1. #Erasmusdays 2019 : les lycéens à la découverte du programme Erasmus+
Reportage

#Erasmusdays 2019 : les lycéens à la découverte du programme Erasmus+

Envoyer cet article à un ami
Pendant les Erasmusdays, les lycéens ont évoqué l’histoire de l’UE grâce à une carte géante. // © Pauline Bluteau
Pendant les Erasmusdays, les lycéens ont évoqué l’histoire de l’UE grâce à une carte géante. // © Pauline Bluteau

Qu’est-ce que le programme Erasmus ? Vous sentez-vous Européen(ne) ? Quelles sont les origines de l’Union européenne ? Près de 180 lycéens étaient invités à répondre à toutes ces questions lors des ateliers organisés par le CIDJ dans le cadre des #Erasmusdays. Nous les avons suivis.

Les 10, 11 et 12 octobre 2019, plus de 1.100 événements sont organisés partout en France pour promouvoir l’Europe et le programme Erasmus+. Ce vendredi, le CIDJ (centre d’information et de documentation jeunesse) a donc reçu près de 180 lycéens, de la seconde à la terminale, pour leur donner quelques clés.

"Les #Erasmusdays sont l’occasion de sensibiliser et d’informer les jeunes. Même s’ils ne sont pas concernés dans l’immédiat, au moins ils savent que les dispositifs existent", explique Valérie Montembault, organisatrice de la journée au CIDJ.

Erasmus+ c’est quoi ?

"Est-ce que vous pouvez définir ce qu’est l’Union européenne ? – Un groupe de pays ?" Timides, les lycéens hésitent à répondre aux questions de la conseillère du CIDJ. Pour leur premier atelier, un petit groupe d’une vingtaine d’élèves est invité à découvrir le programme Erasmus+. Quels en sont les avantages ? Peut-on découvrir l’Europe si on n’en a pas les moyens ? À partir de quel âge peut-on voyager seul(e) ? Tout un tas de questions sont abordées.

Mais les élèves sont rapidement mis en difficulté. "L’année de césure ? Jamais entendu parler", s’exclame un élève de première STMG. Les questions s’enchaînent : "Vous connaissez le CES, le corps européen de solidarité ? Ça pourrait vous servir si vous partez à l’étranger. Écoutez bien !" poursuit Valérie Montembault.

Pendant 30 minutes, les lycéens tentent de comprendre ce qu’est le programme Erasmus+ mais aussi tous les dispositifs en lien avec la mobilité : CES, Europass, Discover EU… "J’ai appris plein de choses, ça m’a donné envie de voyager dans le cadre de mes études.Je vais y réfléchir", assure Franck, élève de première STMG en section européenne. "C’est important de leur en parler le plus tôt possible. J’ai moi-même bénéficié de ce programme, je veux leur faire partager mon expérience", insiste Virginie Mathieu, professeur de management en filière technologique au lycée Roger Verlomme à Paris.

Lire aussi : Erasmus+ : 5 idées reçues sur le programme d'échanges européen

L’Europe au cœur des débats

Le groupe passe ensuite à une toute autre activité : un débat sur la culture européenne. "C’est l’atelier qui m’a le plus plu", poursuit Franck. Plusieurs questions sont posées aux lycéens qui doivent ensuite expliquer s’ils sont d’accord ou non. "Vous sentez-vous Européen(ne) ?" La classe se scinde en deux groupes. "Je suis Française, donc Européenne", affirme une lycéenne. "Je n’ai pas de carte ou de document officiel qui prouve que je suis Européen, donc j’ai du mal à me faire à cette idée", répond un autre.

D’autres thèmes sont passés au crible. Faut-il une langue commune ? Les grands événements sportifs et culturels créent-il de la rivalité ou de la cohésion entre les pays ? L’Europe fait-elle assez d’efforts en matière d’environnement ? Les élèves n’hésitent pas à réagir et à confronter leurs idées. "C’est un thème très important et qui nous concerne", estime Inès, également en première STMG.

Lire aussi : Erasmus+ : la carte des établissements qui peuvent vous envoyer à l'étranger

"Des études à l’étranger, pourquoi pas ?"

Les lycéens visionnent ensuite le témoignage d’une étudiante en Erasmus, puis reviennent sur l’histoire de l’UE à travers une carte géante. Toutes ces activités sont en fait un prétexte pour les amener à la réflexion. "Aujourd’hui, je sais que je ne suis pas capable de partir seule dans un pays étranger mais dans quelques années, pourquoi pas ?", raconte Inès, qui souhaite travailler dans le marketing digital.

Pour Julien, en première professionnelle, cette journée est l’occasion d’en savoir plus dans le cadre de son projet. "Mon école me propose de faire un stage d’un mois en Irlande en mars prochain. Pour moi c’est une super opportunité, je vais pouvoir ajouter cela à mon CV. Et puis si je peux aussi partir en terminale dans un autre pays, je le ferai sans hésiter."

Lire aussi : Brexit : quel impact sur les étudiants en Erasmus+ ?