1. Écoles d'ingénieurs : les Mines ParisTech en pleine campagne BDE !
Reportage

Écoles d'ingénieurs : les Mines ParisTech en pleine campagne BDE !

Envoyer cet article à un ami
Thibault et Martin, élèves des mines ParisTech et présidents des listes concurrentes lors de la campagne BDE 2019. // © Aude Lorriaux
Thibault et Martin, élèves des mines ParisTech et présidents des listes concurrentes lors de la campagne BDE 2019. // © Aude Lorriaux

Pendant une semaine, l'École des mines ParisTech est en pleine effervescence. Deux listes d'étudiants s'affrontent pour conquérir le BDE (bureau des élèves). Reportage en pleine campagne.

Dans une grande salle, Morphée l’hypnotiseur s’adresse à une quarantaine d’étudiants, en leur demandant de garder les bras tendus et les mains collées, puis de serrer très fort ces mains pendant cinq secondes. Il leur annonce d’emblée que certains et certaines d’entre eux ne pourront plus les décoller au bout de ce décompte. Il leur faudra alors venir sur scène et lever les bras s’ils ne veulent pas participer à l’expérience qui va suivre. 1, 2, 3, 4, 5… et voilà que six personnes sont complètement bloquées. L’hypnotiseur les entraîne dans un drôle de voyage mi-conscient, mi-inconscient, les faisant dormir sur la plage, absorber des boissons et piquer des fous rires les yeux clos. En face, les autres étudiants sont subjugués.

Lire aussi : Le palmarès 2019 des écoles d'ingénieurs

CaMino Royale vs Polaromine pour siéger au BDE

Nous ne sommes pas au théâtre, mais dans l’enceinte même de l’École des mines ParisTech, en pleine "campagne BDE (bureau des élèves)", ce samedi 6 avril 2019. Deux listes de 23 élèves s’affrontent en organisant les activités les plus ludiques et originales possibles. Chacune espère être élue pour constituer le futur BDE de l’établissement. La liste qui a organisé la séance d’hypnose s’appelle CaMino Royale. Elle est menée par Thibault. En face, voici Polaromine, dont le leader est Martin. Les listes sont majoritairement composées de mineurs de première année – les deux présidents notamment – mais elles doivent obligatoirement comporter au moins un deuxième année et un admis sur titre.

“Morphée” et les six étudiants de l’École des mines ParisTech hypnotisés lors de la campagne BDE. // © Aude Lorriaux
“Morphée” et les six étudiants de l’École des mines ParisTech hypnotisés lors de la campagne BDE. // © Aude Lorriaux

"Comme une mini start-up, avec un peu de délire en plus !"

Pendant une semaine, du 3 au 10 avril 2019, les ingénieurs en herbe vont profiter des "escape games" concoctés par les candidats, jouer à des "archery games", à la pétanque ou encore au "molky". Un caricaturiste est présent pour leur tirer le portrait, une paper wing contest est prévue, un blind test, une séance d’aérobic, des soirées dansantes ou encore un rallye photo.

Lire aussi : Écoles d'ingénieurs : les dates des concours communs 2019

En sortant de la séance d’hypnose, le visiteur curieux peut contempler la grande tenture de Polaromine, avec les visages des membres de la liste, dans la cour. Le foyer a aussi été décoré pour l’occasion avec les affiches de chaque équipe. En plus de l’habituel baby-foot, on y trouve des jeux de cartes, de fléchettes, un ringtoss, du hockey sur table et une hotline crèpes, qui permet de satisfaire ses papilles en passant commande au préalable sur un site Internet.

Martin, président de la liste Polaromine, en lice dans la campagne BDE 2019 des Mines ParisTech, en compagnie du chargé de communication de sa liste. // © Aude Lorriaux
Martin, président de la liste Polaromine, en lice dans la campagne BDE 2019 des Mines ParisTech, en compagnie du chargé de communication de sa liste. // © Aude Lorriaux

Les "listeurs" ont eu du pain sur la planche avant l'élection, le 11 avril. Constituées avant les vacances de Noël, les équipes se sont mises au travail en janvier. Il a fallu trouver un nom, élaborer un projet, attribuer à chacun des responsabilités, démarcher ensuite des entreprises pour récolter un peu d’argent. Avant de rentrer en mars dans le plus concret, avec la mise en place des décors et de la communication. "Il faut être prêt à renoncer pendant un mois à ses petites activités et habitudes", commente Alexiane, vice-présidente de la liste CaMino Royale, qui a trouvé l’expérience "très fun". "C’est comme une mini start-up, avec un peu de délire en plus !"

Des talents de négociateur mais aussi de DJ

Faire une campagne BDE requiert des compétences parfois inattendues… Outre les qualités d’organisation, de négociation avec les banques ou de management, les talents de peintre sont appréciés. "Certains se sont découvert des âmes d’artistes !", observe Thibault en riant. "On avait aussi besoin de personnes capables de faire les apprentis DJ's", complète Martin. Savoir entretenir la bonne humeur et l'enthousiasme au sein des équipes est capital. "Il est nécessaire d’afficher un visage serein même quand on est stressé ou fatigué", estime le meneur de la liste CaMino Royale. "Nous sommes jugés sur notre capacité à inclure tout le monde, à dégager une image bienveillante", précise son homologue du camp adverse. Comme dans une vraie campagne électorale.

Lire aussi : À l’ESGCI, les étudiants jouent leur intégration à l'escape game

Une campagne BDE : une "belle expérience de groupe"

La bienveillance était bien présente lors de l'escape game organisé par la liste Polaromine. La meneuse de jeu, Mahaut, a dévoilé des indices au fur et à mesure. "Vous avez déconné, un photographe a pris des photos gênantes de vous, vous avez trente-cinq minutes pour retrouver la clé USB où sont contenus les fichiers et les effacer", explique-t-elle. Aussitôt dans la salle, quatre étudiants tout sourire se ruent sur les valises au sol, les journaux sur les tables, les livres des étagères. Le premier point est marqué lorsque Natacha trouve un message. Puis Raphaël soulève un tapis et voit une flèche, et Adelaïde et Antoine trouvent des clés pour ouvrir une malle.

Adélaïde, Natacha, Antoine et Raphaël, quatre étudiants de Mines ParisTech qui participent à l’escape game de la liste Polaromine. // © Aude Lorriaux
Adélaïde, Natacha, Antoine et Raphaël, quatre étudiants de Mines ParisTech qui participent à l’escape game de la liste Polaromine. // © Aude Lorriaux

Plus tard, la fine équipe met enfin la main sur une tablette contenue dans un sac fermé par un code, mais il faut encore trouver le mot de passe pour ouvrir la tablette ! "C’est quelque chose que vous avez sous le nez", indique Mahaut. Tiens, les bouteilles dégagent des odeurs… et sur le mur les ingrédients d’une recette sont accompagnés de chiffres… Bingo ! La tablette s’ouvre et les fichiers peuvent être effacés. Il ne restait plus que trente secondes de jeu… L’honneur est sauf !

À l’image de cet escape game, une campagne BDE est "une belle expérience de groupe", analyse Martin. "Cela nous apprend le travail d’équipe, l’organisation, la communication, il faut savoir se vendre et valoriser les bonnes choses, commente Alexiane. Ce sera utile dans notre vie pro et perso et c'est une véritable libération par rapport à la prépa", ajoute-t-elle en souriant. Une fois élue, la liste qui l'emportera devra poursuivre ce travail en participant à la vie de l'école. Le plus dur reste donc à faire !