article à un ami
L'étudiant se documente pour son mémoire dans la bibliothèque publique Vasconcelos, au nord de la ville. // © Romain Thieriot pour l'Etudiant
L'étudiant se documente pour son mémoire dans la bibliothèque publique Vasconcelos, au nord de la ville. // © Romain Thieriot pour l'Etudiant

Étudiant en master 1 science politique, management du risque, à l’université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense, Axel a décidé de partir en échange dans la capitale du Mexique. L’occasion de découvrir une ville cosmopolite.

Le Mexique est le pays de cœur d'Axel, 25 ans, étudiant en M1 science politique management du risque à l'université Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense. Entre sa première et sa deuxième année de licence de droit, il avait déjà vécu un an au pays des Aztèques, à Veracruz, en tant qu'assistant de français à l'université. "Les Mexicains sont très accueillants, ils aiment beaucoup échanger avec les étrangers. Cela m'a donné envie de revenir", confie-t-il.

Un "melting-pot" mexicain

Il apprécie aussi "le mélange des cultures, les sites archéologiques, mayas ou aztèques, mais également la diversité dans les paysages. La faune et la flore sont très différentes entre le nord et le sud", affirme l'étudiant. On peut ainsi passer de la jungle au désert, ou bronzer sur la plage ! Quant à Mexico, c'est une mégalopole de 20 millions d'habitants où tous les styles se mélangent. "J'aime le côté cosmopolite des quartiers du centre-ville. C'est le pays d'Amérique latine où dans la rue, par exemple, des métalleux côtoient des peuples indigènes en habits traditionnels", souligne Axel.

Une destination en lien avec ses études

"Mon master management du risque porte sur la lutte contre les groupes criminels. Ici, je peux être directement confronté à la matière de mon sujet, rencontrer des témoins, car Mexico est une ville à fort taux de criminalité", explique Axel. Cependant, il ne décourage pas les étudiants attirés par ce pays d'y venir : "Il vaut mieux éviter les États du nord et privilégier les villes de province comme Puebla, Guadalajara ou encore Guanajuato, qui sont plus tranquilles."

Les cours suivis par Axel à l'université nationale autonome du Mexique (UNAM) sont "moins professionnalisants qu'en France : on fait plus de théorie que de pratique et on a beaucoup de livres à lire". Il étudie la criminologie, la médecine légale, ou encore les droits de l'homme, une quinzaine d'heures par semaine. Cela lui laisse suffisamment de temps libre pour profiter de son séjour.

Des quartiers dynamiques

Au programme, surtout des sorties culturelles : théâtre, concerts, mais aussi musées. "Le plus connu est le musée d'anthropologie et d'histoire [Museo nacional de antropologia], situé dans le parc Chapultepec." Mais il existe une centaine de musées à Mexico, souvent gratuits pour les étudiants.

Les quartiers animés ont chacun leur identité. "Bellas Artes, c'est l'hypercentre, où se mêlent salsa et musique classique ; la Zona Rosa est une copie réduite et plus discrète du Marais à Paris ; la Condesa concentre beaucoup de restaurants et de discothèques mais pour un public plus aisé ; la Roma est un quartier moins cher et tout aussi dynamique, avec de nombreux bars", décrit Axel.

Un quotidien à petit prix

Pour circuler à Mexico, Axel utilise surtout le métro. "Le prix du ticket n'est pas excessif, mais il n'existe pas d'abonnement. Le métro est bondé aux heures de pointe : c'est un flot de personnes qui entrent et qui sortent en se poussant", met-il en garde.

Axel habite à plus d'une heure de son campus, situé en banlieue. "Les étudiants étrangers optent pour la colocation, mais il est rarement autorisé qu'elle soit mixte", constate-t-il. Le jeune homme habite au nord de Mexico, dans le quartier résidentiel Gustavo-A-Madero, avec deux étudiants mexicains. Il paie 150 € par mois, un loyer inférieur à ceux des quartiers du centre-ville.

"La vie n'est pas chère ici : une bière coûte autour de 1,20 € et beaucoup de restaurants proposent des menus entrée-plat-dessert pour seulement 3 €", illustre Axel, qui ne cuisine plus depuis son arrivée. Les bourses du CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) et de la région Île-de-France lui permettent de financer son séjour, et même de voyager à travers le pays, en faisant du "couchsurfing". Axel est un véritable aventurier assoiffé d'expériences.

AVANT DE PARTIR...

Mettez à jour vos vaccins. Le site Internet de l'Institut Pasteur dresse la liste des recommandations sanitaires selon les destinations. Les vaccins actuellement conseillés sont ceux contre l'hépatite A, l'hépatite B ou encore la typhoïde. Pensez à consulter également les préconisations pour les pays frontaliers que vous comptez visiter.

Choisissez bien votre visa. Les ressortissants européens n'ont pas besoin de débourser d'argent pour obtenir un visa lorsque leur séjour est inférieur à six mois. Il leur suffit de se présenter à la frontière avec un passeport en cours de validité et un billet d'avion aller-retour. Il n'est pas obligatoire d'opter pour le visa étudiant, qui est valable une année. Si votre séjour excède six mois, il faudra sortir du pays pour y revenir avec un nouveau visa touristique. L'occasion peut-être d'aller visiter d'autres pays d'Amérique latine.

Avion
Compter dix heures quarante pour un vol direct Paris-Mexico. Billet aller-retour à environ 1.000 €. Décalage horaire de sept heures.

SUR PLACE...

Budget
1 € = 20,75 pesos mexicains.

Se loger
Le quartier du centre-ville, la Roma, est conseillé aux étudiants étrangers.
Une colocation coûte autour de 250 € par mois.
Les sites Internet de recherche d'appartements :
mercadolibre.com
vivanuncios.com.mx
compartodepa.com.mx
integratemexico.com

Se déplacer
Le métro : 14 lignes au total. Le ticket coûte 5 pesos mexicains, soit 0,24 €.
Le bus : la compagnie de bus ADO propose 50 % de réduction si on réserve sur Internet. C'est le transport en commun le plus utilisé.
Le metrobús : six lignes, dotées d'un système hybride et écologique, circulent sur une voie réservée.
Le vélo : EcoBici est un système de location de plus de 6.000 bicyclettes. Le coût pour un an est de 360 €.

Bons plans
Le gouvernement mexicain lance un programme de bourses au mérite pour les étudiants étrangers inscrits en master ou doctorat. Ces échanges commencent en 2017. Les candidatures sont à envoyer à l'ambassade du Mexique en France.
Les étudiants de la faculté dentaire de Mexico proposent des soins à petit prix, encadrés par l'université.