Quel est le rôle des ambassadeurs du service national universel ?

Par Amélie Petitdemange, publié le 06 Avril 2021
5 min

Les ambassadeurs du service national universel 2021 seront bientôt sélectionnés. Les lycéens Angélique et David, ambassadeurs en 2019, racontent leur expérience.

Les 18 ambassadeurs du service national universel (SNU) pour l’année 2021 seront nommés d’ici quelques jours. Cette année, les volontaires ont postulé sur les réseaux sociaux et un jeune est sélectionné par région.

Les ambassadeurs représenteront ainsi le SNU sur leur territoire et y porteront la voix des participants. Ils seront les référents des jeunes volontaires de leur région tout au long de l’expérience.

Lire aussi

Un rôle de représentation et de médiation

Les ambassadeurs ont à la fois un rôle de représentation et de médiateur. "Nous avons fait des voyages à Paris et réalisé de nombreuses interviews avec les médias au sujet du SNU. Nous racontions notre vécu, pourquoi nous avons fait un SNU…", illustre Angélique Liguoro, en terminale technologique et ex-ambassadrice pour la région Vaucluse. "Ce rôle de représentation était aussi fort sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui encore, je reçois beaucoup de questions sur la messagerie d’Instagram. Je rassure et je conseille les jeunes intéressés".

Être ambassadeur est très chronophage. En plus de parler sans arrêt aux médias, ils ont en effet un rôle de médiateur. "Il faut dialoguer avec les jeunes pour savoir si leur SNU se passe bien et faire remonter d’éventuels problèmes à la direction", explique David Bouvier, en terminale générale et ex-ambassadeur pour la Creuse.

Cet engagement nécessite ainsi d’avoir une bonne élocution, d’être à l’écoute et de savoir gérer son stress, affirme le jeune homme.

Lire aussi

Aisance à l’oral

Les ambassadeurs de l’année 2019 ont été choisis pour leur aisance à l’oral et leurs qualités relationnelles. "J’étais en seconde quand Gabriel Attal (alors secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et aujourd'hui porte-parole du gouvernement) est venu dans notre classe. J’ai osé poser des questions même si on était filmés. Il a demandé à ma CPE de me proposer le rôle d’ambassadrice", raconte Angélique. Même cas de figure pour David, qui a été choisi pour sa sociabilité et son calme.

Selon les deux lycéens, ce rôle d’ambassadeur leur a apporté de nouvelles qualités et des valeurs de cohésion et de partage. "Quand je suis revenue, mes parents m'ont dit que j'avais gagné en maturité et en confiance en moi. J’étais plus à l’aise et plus ouverte aux gens", assure Angélique.

Angélique et Gabriel Attal, alors secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse.
Angélique et Gabriel Attal, alors secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse. // © Photo fournie par le témoin

Lire aussi

Nouvelles rencontres

Ils ont aussi noué des liens avec les ambassadeurs des autres régions. "La rencontre avec les autres a été exceptionnelle, des liens se sont tout de suite créés. Quand on est allés à Paris pour le défilé du 14 juillet, on a réalisé qu'on ne reviendrait plus tous ensemble. Ça a été émouvant, on a tous pleuré", raconte la lycéenne de 18 ans.

Aux futurs ambassadeurs, elle conseille de se faire confiance. "Soyez à l'aise, ne vous prenez pas la tête, ne doutez pas et n’ayez pas peur". Même son de cloche chez David, qui conseille de "profiter pleinement" de cette expérience… et de la noter sur son CV.

Articles les plus lus

A la Une engagement et vie associative

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road