1. Fin du concours infirmier : faut-il renoncer à la prépa et si oui, pour faire quoi ?
Décryptage

Fin du concours infirmier : faut-il renoncer à la prépa et si oui, pour faire quoi ?

Envoyer cet article à un ami
Cherchez l’erreur : les prépas préparent à un concours qui n'existe plus // © CHRU Tours
Cherchez l’erreur : les prépas préparent à un concours qui n'existe plus // © CHRU Tours

Le gouvernement vient d’annoncer la disparition du concours infirmier. Lycéens ou étudiants inscrits en prépa privée à la rentrée 2018, l'Etudiant fait le point sur les alternatives qui s'offrent à vous pour ne pas perdre une année.

Selon le ministère de la Santé, un tiers des élèves inscrits en première année de soins infirmiers sont issus d’une formation préparatoire. Sachant que les IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) ont accueilli 31.300 petits nouveaux, un peu plus de 10.000 lycéens et étudiants peuvent remettre en question l'utilité de leur choix de formation. Voici quelques éléments de réponse si vous êtes dans ce cas.

Une nouvelle prépa qui prépare à quoi ?

Jusqu'à présent, l'année de prépa permettait d'augmenter ses chances de réussir le concours infirmier. La majorité des établissements privés qui la proposent ont précipitamment modifié leur programme pour s'adapter à la réforme des études en soins infirmiers. Demain, ils ne prépareront plus au concours, mais aux études. A priori, certaines structures proposeront également des cours de mise à niveau, en science ou en culture générale.

Lire aussi : Études d’infirmier : le concours en moins, Parcoursup en plus

Difficile, pour le moment, de se prononcer sur les avantages de ce prélude aux études (rentrée plus sereine, moins de risques de redoubler, etc.) "Si la prépa pour laquelle vous avez opté n'a pas adapté son contenu, si elle prépare toujours aux épreuves écrites et orales, son intérêt est nul", met en garde Ludivine Gauthier, la présidente de la FNESI (Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers).

Que ce soit dans le cadre de rencontres professionnelles ou de stages d'observation, la prépa vous permet également de développer vos connaissances du milieu hospitalier, de la fonction d'infirmier libéral, etc. Autant de connaissances qui peuvent fortifier votre projet professionnel, et donc le dossier de candidature que vous présenterez aux IFSI l’an prochain.

Rompre le contrat, mode d'emploi

Chaque prépa présente son propre contrat, et donc ses propres conditions de résiliation (concernant le remboursement du premier acompte parfois versé en amont de la formation, notamment). Si vous considérez que l'année de prépa n'a plus de raison d'être, relisez attentivement ces clauses et contactez le directeur de l'établissement en question en invoquant votre méconnaissance de la réforme au moment de votre inscription.

Il n'est pas trop tard pour un plan B

Il est encore temps d'aller voir ailleurs, grâce notamment à la phase complémentaire de la plate-forme Parcoursup. Ouverte jusqu’au 21 septembre 2018, elle permet aux candidats qui n’ont pas définitivement accepté de proposition de faire jusqu’à dix vœux. Celles et ceux qui ont boudé la plate-forme ont jusqu'au 21 juillet inclus pour créer leur dossier.

Du côté des universités, par exemple, pas moins de 17 PACES (première année commune aux études de santé) proposent encore des places au 10 juillet, principalement en outre-mer, mais aussi à Brest, Montpellier et Toulouse. Autres possibilités : une licence de sciences sanitaires et sociales (à Brest, Lorient ou encore Marseille), ou une licence de sciences de la vie (une quarantaine de facultés recrutent encore).

"Outre les cursus scolaires, le secteur médico-social offre des missions de service civique, des stages et des emplois, par exemple dans le milieu hospitalier ou l'aide à domicile, rappelle Ludivine Gauthier de la FNESI, avant de mettre en garde : Cette alternative présente toutefois l'inconvénient de la déscolarisation. En perdant le rythme et l'habitude des études, on prend le risque de ne jamais reprendre."

Lire aussi : Parcoursup : la procédure complémentaire, c'est parti !

Pourquoi faire un cursus de transition ?

Au cours de cette année intermédiaire effectuée au sein d'un établissement privé, en prépa, en licence, en DUT (diplôme universitaire de technologie) ou en BTS (brevet de technicien supérieur), vous pourrez postuler sur Parcoursup en première année de soins infirmiers, dès janvier 2019, parfois en validant certains crédits ECTS. Le gouvernement promet de "prendre en compte et valoriser" toute formation de transition. La motivation dont vous aurez fait preuve, ainsi que les connaissances que vous aurez acquises, seront un plus pour votre candidature.

Et si votre prépa a fait banqueroute ?

Votre prépa a mis la clé sous la porte (la Fédération nationale de l’enseignement privé estime qu’une prépa sur deux fermera à terme) et les nouvelles inscriptions à la phase complémentaire de Parcoursup sont closes (à partir du 22 juillet 2018) ? Pour vous, le mieux est de contacter le rectorat de votre académie, qui pourra peut-être vous proposer une solution de secours selon votre dossier et les places encore disponibles.