Prix Goncourt des lycéens 2021 : "Pour les élèves, lire quinze livres en deux mois est un exercice exigeant"

Par Cécile Marchand-Ménard, publié le 25 Novembre 2021
5 min

Après délibération, 2.000 lycéens de France ont récompensé Clara Dupont-Monod du prix Goncourt des lycéens, ce jeudi 25 novembre. S’il permet la reconnaissance d’une œuvre, ce prix est également l’occasion pour les jeunes jurés de développer des compétences précieuses pour leur avenir étudiant et professionnel.

À la rentrée de septembre, 2.000 élèves issus de 56 classes de la seconde à la terminale, de filières générales comme techniques, ont découvert le défi qu’ils allaient devoir relever en deux mois : lire quinze ouvrages sélectionnés par l’Académie Goncourt et les départager afin d’élire leur lauréat.

Après délibération, l'autrice Clara Dupont-Monod a ainsi reçu le prix Goncourt des lycéens 2021, ce jeudi 25 novembre, pour son roman "S'adapter" paru aux editions Stock. "Nous ne pensions pas réussir à lire autant en si peu de temps. Personnellement, je ne lisais pas énormément avant septembre", témoigne Paola, élève en seconde au lycée Charlemagne à Paris (75) et jurée cette année.

"Un exercice unique et exigeant"

"Pour la plupart des élèves, c’est la première fois qu’ils lisent dans de telles conditions", confirme Ingrid Lesueur, coprésidente de l’association le Bruit de lire, chargée de coordonner le prix.

"C’est un exercice unique et exigeant", souligne également Estelle Favet, responsable des évènements culturels pour la Fnac, qui organise le prix depuis 1988 en partenariat le Ministère de l’Éducation nationale.

Contre toute attente, l’expérience réconcilie bien souvent de nombreux lycéens avec la lecture. "Les élèves ont travaillé dur, en plus des heures de cours. Une douzaine ont lu plus de dix livres", félicite Marie-Lyse Dubois, professeure documentaliste au lycée Charlemagne.

Lire aussi

Muscler son esprit critique et sa lecture

Pour certains élèves, las de l’étude d’œuvres classiques au collège et au lycée, la découverte de récits contemporains agit presque comme une révélation. "Des lycéens qui avaient complètement délaissé la lecture se sont retrouvés bouleversés à la découverte d’un roman, explique Estelle Favet. Les sujets abordés dans les livres sélectionnés étant bien souvent d’actualité, la lecture est donc devenu plus accessible et vivante."

Cette initiation accélérée à la littérature française contemporaine permet aux jeunes participants de développer leur sens de l’analyse et d’affûter leur esprit critique. "Découvrir un livre c’est aussi savoir en parler, forger son esprit critique, ses capacités d’argumentation, précise Estelle Favet. Souvent, les jurés développent leur assurance et découvrent leur capacité à défendre leur point de vue devant d’autres."

Côté enseignants, le prix permet de mettre en place des exercices afin de mieux appréhender la lecture, inégalement maitrisée par les jeunes. Pour rappel, 9,5% des participants à la Journée de défense et de citoyenneté (JDC) en 2020 rencontraient des difficultés de lecture. Exercices de lecture rapide, rédaction de fiches, analyses stylistiques mais aussi séances de lecture à voix haute ont rythmé les deux mois intensifs précédents la sélection de novembre.

Des savoir-faire précieux pour leur avenir étudiant et professionnel, assure Marie-Lyse Dubois : "Ils abordent toutes les compétences demandées pour le baccalauréat de français mais aussi des compétences transversales". Paola, qui hésite encore à s’orienter vers le journalisme, confie notamment avoir aiguisé sa curiosité.

Pour ces lycéens, c'est aussi l'occasion d'assimiler un grand nombre d'ouvrages en peu de temps. Un atout majeur pour des cursus types prépa, pas uniquement littéraire, mais aussi de droit, de sociologie ou d’histoire.

Lire aussi

La lecture grande cause nationale jusqu’en 2022

Rien de surprenant donc, à ce qu’aux côtés de l’opération Jeunes en librairie, La Nuit de la lecture et la revalorisation du pass culture, le Prix Goncourt des lycéens soit devenu un des leviers du gouvernement afin de promouvoir la lecture, grande cause nationale entre 2021 et 2022. "Lire et en particulier à voix haute, doit être remis au cœur de l’engagement de toute la Nation", déclarait Emmanuel Macron, le 17 mai dernier à l’occasion du 400ème anniversaire de Jean de la Fontaine.

Alors que le dernier baromètre "Les Français et la lecture" de l’institut Ipsos pour le Centre national du livre révèle que seulement 80% des 15–24 ans se perçoivent comme lecteurs, contre 92% en 2019, le gouvernement s’est engagé à réconcilier les jeunes français et la lecture. Une nouvelle réjouissante, à en croire Marie-Lise Dubois : "Avec la lecture, les élèves développent des compétences universelles, qu’ils vont pouvoir réinvestir mais découvrent aussi une source de plaisir".

Articles les plus lus

A la Une lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !