1. En 2019, suivez Tiffanie, en bac pro : "Pour moi, Parcoursup sera mon plan B"
Témoignage

En 2019, suivez Tiffanie, en bac pro : "Pour moi, Parcoursup sera mon plan B"

Envoyer cet article à un ami
Tiffanie envisage d'entrer dans une école du secteur social pour devenir monitrice-éducatrice. // © Photo fournie par le témoin
Tiffanie envisage d'entrer dans une école du secteur social pour devenir monitrice-éducatrice. // © Photo fournie par le témoin

TIMELINE, ÉPISODE 2. Toujours dans l’optique d’intégrer une prépa puis une école de moniteur-éducateur, Tiffanie s’est renseignée sur toutes les options qui s’offraient à elle sur Parcoursup. Résultats : le BTS et la licence pourraient bien faire partie de ses choix.

En stage depuis début décembre 2018, Tiffanie n’a pas eu le temps de s’occuper de son orientation. Pourtant, les idées ne manquent pas. "J’ai regardé les prépas en sanitaire et social mais il n’y en a aucune sur Parcoursup", raconte la lycéenne en bac pro. Si elle veut profiter des vacances pour faire des recherches plus affinées, Tiffanie compte aussi sur ses parents pour prendre la meilleure décision.

Lire aussi l'épisode 1 : "Je vise une prépa puis une école de moniteur-éducateur"

Le BTS et la licence comme "roues de secours"

"Je n’ai pas vraiment envie de faire un BTS sanitaire et social, ni d’aller à la fac pour pouvoir intégrer ensuite une école de moniteur-éducateur, mais on ne sait jamais…" Plutôt positive face à son avenir, Tiffanie n’imagine pas faire deux ou trois années d’études supplémentaires pour atteindre son objectif. Mais la jeune fille préfère tout de même prendre ses précautions et suivre le conseil de ses professeurs. "Si je ne suis prise dans aucune prépa, il faut bien que j’ai une roue de secours sur Parcoursup."

Lire aussi : Parcoursup : les écoles sociales et paramédicales qui recrutent hors Parcoursup

Penser à l’après-bac

Les vacances seront l’occasion à la fois de mieux s’informer et surtout d’en discuter avec ses proches. "J’ai vu une prépa à Angers, mais cela veut dire qu’il faut que je prenne un logement. C’est un coût supplémentaire pour mes parents, donc ils doivent aussi me donner leur avis, explique-t-elle. Et j’ai aussi besoin qu’ils me donnent des conseils sur les formations que j’envisage, c’est important pour moi."

Pour l’instant, deux options sont déjà bien engagées pour la lycéenne. "J’ai envoyé mon dossier et je suis déjà convoquée au mois de janvier pour un entretien." Confiante, elle semble presque avoir hâte d’y être. "Je suis vraiment rassurée. Au début de l’année, j’avais l’impression que cela serait difficile de trouver ce que je veux et finalement, cela se profile plutôt bien !"