Parcoursup, saison 2 : l’heure est au bilan

Par Pauline Bluteau, publié le 24 Septembre 2019
5 min

Parcoursup n’est déjà plus qu’un lointain souvenir… Depuis le 14 septembre, la plate-forme a définitivement fermé ses portes. Nombre de propositions, d’admis, de boursiers, places supplémentaires, mobilité…. L’heure de faire les comptes a sonné.

Les chiffres sont tombés ! Lors de sa conférence de presse de rentrée le 20 septembre, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal est revenue sur la deuxième saison de Parcoursup. Cette année, ce sont plus de 2.711.500 étudiants qui ont fait leur rentrée dans le supérieur. Parmi eux, 897.956 bacheliers ont dû passer l’épreuve du feu : Parcoursup.

Au total, 14.742 formations étaient présentes sur la plate-forme d’admission postbac. À elles seules, les formations ont envoyé pas moins de 2,8 millions de propositions aux futurs étudiants. En moyenne, ces derniers ont donc reçu trois propositions chacun. Dès la fin de la phase principale, le 19 juillet, 89% des candidats avaient validé leur vœu.

Lire aussi

1.175 candidats sans réponses

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. À la rentrée, 1.175 bacheliers étaient encore en attente de proposition. Parmi eux, 34 bacheliers généraux, 423 bacheliers technologiques et 718 bacheliers professionnels. Comme l’explique le ministère, ces lycéens avaient principalement effectué des vœux en BTS et DUT, deux filières très sélectives, contrairement aux bacheliers généraux qui souhaitaient davantage s’orienter vers des licences.

Lire aussi

Des inégalités visibles également dans le nombre de propositions reçues par les candidats : 96,1% des bacheliers généraux ont obtenu au moins une proposition sur Parcoursup contre 87,6% des bacheliers technologiques et 78,2% des bacheliers professionnels.

Jérôme Teillard, chargé de mission Parcoursup au ministère, rappelle que les candidats sans réponses peuvent encore saisir la commission d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) jusqu’au 14 octobre pour espérer trouver la formation qui leur convient. Cette année, 25.000 candidats n’ont pas hésité à la contacter pour finalement trouver chaussure à leur pied.

Une année sous le signe de l’ouverture sociale

Autre point, la mobilité sociale et géographique semble fonctionner. Même si d’après notre baromètre 2019, cette initiative n’a pas fait l’unanimité auprès des candidats, les résultats sont là : à la rentrée 2019, 95.289 bacheliers boursiers ont intégré le supérieur. Ce qui représente 5.580 étudiants supplémentaires, soit une augmentation de 5% par rapport à 2018. Ce qui est d’autant plus le cas dans les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) qui ont accueilli 8,6% de lycéens boursiers supplémentaires.

Lire aussi

Les bacheliers sont également plus nombreux à avoir accepté de changer d’académie (13.242 lycéens supplémentaires). C’est notamment le cas en Île-de-France. La fin de la sectorisation a permis aux lycéens des trois académies francilienne (Paris, Créteil, Versailles) d’accepter des propositions partout en Île-de-France. Au total, 1752 bacheliers versaillais font leur rentrée à Paris et inversement, 430 Parisiens ont accepté une proposition à Créteil et 512 à Versailles, soit une augmentation de 26,7% et 35,7% par rapport à 2018.

Les nouveautés à l’horizon 2020

Néanmoins, comme Jérôme Teillard l’a rappelé : "Aucun système n’est parfait." Quelques améliorations sont donc prévues pour la session 2020. D’abord, un nouveau module, appelé "ParcoursPlus" devrait voir le jour pour les candidats en reprise d’études. Ce dispositif leur permettra "d’accéder à une offre spécifique d’information, d’accompagnement et de formation" comme l'a précisé la ministre.

À noter également : toutes les formations sans exception seront présentes sur la plate-forme en 2020. Cela concerne les écoles de commerce mais aussi les IEP (instituts d’étude politiques) et les écoles d’art principalement.

Le ministère souhaite rester vigilant sur les attendus des formations. Et notamment les attendus locaux qui seront analysés en amont pour "garantir un niveau minimal d’information". D’autres nouveautés pourraient voir le jour l’année prochaine en fonction des retours des utilisateurs. À l’heure actuelle, "les résultats sont en cours d’exploitation".

Articles les plus lus

A la Une Parcoursup

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !