1. Le nouveau bac ne changera (presque) rien si vous souhaitez entrer en BTS ou en IUT
Décryptage

Le nouveau bac ne changera (presque) rien si vous souhaitez entrer en BTS ou en IUT

Envoyer cet article à un ami
Avec le nouveau bac, le choix de vos spécialités pourrait jouer un rôle dans vos chances de sélection en BTS et en DUT. // © REA/ Nicolas Tavernier
Avec le nouveau bac, le choix de vos spécialités pourrait jouer un rôle dans vos chances de sélection en BTS et en DUT. // © REA/ Nicolas Tavernier

Avec la mise en place des spécialités dans le cadre du nouveau baccalauréat, vous vous inquiétez de savoir lesquelles vous permettront d’intégrer un BTS ou un IUT ? Pas d'inquiétude, la sélection continuera de se faire principalement par profil.

Si vous souhaitez suivre des études courtes après le bac, vous opterez généralement pour un BTS (brevet de technicien supérieur) ou un DUT (diplôme universitaire de technologie), que vous pouvez décrocher après seulement deux ans d’études. Mais il s’agit de filières sélectives, qui choisissent leurs étudiants directement sur la plateforme Parcoursup. De plus, à l’inverse des licences ou des classes préparatoires, ces bac+2 vous obligent de vous spécialiser dès la sortie du lycée.

Lire aussi : Quelle est la différence entre un BTS et un DUT?

Les maths, seule condition pour intégrer un IUT

Avec le nouveau bac, le choix de vos spécialités pourrait donc jouer un rôle dans vos chances de sélection. Ce sera notamment le cas en IUT (institut universitaire de technologie), même si cela ne réservera pas de surprises. "Les matières nécessaires pour suivre correctement des filières littéraires, économiques ou scientifiques dans le supérieur ne vont pas fondamentalement changer", estime François Pesty, chef du département mesures physiques à l’IUT d’Orsay. Comprendre : un parcours scientifique au lycée favorisera vos chances d’entrer dans des formations scientifiques, et il en ira de même pour les autres profils. L’important est donc de choisir des spécialités en cohérence avec ce que vous aimez faire et ce que vous avez envie de faire plus tard.

Cependant, pour intégrer un IUT, dont la majorité des spécialités tournent autour des sciences, François Pesty estime qu’une spécialité est incontournable : "Pour faire toute étude scientifique allant des maths à la biologie en passant par la physique ou les sciences de l’ingénieur, les mathématiques sont indispensables."

L’an dernier, l’assemblée des directeurs d’IUT a publié un tableau recensant les spécialités du lycée conseillées pour s’épanouir dans chaque spécialité de DUT. Celles-ci ont été classées selon trois critères : adaptée, très adaptée ou complémentaire. Pour 20 des 24 spécialités DUT possible, les mathématiques sont en effet "très adaptées". Autant dire incontournables.

Lire aussi : Quelles spécialités pour quel DUT ?

Le profil avant les spécialités

Mais si d’une manière générale, les matières scientifiques sont plus recommandées que les littéraires, les formations regarderont moins vos spécialités que votre motivation et la cohérence de votre parcours pour faire leur sélection. En résumé, c’est avant tout votre profil qui sera observé et hormis les maths, aucune spécialité ne sera obligatoire pour préparer un DUT.

En BTS, la question des spécialités au lycée ne se posera tout simplement pas. "Il y a peu de bacheliers généraux dans les classes de STS, de l’ordre de 10 à 15%", explique Thierry Reygades, secrétaire national du Snes-FSU en charge de l’enseignement technologique. L’enseignement dans ces classes est donc plus adapté à des profils de lycéens technologiques et professionnels, ce qui favorise leur réussite. "Aujourd’hui, peu importe la série, les bacheliers généraux s’en sortent bien et rapidement." Dans la majorité des cas, le dossier d’un lycéen général sera donc valorisé pour un BTS, quelles que soient ses spécialités.

Moins de bacheliers techno en BTS ?

Individuellement, le nouveau bac n’aura donc pas d’effet sur les élèves souhaitant intégrer un BTS. Mais combiné à la réforme de la voie professionnelle, il pourrait avoir un impact sur la formation. "En conséquence de la réforme du bac, on voit plus de jeunes se tourner vers la voie générale, et moins vers la voie technologique " fait remarquer Thierry Reygades. En parallèle, "la déprofessionnalisation du bac pro risque de compliquer l’insertion des élèves et de les pousser à poursuivre leurs études". Résultat, le profil des élèves en BTS pourrait changer, avec moins de bacheliers technologiques et plus de bacheliers professionnels. Un schéma que ne devraient (pour l’instant) pas connaître les IUT, où les bacheliers généraux resteront majoritaires, en attendant de voir les effets de la future réforme du DUT.

Rendez-vous sur les salons de L'Etudiant pour rencontrer les établissements