Quel bilan un an après la généralisation du Pass Culture ?

Par Clément Rocher, publié le 04 Mai 2022
5 min

Près de deux millions de jeunes ont bénéficié de ce dispositif permettant d'obtenir un crédit de 300 euros pour accéder à des activités artistiques et culturelles.

Le 21 mai 2021, le Pass Culture est devenu accessible à tous les jeunes de 18 ans après deux années d'expérimentation. Grâce à ce dispositif, ils peuvent bénéficier d'un crédit de 300 euros pour avoir accès à de multiples activités artistiques et culturelles.

Un an après, Sébastien Cavalier, président de la société Pass Culture, a été invité par la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication du Sénat afin de faire un point d'étape sur le déploiement de ce nouvel outil à destination de la culture et de la jeunesse. À cette occasion, il a également annoncé les futurs développements du dispositif avec deux objectifs : faire bénéficier du Pass culture à trois millions de jeunes utilisateurs d'ici la fin de l'année 2022 et étendre la part collective pour démocratiser encore l'accès aux activités culturelles.

Autre évolution récente : son extension aux lycéens et collégiens à partir de la classe de quatrième. 1.800.000 jeunes se sont inscrits sur l'application Pass Culture dont 750.000 jeunes âgés de 15 à 17 ans.

Les jeunes achètent majoritairement des livres avec le Pass Culture

Pour l'instant, les jeunes de 18 ans ont massivement plébiscité le livre : ce bien culturel représente 56% des dépenses des sommes allouées via le Pass Culture. Avec une nette préférence pour le genre manga. "Le Pass Culture montre que les jeunes lisent et c’est une bonne nouvelle", estime Sébastien Cavalier.

Lire aussi

Le cinéma et le spectacle vivant bénéficient aussi du Pass Culture

Les jeunes continuent également à se rendre dans les salles obscures : 17% des dépenses concernent le cinéma. La troisième source de dépense est plus inattendue : elle concerne l'achat d'instruments de musique. En 2021, le total des dépenses culturelles remboursées par le biais du Pass culture a représenté 101 millions d’euros.

Les premiers chiffres de l'année 2022 montrent que les jeunes sont intéressés par le spectacle vivant. "On voit une belle dynamique qui est en train de s’opérer. Les jeunes ont plus d’appétence à aller dans les festivals qu'à aller dans les salles classiques. 3.800 billets ont été vendus avec le Pass Culture pour le Printemps de Bourges", explique le responsable.

Seulement 20% de la part collective utilisée pour l'éducation artistique et culturelle

Depuis le 1er janvier 2022, une part collective du Pass Culture est aussi directement distribuée aux établissements publics et établissements privés sous contrat. Elle permet aux professeurs d’organiser des activités artistiques et culturelles. Seuls 20% des établissements scolaires l'ont utilisé.

"C'est un nouvel outil de financement de l’éducation artistique et culturelle. La culture fait partie de la construction de l’individu. Chaque classe dispose d’un budget de 800 euros en moyenne pour financer des sorties culturelles ou accueillir au sein des établissements des acteurs culturels", rappelle Sébastien Cavalier.

Depuis quatre mois, cette part collective est employée par les professeurs à 40% pour un spectacle vivant. Ils utilisent également ce budget pour emmener leurs élèves au cinéma ou pour effectuer des visites guidées.

La question du transport est désormais à l'étude. En effet, son absence peut constituer une barrière pour accéder à la culture dans les territoires ruraux et périurbains. "Nous réfléchissons à ouvrir la possibilité de financer en dernier recours les transports avec le Pass Culture", annonce Sébastien Cavalier.

Des extensions de la part collective à l'étude

Le Pass Culture a vocation à rendre accessible la culture à un maximum de jeunes. "Dans cette perspective, le président de la République a lancé cette idée d'étendre la part collective du Pass aux classes de sixième et de cinquième. Cela pourrait être une belle manière de renforcer l’activité artistique et culturelle", poursuit-il.

Une réflexion est également en cours pour ouvrir la part collective aux jeunes en apprentissage. Ainsi, plus de 300.000 jeunes pourraient être concernés.

Articles les plus lus

A la Une vie étudiante

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !