Lycée : quelles spécialités pour quelles études ?

Par Thibaut Cojean, Manon Pellieux, publié le 11 Octobre 2018 - Mis à jour le 12 Janvier 2021
5 min

INFOGRAPHIES. Dès la seconde, le choix des spécialités constitue la première étape du long processus d'orientation. Mais quelle influence ce choix peut-il avoir sur les études ? Dans la majorité des cas, ce ne sera pas déterminant. Toutefois, un mauvais choix peut vous fermer des portes.

Le lycée général se présente à la carte. En plus d'un tronc commun à tous, les élèves doivent choisir leurs enseignements de spécialités parmi les treize matières suivantes :

  • Arts (arts plastiques, arts du cirque, histoire de l’art, musique, danse, cinéma audiovisuel ou théâtre)
  • Education physique, pratiques et culture sportives
  • Littérature, langues et culture de l’antiquité (latin ou grec)
  • Langues, littératures et cultures étrangères ou régionales
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • SES
  • Maths
  • Physique-chimie
  • Numérique et sciences informatiques
  • Sciences de l’ingénieur
  • SVT
  • Biologie-écologie (dans les lycées agricoles)

En première, vous suivez trois de ces disciplines, quatre heures par semaine chacune. En terminale, vous n’en suivez plus que deux, mais le volume horaire passe à six heures par semaine.

Le choix de vos spécialités vous revient. Et cette décision mérite d’être réfléchie. D’abord au 2e trimestre de la seconde, quand on vous demandera de choisir les trois spécialités de la première. Puis entre janvier et mars de l’année de première, alors que vous devrez choisir la spécialité vous ne suivrez plus en terminale.

Lire aussi

Un choix souvent non déterminant pour les études

L’objectif de cette formule est de diversifier les profils des lycéens et donc des étudiants. Dans la majorité des cas, les matières que vous suivez au lycée ne devraient donc pas être déterminantes pour votre entrée dans le supérieur.

"La plupart des formations jouent le jeu et vont recruter en diversifiant les profils et le type d’étudiants accueillis", observe Didier Foti, directeur du CIO Bordeaux Nord. Cela sera notamment le cas pour les licences, même en tension, comme la nouvelle licence santé.

Lire aussi

Si aucune licence n’imposera d’avoir suivi telle ou telle spécialité, certaines émettent en revanche des recommandations, comme les licences scientifiques (qui intègrent des bacheliers ayant suivi les spécialités maths et physique-chimie) ou la licence Staps (qui préconise le suivi des spécialités maths, SVT, physique-chimie, SES, HLP). Mais ces recommandations ne concernent que votre réussite dans les études. Pour entrer dans ces formations, c’est avant tout votre bulletin scolaire qui sera pris en compte, et non les matières que vous suivez.

Autrement dit, pour les formations non-sélectives, mieux vaut choisir des spécialités qui vous plaisent et dans lesquelles vous réussirez. "L'élève choisit en premier lieu les spécialités qui vont lui permettre de s'épanouir et de réussir son bac. Dans cet ordre d'idée, nous retiendrons donc les notes obtenues dans les spécialités", détaille par exemple Hugues Rolan, de la conférence des directeurs et doyens de Staps.

Les maths, indispensables à toutes études scientifiques

Toutefois, certaines spécialités seront indispensables pour entrer dans des formations sélectives. C’est particulièrement le cas des mathématiques. Sans elles, aucune chance d’intégrer une école d’ingénieurs, une prépa scientifique ou commerciale ou la plupart des IUT. Même les prépas littéraires B/L demanderont aux candidats d'avoir fait des maths jusqu'en terminale.

Les maths symbolisent doublement l'enjeu du choix des spécialités. Non seulement elles sont obligatoires pour suivre des études scientifiques, mais abandonner les maths en terminale risque de vous fermer les portes de nombreuses formations sélectives non-scientifiques.

Toutefois, dans de nombreux cas, l'option maths complémentaires sera suffisante en terminale. Ces règles dépendent des formations et des filières, et demandent aux lycéens de s'informer dès la première sur leur poursuite d'études.

Les autres spécialités contraignantes sont presque toujours scientifiques. Par exemple, les SVT seront nécessaires pour intégrer des écoles vétérinaires ou des formations paramédicales, et la physique-chimie est très recommandée pour les prépas PSI, PTSI ou PCSI.

Les spécialités recommandées

En résumé, si vous ne savez pas encore vers où vous orienter, privilégiez des spécialités qui vous plaisent, car ce ne sont pas vos choix qui seront les plus déterminants, mais votre dossier, votre motivation et la cohérence de votre parcours.

À l'inverse, si vous avez déjà une idée des études qui vous attirent, renseignez-vous assez tôt sur les recommandations ou contraintes imposées dans ces domaines d'études ou par ces formations. Les infographies ci-dessous vous aideront à voir en un coup d'œil les recommandations des formations d'enseignement supérieur.

Les spécialités recommandées selon le type de formation

Les spécialités recommandées selon le domaine d'études

Articles les plus lus

A la Une spécialités

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road