1. PACES : le tutorat, un gage d'égalité pour les étudiants
Reportage

PACES : le tutorat, un gage d'égalité pour les étudiants

Envoyer cet article à un ami
Le tutorat est une aide précieuse pour les futurs médecins. // © Virginie Bertereau
Le tutorat est une aide précieuse pour les futurs médecins. // © Virginie Bertereau

#RécitsdeRentrée Episode 3. Aide à l’apprentissage, conseils d’organisation, de méthodologie, aide dans les révisions… Partout en France, les tutorats aident gratuitement ou en échange d'une petite somme symbolique les étudiants de la PACES pour préparer le concours. Reportage à la faculté de médecine de Sorbonne Université à Paris.

Les schémas et les QCM défilent sur le tableau. Ils sont une quinzaine, concentrés, à n’en pas perdre une miette. Depuis mi-août déjà, ces étudiants se préparent à l’univers impitoyable de la PACES, première année commune aux études de santé. 80% des 60.000 candidats buttent sur le concours, chaque année. Mais ces aspirants médecins, pharmaciens, sages-femmes, dentistes ou kinés peuvent compter sur un allié en or : le tutorat, un dispositif d’aide au concours, soutenus par les facultés.

Ce vendredi, le tuteur, un étudiant en troisième année de médecine, propose un cours basé sur une correction de QCM en biochimie, à la faculté de médecine de Sorbonne Université. "Cela me rassure d’être épaulé, explique Ibrahim, 18 ans. J’ai l’impression que cela remet un peu d’égalité des chances dans le jeu. Personnellement, je ne peux pas me payer une prépa privée".

Dans cette faculté parisienne, le tutorat est gratuit. Si ce n’est pas le cas partout, les tarifs d’inscription sont toujours très bas. Selon l’Association nationale des étudiants en médecine (ANEMF), il vous en coûtera en moyenne et par an 25,66 euros dans les régions et 18,23 euros en Ile-de-France. Un faible coût qui explique aussi sans doute la popularité du tutorat. Ici, à Sorbonne Université 600 des 1.700 étudiants de la PACES se sont inscrits pour le stage de pré-rentrée du tutorat.

Lire aussi : Infirmier, kiné, psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste… : les numerus clausus 2019–2020

Le tutorat, un allié pour les futurs soignants

Entre l'aide à l’apprentissage, les conseils d’organisation, de méthodologie ou encore l'aide dans les révisions, l'accompagnement proposé va bien au-delà des entraînements réguliers réalisés dans des conditions réelles du concours.
Ainsi, les étudiants peuvent avoir accès à des publications qui reprennent et illustrent les cours, avec des QCM d’entraînement. "C’est la seule chose qu’on fait payer. Et ces polycopiés sont au prix du papier tout simplement", précise Charlotte Lassaigne, 21 ans, vice-présidente en charge de tutorat à la fac de médecine de Sorbonne Université.

Les étudiants peuvent même unir leurs efforts pour bachoter. Lors de séances en petits groupes, ils s’interrogent entre eux sur des notions. "C’est une façon plus sympathique de réviser, on retient mieux", reprend Charlotte Lassaigne.
Le tutorat vise aussi à offrir un soutien moral. Chaque étudiant en PACES peut être accompagné par un parrain. Il se voit ainsi attribuer, dans un esprit de compagnonnage, un étudiant d’année supérieure qui devient une personne de confiance.

Une solution d'entraide entre les étudiants

"Le tuteur n’est pas seulement là pour épauler l’étudiant, qui n’est pas qu’une bête à concours, il est aussi présent pour vérifier que celui-ci va bien", souligne Lisa Robinet, vice-présidente chargée des tutorats à l’Association nationale des étudiants sages-femmes (ANESF).

Dans le même esprit, nombre de tutorats, soucieux du bien-être des étudiants, proposent des séances de sport. "Le rôle des tuteurs est de faire comprendre à l’étudiant que travailler 24 heures, ce n’est pas possible", reprend Lisa Robinet.

Pour ce qui concerne l’aide à l’orientation, les tuteurs sont des sources de première main. "Un étudiant qui hésite par exemple entre les filières sage-femme et médecine peut rencontrer des tuteurs issus de ces filières pour le guider". explique Amélie Siaume-Mendez, chargée des tutorats à l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF).

Lire aussi : Etudes de santé : le coût de la rentrée augmente

Pas de quoi hésiter si vous entrez en PACES, estime Théo Martin, vice-président chargé des tutorats à l'ANEMF. "Vivez à fond votre année. Faites confiance à vos tutorats qui sont des services faits par les étudiants et pour vous. Ils savent ce que vous vivez et seront toujours là pour vous accompagner tout au long de votre année. Bon courage !"