BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC)

Par Véronique Curely, publié le 07 Avril 2014 - Mis à jour le 16 Novembre 2020
4 min

Pour le BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC), retrouvez en un clic le programme, les débouchés, le nombre d’établissements qui le proposent et le taux de réussite. Source : Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), session Direction Générale de l'Enseignement et de la Recherche (DGER) du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, session 2020. En cas d’absence d’information, vous trouverez la mention NC (non communiqué).

Ce BTS est accessible en alternance.

Où se former au BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC) ?

* Les BTSA sont en train d'être réformés. Un calendrier prévoit une refonte de ce BTS pour la rentrée 2024 ou 2025 (premiers diplômés en 2026 ou 2027).

Pour trouver votre futur établissement :
– consultez notre annuaire des formations
– pour une formation en alternance, consultez notre annuaire de l'alternance

Lire aussi

Quels chiffres clés retenir à propos du BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC) ?

Si désormais les filières de bac n’existent plus au profit de spécialités qui permettent de construire un bac "à la carte", l’origine des admis ci-dessous vous donne des idées sur les spécialités à privilégier au lycée dès la classe de première. Vous pouvez ainsi faire le choix de spécialités dans des domaines similaires aux matières principales des anciennes séries.

  • Nombre d'établissements : 6
  • Origine des admis en 2020 : 39% bac pro, 41% bac techno, 20% bac général
  • Taux de réussite : 73,3%

Lire aussi

Quel est le programme du BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC) ?

1re année :

  • Volume horaire hebdomadaire : français (1 h) ; documentation (0,5 h) ; langue vivante (2 h) ; histoire et géographie (0,5 h) ; éducation socioculturelle (1,5 h) ; éducation physique et sportive (1,5 h) ; mathématiques (1,25 h) ; informatique (0,75 h) ; sciences économiques et sociales (1,5 h) ; histoire-géographie (0,5 h) ; sciences économiques, sociales et de gestion (6,75 h) ; sciences agronomioques (1,75 h) ; agronomie (2,50 h) ; zootechnie (2 h) ; non affecté (dont modules d’initiative locale) (3 h) ; activités pluridisciplinaires (3 h)
  • Enseignement facultatif : langue vivante 2 (1h)
  • Volume horaire annuel : 870 h

2e année :

  • Volume horaire hebdomadaire : français (1 h) ; documentation (0,5 h) ; langue vivante (2 h) ; histoire et géographie (0,5 h) ; éducation socioculturelle (1,5 h) ; éducation physique et sportive (1,5 h) ; mathématiques (1,25 h) ; informatique (0,75 h) ; sciences économiques et sociales (1,5 h) ; histoire-géographie (0,5 h) ; sciences économiques, sociales et de gestion (6,75 h) ; sciences agronomioques (1,75 h) ; agronomie (2,50 h) ; zootechnie (2 h) ; non affecté (dont modules d’initiative locale) (3 h) ; activités pluridisciplinaires (3 h)
  • Enseignement facultatif : langue vivante 2 (1h)
  • Volume horaire annuel : 870 h
  • Stage en entreprise : 12 à 16 semaines

Consulter le programme détaillé : le programme pédagogique national du BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes

Lire aussi

Quels sont les débouchés du BTSA développement de l’agriculture des régions chaudes (DARC) ?

Ce BTSA mis en œuvre dans les départements et collectivités d'Outre-mer, a pour objectif de former de futurs techniciens supérieurs dans le domaine de l’agriculture et de l’espace rural qui seront amenés à travailler dans ces régions, mais aussi en métropole ou à l’étranger.

Le titulaire de ce BTSA peut exercer son activité en tant que salarié ou en créant lui-même sa propre activité et/ou entreprise dans les secteurs suivants : entreprises prestataires de services dans le domaine technique, comptable, juridique, de la formation, de l’animation… (chambres d’agriculture, centres de gestion, structures de développement, centres de formation…).

Ces entreprises interviennent en amont et en aval des exploitations agricoles, mais aussi plus largement dans le milieu rural ; exploitations ou entreprises agricoles (en tant que chef d’exploitation, associé ou salarié, participant à la production agricole et/ou aux activités connexes de l’exploitation) ; entreprises d’approvisionnement, de collecte et de transformation ; collectivités territoriales ; organismes de recherche et développement ; services administratifs tels que les directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ; organismes bancaires…

  • Exemples de métiers : conseiller(ère) agricole
  • Poursuite d'études : prépa ATS bio, autre BTSA en 1 an, écoles d'ingénieurs, licence professionnelle agriculture biologique : production, conseil, certification et commercialisation, écoles d’ingénieurs

Lire aussi