BTS Communication : une formation généraliste et professionnalisante

Par Catherine Piraud-Rouet, publié le 13 Avril 2021
4 min

Le BTS communication est un diplôme de niveau bac+2 qui se prépare en deux ans, principalement en lycées. A la fois très généraliste et très professionnalisant, il forme des techniciens de la communication et de la publicité. C’est aujourd’hui, dans la grande majorité des cas, un tremplin pour la poursuite d’études.

Le BTS communication est un diplôme de niveau bac+2 qui se prépare en deux ans dans des lycées ou des organismes publics ou privés, en formation initiale comme en alternance. Il forme des cadres intermédiaires chargés de concevoir des opérations de veille et de communication interne ou externe, en entreprise ou en agence spécialisée.

Lire aussi

Un recrutement diversifié, avant tout sur profil

Les sortants du bac STMG constituent le gros des effectifs, notamment ceux issus des spécialités Ressources humaines et communication et Mercatique. Mais les bacheliers généraux (L et ES au premier chef), ainsi que certains très bons bacheliers pros tertiaires et des étudiants en reconversion, ont aussi toute leur place dans ce BTS.

Le recrutement se fait avant tout sur profil, sur dossier (via Parcoursup) et entretien. "Les candidats doivent avoir un bon niveau en expression orale et écrite, le sens du contact, savoir travailler seul ou en équipe, être organisés, rigoureux, créatifs et curieux", indique Dominique Clèdes, professeure référente des BTS communication 1re année au lycée privé sous contrat Saint-Dominique à Pau (Pyrénées-Atlantiques).

Lire aussi

Pluridisciplinarité et travaux en mode projet

Le BTS communication est un diplôme généraliste et pluridisciplinaire. "Au cours de leur scolarité, les étudiants touchent à tout : journalisme, relations publiques, publicité, graphisme, community management…", précise Odile Chenut, professeure en culture de la communication à l’ENC Bessières, campus public parisien proposant des formations tertiaires post-bac.

Le programme comprend 28 heures d’enseignements hebdomadaires en première année et 24 heures en deuxième année, hors options. Côté matières générales, la discipline phare est Cultures de la communication. Les étudiants ont aussi de l’anglais, du management des entreprises, de l’économie et du droit.

S’y ajoute un bloc professionnel : projet de communication, conseil et relation annonceur, veille opérationnelle, atelier production et atelier relations commerciales. Dans ces ateliers, les étudiants travaillent en lien avec de véritables annonceurs. "Tout au long de ces deux ans, nous avons appris à manipuler l’ensemble des supports de communication : bannière web, campagne sur les réseaux sociaux, spot radio ou télé, communiqué de presse… Le travail se fait par petits groupes, en mode projet : c’est à la fois concret et ludique", témoigne Amélie Guerra, 20 ans, en 2e année à Saint-Dominique après un bac pro Gestion administration.

Lire aussi

Immersion professionnelle précoce

En initial, la formation est complétée par plusieurs stages, pour 14 semaines au total. "J’en ai suivi deux cette année, d’abord un stage d’observation de trois jours en imprimerie, puis deux semaines de prospection commerciale dans une PME de street marketing. Je m’apprête à en entamer un troisième, en gestion de projet, sur deux mois, chez Publicis, témoigne Jérémie Grandin, 18 ans, en 1re année à l’ENC Bessière après un bac STMG en gestion-finance.

Une immersion professionnelle précoce très utile pour se familiariser avec les différents aspects de la communication.

Forte poursuite d’études

Les titulaires du BTS communication peuvent s’insérer directement dans la vie active comme assistants commerciaux ou techniques. Et ce, dans des secteurs très divers : journalisme, événementiel, publicité et e-communication, relations presse et relations publiques ou encore en webmarketing.

Toutefois, plus de 90% choisissent de poursuivre leurs études, principalement en licence professionnelle ou en école spécialisée dans l'information et la communication. L’assurance, pour eux, de gagner en opérationnalité dans des secteurs exigeants où il est difficile de réellement percer en-deçà d’un bac+5.

Articles les plus lus

A la Une BTS/DUT

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !