1. Brexit : quel impact sur les étudiants en Erasmus+ ?
Décryptage

Brexit : quel impact sur les étudiants en Erasmus+ ?

Envoyer cet article à un ami
Pour les étudiants ayant l'intention de choisir le Royaume-Uni comme destination d'un échange Erasmus+, le Brexit ne devrait pas produire d'éventuels changements avant le 1er janvier 2021. // © AdobeStock
Pour les étudiants ayant l'intention de choisir le Royaume-Uni comme destination d'un échange Erasmus+, le Brexit ne devrait pas produire d'éventuels changements avant le 1er janvier 2021. // © AdobeStock

Partira, partira pas ? Le sort du Royaume-Uni dans l’Union européenne est encore en suspens. Quoi qu’il en soit, la France préfère anticiper le Brexit. Étudiants ou futurs étudiants Erasmus+, a priori, vous ne devriez pas être concernés par d'éventuels changements avant le 1er janvier 2021... Même si rien n'est encore totalement fixé.

Trois ans après le référendum et malgré les désaccords au sein même du Parlement britannique, le Royaume-Uni est sur le point de quitter l’Union européenne. En 2018, 4.249 étudiants français ont franchi la Manche pour y poursuivre leur cursus dans le cadre d'Erasmus+. Aujourd'hui, le pays est la deuxième destination préférée des étudiants en échange. Mais le Brexit pourrait tout de même avoir un impact sur la mobilité future.

Si vous aviez prévu de suivre une partie de vos études supérieures au Royaume-Uni, quels changements concrets peuvent vous concerner ? Malgré plusieurs scénarios encore envisageables, une année de transition devrait vous permettre de préparer au mieux votre départ et vous donner la possibilité d'anticiper.

Pas de changement cette année…

Alors que le Royaume-Uni avait jusqu'au 29 mars puis jusqu'au 12 avril 2019 pour accepter l'accord du Parlement européen, la date butoir de sortie de l'UE a finalement été fixée au 31 octobre 2019. Le Royaume-Uni sera donc officiellement considéré comme membre de l'Union européenne jusqu'à l'automne prochain.

Comme le mentionne le site Erasmus+, les projets de mobilité des étudiants continuent d’inclure le pays jusqu’à sa sortie officielle. Par la suite, celui-ci pourra toujours faire partie du programme Erasmus+ en tant que pays partenaire au même titre que la Norvège, l’Islande ou la Turquie.

Lire aussi : Erasmus+ : Brexit oblige, le Royaume-Uni attire moins

Sauf si le Royaume-Uni décide de se retirer de l'UE sans accord avec Bruxelles… Auquel cas, des mesures d’urgence sont prévues pour les étudiants Erasmus+ résidant actuellement au Royaume-Uni. Au moment du Brexit, ils pourront achever leur séjour et recevoir leurs bourses sans qu’il n'y ait de changements à effectuer.

… ni pour la rentrée prochaine

Pour ceux qui envisagent de partir en Erasmus+ en 2019–2020, pas de bouleversement en perspective non plus. En effet, l’accord prévoit une période de transition au plus tard du 1er novembre 2019 au 31 décembre 2020. Pendant cette période, les conditions pour séjourner au Royaume-Uni restent inchangées. Frais d’inscription, accès aux prêts étudiants, demande d’alternance dans les entreprises britanniques… Les étudiants bénéficient des mêmes droits. Mais là encore, cela ne sera pas le cas si le Royaume-Uni ne ratifie pas l’accord prévu par l’Union européenne.

Concernant les visas, la Commission européenne a proposé une mesure permettant à tous les citoyens européens de voyager au Royaume-Uni sans visa, et inversement pour les ressortissants britanniques. La mesure est encore en voie d’adoption.

Lire aussi : Erasmus+ : la carte des établissements qui peuvent vous envoyer à l'étranger

Seuls les crédits ECTS acquis pendant vos études au Royaume-Uni ne seront pas concernés par le Brexit. Le pays fait partie de l’espace européen de l’enseignement supérieur, tout comme 48 autres pays. Or, ce cadre est indépendant de l’Union européenne. Les notes que vous obtiendrez, ou que vous avez obtenu au Royaume-Uni, restent donc valables en France.

Autre élément à prendre en compte : la possibilité de rester outre-Manche pour y travailler. Avec ou sans accord, le pays s’est engagé à accueillir les demandeurs d’emploi français.

Tout dépendra donc des accords

Comme vous l’aurez compris, le sort du Royaume-Uni n’est pas définitivement fixé. Plusieurs scénarios sont encore envisageables. Le premier étant la non-signature de l'accord avec Bruxelles avant le 22 mai 2019 et le refus d'organiser les élections européennes. Dans ce cas, le pays ne sera plus obligé d'appliquer les lois de l'UE à compter du 1er juin 2019.

Deuxième cas de figure : le Parlement britannique vote en faveur du retrait avant le 22 mai. Il a ensuite jusqu'au 31 octobre pour ratifier l'accord avec Bruxelles. S'il ne respecte pas les délais, le pays ne sera plus considéré comme un pays membre de l'UE à compter du 1er novembre 2019. Il s'agira d'un "no deal". Dans ces deux cas, il n'y aura pas de période de transition et le pays fixera ses propres modalités pour accueillir les étudiants en Erasmus+.

Toutefois, si le pays respecte toutes les conditions (vote en faveur du retrait avant le 22 mai et ratification avant le 31 octobre), le Royaume-Uni sortira officiellement de l’Union européenne au plus tard le 31 octobre 2019 et le droit européen sera appliqué jusqu’au 31 décembre 2020. La période de transition pourra encore être étendue de une à deux années supplémentaires.

N’hésitez pas à contacter le service des relations internationales de votre établissement pour être informé en temps réel des éventuels changements. Vous trouverez également toutes les informations mises à jour régulièrement au sujet du Brexit sur le site Erasmusplus.fr.