1. Parcoursup : entre surprise, déception et soulagement, les réactions des candidats
Témoignage

Parcoursup : entre surprise, déception et soulagement, les réactions des candidats

Envoyer cet article à un ami
Pour certains candidats, Parcoursup n'est pas un très bon moment à passer.... // © Twitter
Pour certains candidats, Parcoursup n'est pas un très bon moment à passer.... // © Twitter

C’est finalement avec une heure d’avance que Parcoursup a révélé ses premières propositions d’admission aux lycéens et étudiants le 15 mai 2019. Si pour certains l’inquiétude a laissé place au soulagement, pour d’autres, le stress n’a fait qu’augmenter…

Dès 18 heures (et non pas 19 heures), les candidats ont eu la surprise de découvrir avec un peu d’avance leurs résultats sur Parcoursup, le 15 mai 2019. Comme l’année dernière, les réactions ont fusé dès la réception des premières propositions d’admission sur les réseaux sociaux.

Trois clans se sont donc formés : ceux qui ont sauté de joie parce qu’ils ont pu valider un vœu le soir même, ceux qui ont paniqué en découvrant leur position sur la liste d’attente et ceux qui ont fait part de leur déception et de leur mécontentement après avoir essuyé des refus. Sans oublier les candidats qui n’ont pu accéder à leur dossier que vers 22 heures, une fois que le pic de connexion était redescendu. Retour sur cette soirée riche en émotions.

Lire aussi : Parcoursup : les réponses à vos questions sur la phase d'admission

"J’ai libéré plein de places, bonne chance les amis !"

Pour certains étudiants, l’aventure Parcoursup s’est terminée dès mercredi dans la soirée. Et pour cause, les candidats ayant reçu des réponses positives n’ont pas hésité à confirmer leur vœu dans la foulée. "J’ai sauté de joie, j’étais surprise mais très heureuse, je suis vraiment rassurée", avoue Clémence, en bac L à Sancerre (18). Avec 18 vœux au compteur dont sept en prépa littéraire, la lycéenne estime qu’elle a eu beaucoup de chance. "Je n’ai pas d’excellents résultats. Les profs nous ont mis beaucoup de pression, donc j’avais beaucoup de doutes quant à mes chances d’intégrer cette formation." Un seul de ses vœux a finalement été refusé. Après en avoir discuté avec ses parents, Clémence a réussi à valider une prépa située à Orléans au bout de quelques heures.

Même résultat pour Romane, en bac S à Bar-Le-Duc (55) qui entrera en PACES (première année commune aux études de santé) à Nancy à la rentrée prochaine. "C’était mon vœu préféré. Je l’ai validé tout de suite pour pouvoir libérer des places rapidement, mais j’avais très peur de faire une fausse manip’, ça n’aurait pas été drôle !", s’exclame-t-elle. La lycéenne se dit soulagée et contente de sortir de ce stress permanent. "L’année dernière, on a vu que même les bons élèves avaient eu des refus, cela aurait très bien pu être mon cas." Romane se focalise désormais sur son bac, la prochaine étape avant d’entrer dans le supérieur.

Lire aussi : Parcoursup : les 8 étapes à ne pas manquer à partir du 15 mai

Les interminables listes d’attente

Mais pour d’autres, l’attente ne fait que commencer. À commencer par Laury, actuellement en BTS assistant manager à Dijon. C’est la troisième année que l’étudiante fait des vœux pour intégrer la formation de son choix. "J’ai connu APB en 2017 où je suis allée jusqu’à la procédure complémentaire et j’ai finalement accepté ce BTS mais j’ai voulu retenter ma chance sur Parcoursup l’année dernière pour intégrer un BTS communication ou commerce international. Encore des refus. Cette année, j’ai fait des vœux en licence info-com et LEA (langues étrangères appliquées) mais je suis sur liste d’attente partout", regrette Laury.

L’étudiante, qui estime pourtant avoir un bon dossier, se dit complètement découragée par la procédure. "J’étais très énervée quand j’ai vu les résultats, j’ai mis du temps à rédiger toutes mes lettres de motivation, j’étais très impliquée mais j’ai l’impression d’avoir fait tout ça pour rien." La jeune fille compte se désinscrire de Parcoursup dès la semaine prochaine si elle ne reçoit aucune proposition d’ici là.

Lire aussi : Parcoursup : que faire si vous êtes sur liste d'attente ou liste d'appel ?

Au contraire, Clément et Léo paraissent plus optimistes. Confiants quant à leur chance d’intégrer la formation qu’ils souhaitaient, les deux lycéens ont été très surpris de découvrir les résultats. En liste d’attente dans tous leurs vœux, ils attendent avec impatience que d’autres places se libèrent. "Je suis 10e sur 300 dans la liste d’attente d’un BTS tourisme mais pour l’instant je ne préfère pas me prononcer, je suis vraiment perplexe pour la suite", confie Clément, en bac professionnel accueil relation clients et usagers à Castelsarrasin (82).

De son côté, Léo, en bac L à Avesnes-sur-Helpe (59) estime avoir toutes ses chances d’intégrer une licence LEA anglais-néerlandais, son vœu favori. "Mercredi soir, j’étais 6e sur la liste d’attente et ce matin je suis passé 4e. J’en ai parlé à mon professeur principal, d’après lui, cela devrait aller."

Parcoursup devient "Parcourseum"

Enfin, pour certains candidats, Parcoursup est surtout un mauvais souvenir. Entre "Parcourchute" et "Parcourseum", la plate-forme n’a cessé d’être rebaptisée. Et si plusieurs candidats prennent leurs résultats avec humour, pour d’autres, l’annonce a fait l’effet d’une douche froide. "Je me doutais que je ne serais pas prise en IFSI et en BTS immobilier, les deux formations qui m’intéressaient le plus, parce que mon dossier est un peu juste mais ça reste quand même une déception", avoue Noémie, en bac ES à Nancy. Sur les conseils de ses professeurs, la lycéenne a préféré anticiper en demandant également une formation en alternance. "Les seules conditions, c’est d’avoir son bac et de trouver un patron, je pense que d’ici juillet cela sera bon."

Les candidats refusés peuvent d’ores et déjà demander un rendez-vous avec un conseiller d’orientation au sein de leur lycée ou d’un CIO (centre d’information et d’orientation) pour envisager d’autres formations avant le début de la phase complémentaire le 25 juin et ainsi formuler de nouveaux vœux.