1. Études de pharmacie : la nouvelle formule en préparation pour la rentrée 2018
Décryptage

Études de pharmacie : la nouvelle formule en préparation pour la rentrée 2018

Envoyer cet article à un ami
A partir de la rentrée 2018, les études de pharmacie évoluent pour améliorer l'orientation professionnelle. // © plainpicture/Jérome Gerull
A partir de la rentrée 2018, les études de pharmacie évoluent pour améliorer l'orientation professionnelle. // © plainpicture/Jérome Gerull

Une réforme des études de pharmacie, touchant les étudiants du 1er au 3e cycles, est entamée. Si les discussions sont en cours, certaines modifications entreront en vigueur dès la rentrée 2018. Seuls étudiants concernés pour le moment : ceux de deuxième et troisième année.

À partir de la rentrée 2018, les étudiants de 1er cycle (deuxième et troisième année) de pharmacie seront les premiers à bénéficier de la réforme menée sur l’ensemble du cursus. L’un des objectifs principaux ? Mieux préparer les apprentis pharmaciens à la vie professionnelle.

Lire aussi : Pharmacie : de l’amphi aux officines

Du nouveau pour les stages

Pour cela, la répartition des stages a été revue. Le premier stage "d’initiation", qui a lieu lors de la deuxième année, sera réduit à quatre semaines au lieu de six.
Le stage d’application pourra quant à lui être effectué à l’hôpital. Jusqu’à présent, les étudiants étaient obligés de se tourner vers l’officine. "Cette ouverture vise à faire découvrir le milieu hospitalier aux étudiants qui souhaiteraient se tourner vers l’internat", justifie Bernard Muller, président de la Conférence des doyens des facultés de pharmacie.
En troisième année, le stage d’application pourra être allongé. "Nous conseillons un stage de deux semaines", indique Dominique Porquet, chargé de mener la réforme.
Enfin, le nouvel arrêté affirme la possibilité pour les étudiants d’effectuer un stage optionnel, hors cursus, quand ils le souhaitent.

La préparation d’un projet d’orientation professionnelle

Faire plus de stages pourra notamment permettre d’alimenter le projet d’orientation professionnelle des étudiants, autre nouveauté instaurée par la réforme. En effet, dès le premier cycle, les futurs pharmaciens devront construire ce projet, qui conditionnera le choix de leur spécialité en quatrième année.
Effectuer des stages, se rendre à des forums, s’informer sur la filière visée… Toutes les démarches liées au projet professionnel des étudiants pourront être intégrées à un portfolio, présenté en milieu de quatrième année. "Les étudiants seront très encadrés dans la construction de ce projet, garantit Dominique Porquet. Ils pourront notamment rencontrer des professionnels issus des différentes filières pharmaceutiques." L’accompagnement des élèves entrant en troisième année à la rentrée 2018 se verra renforcé, dans la mesure où ils n’auront pas pu bénéficier du dispositif en deuxième année.

Ce projet d’orientation professionnelle servira de base pour justifier son choix de spécialité en milieu de quatrième année. En fonction de la cohérence des éléments présentés, un jury donnera son accord, avec ou sans réserves, au passage vers telle ou telle autre spécialité. S’il estime que le projet présente des lacunes, le jury pourra demander à l’étudiant de refaire un stage ou d’étoffer ses connaissances sur le métier visé pour accéder à la spécialité choisie. Ceux qui se dirigeront vers l’internat devront également constituer leur projet professionnel, s’assurant un "plan B" en cas d’échec au concours.

La réforme du 2e cycle à la rentrée 2019 ?

Pour les étudiants actuellement en 2e ou 3e cycle, aucun changement n’aura lieu à la rentrée 2018. En revanche, des modifications devraient entrer en vigueur en septembre 2019, pour ceux qui entameront alors leur quatrième ou cinquième année.
Comme pour le 1er cycle, le stage d’application de quatrième année pourrait être allongé. Quant à celui effectué à l’hôpital en cinquième année, qui dure aujourd'hui six mois, des possibilités de le moduler sont discutées. Il pourrait être réduit de quelques semaines, en fonction de la durée des stages effectués au préalable.
Enfin, le service sanitaire ainsi qu’une formation à la vaccination devront être intégrés à ce 2e cycle.

Lire aussi : Études de santé : un service sanitaire obligatoire dès la rentrée 2018

Cinq DES pour le 3e cycle

Toutes les spécialités seront bientôt sanctionnées par un DES (diplôme d’études spécialisées). Les étudiants auront le choix entre deux cycles longs (cinq ans), en pharmacie hospitalière ou biologie médicale, deux cycles courts en pharmacie industrielle ou officinale, et le DES recherche. Le gros chantier porte sur le DES de pharmacie officinale, qui devrait garantir un statut d’interne aux futurs pharmaciens. Le parcours SPR (spécialités pharmaceutiques et recherche) remplacera l’actuel DES IPR (innovation pharmaceutique et recherche).
Rien n’est encore acté, et les modalités de ces changements seront décidées dans les prochains mois par décret. Si le DES pharmacie hospitalière pourrait être mis en place dès la rentrée 2019, les autres ne seront ouverts dans leur nouvelle forme qu’en 2021.