1. Lycée
  2. seconde
  3. Bâtiments rénovés, animations, activités : ce que veulent les lycéens d'Ile-de-France
Témoignage

Bâtiments rénovés, animations, activités : ce que veulent les lycéens d'Ile-de-France

Envoyer cet article à un ami
Plus de 800 jeunes sont venus écouter les résultats de la consultation des lycéens d'Ile-de-France  // © Sophie de Tarlé
Plus de 800 jeunes sont venus écouter les résultats de la consultation des lycéens d'Ile-de-France // © Sophie de Tarlé

La région Ile-de-France a lancé une consultation de l’ensemble des lycéens franciliens pour faire un état des lieux de leurs préoccupations. Si les élèves déclarent être heureux, il reste selon eux certains points à améliorer. Ils réclament notamment des bâtiments rénovés, plus d'espace, et davantage d'animations et d'activités culturelles.

"Pour une fois qu’on nous demande notre avis !", déclarent en cœur les lycéens venus de toute l’Ile-de-France pour témoigner avec enthousiasme sur la scène du théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées. Ce 7 février 2014, ils étaient près de 900 lycéens et enseignants rassemblés à Paris. Tous étaient venus écouter les résultats de la consultation lancée par le Conseil régional d’Ile-de-France. Une enquête menée auprès de 18.000 élèves de 471 lycées franciliens grâce à la participation très active des membres du CVL (Conseil de la vie lycéenne) qui ont diffusé les questionnaires.

"C’est un outil extrêmement précieux pour bâtir des politiques publiques qui répondent aux attentes des lycéens franciliens", a déclaré Henriette Zoughebi, vice-présidente en charge des lycées au Conseil régional, présente aux côtés de Jean-Paul Huchon, le président.

Les élèves sont heureux au lycée

Premier constat : 82 % des répondants se déclarent "heureux" au sein de leur lycée. Seulement 12 % s'y sentent malheureux et 3 % très malheureux. Les lycéens les plus heureux sont ceux de l’Essonne, les moins heureux sont ceux de Seine-Saint-Denis. Autre bonne nouvelle : 72 % d’entre eux jugent que leur lycée est bien adapté à leurs besoins et 77 % n’ont pas l’impression d’y perdre leur temps.

Capture d’écran 2014-02-07 à 17.33.54
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.



Les relations entre élèves et équipes éducatives sont jugées satisfaisantes par près des deux tiers d’entre eux. Enfin, 64 % des lycéens ayant répondu à la consultation estiment que le lycée les prépare bien à la vie professionnelle.


Quelles sont les préoccupations majeures des lycéens ? En premier, viennent les résultats scolaires (84 %), la charge de travail (77 %), le manque d’ouverture du lycée sur l’extérieur (62 %), l’état des bâtiments (60 %), les problèmes de violence et de harcèlement (53 %), les inégalités et les discriminations (53 %). La moitié sont préoccupés par le manque d’échange avec les adultes et les difficultés des élèves (logement, argent, sans-papier).

Des lycées à rénover

Les lycéens réclament un lycée plus convivial avec plus d’animations, davantage d’activités artistiques et culturelles et des horaires modifiés pour alléger la charge de travail. Ils souhaitent en priorité des bâtiments rénovés (chauffage, nouvelle peinture, matériel informatique, des salles plus grandes).

"Nous sommes dans la plus grosse cité scolaire d’Ile-De-France avec 5.000 élèves. Pourtant, les locaux sont dégradés. Certaines salles ont été rénovées comme le labo de physique. Mais, dans d’autres, il y a des trous dans le parquet, les peintures sont écaillées. Il existe même encore une salle avec un poster pour l’élection de Mitterrand, et ce n’est pas un document prévu pour un cours d’histoire !", témoignent Philippine et Louis, élèves de première S et membres du CVL du lycée Janson-de-Sally, à Paris. 

Capture d’écran 2014-02-07 à 17.34.09
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.



Plus d'espace pour travailler et se détendre

Autre attente : avoir plus d’espace pour le travail ou pour la détente (une salle d’étude avec ordinateurs imprimante et manuels, une salle de repos). "Nous aimerions disposer d’une salle de permanence surveillée pour faire les devoirs dans le calme. La plupart du temps, le CDI (centre de documentation et d'information) est réservé aux élèves de prépa", se plaint Philippine.

Les lycéens aimeraient aussi qu’on améliore la cantine et disposer de plus de temps pour déjeuner. Enfin, les lycéens réclament des toilettes dignes de ce nom. "La plupart du temps, l’endroit est répugnant", souligne Philippine. "Et le quota de toilettes par élève n’est pas respecté", ajoute Louis.

S’expatrier pour trouver un emploi

Sur le volet "réussite", d’autres chiffres sont intéressants. Ainsi, Plus du tiers des élèves interrogés considèrent qu’ils ont été mal orientés. Plus de la moitié souhaiteraient qu’on développe les stages en entreprise pour découvrir des métiers, 35 % qu'on organise plus de rencontres avec des professionnels. Environ 30 % voudraient un accompagnement plus individualisé dans l’orientation et la visite d’anciens élèves.

Mais seulement 9 % souhaitent créer leur entreprise (14 % dans la filière professionnelle). Parmi eux, 44 % ont déclaré avoir un projet à développer. Enfin, 13 % souhaitent s’installer à l’étranger. Les lycéens sont loin d’être insouciants. Parmi ceux qui pensent à l’expatriation, un sur cinq pense partir "parce qu’il est trop difficile de trouver un emploi en France".

Enfin, le volet "démocratie au lycée", est aussi instructif. Les jeunes veulent être davantage impliqués dans la vie du lycée et notamment dans le choix des animations, les règles de vie, l’orientation et l’aménagement et la rénovation de l'établissement.

Les réponses du Conseil régional
Le Conseil régional a pris acte des demandes des lycéens et Henriette Zoughebi a annoncé  plusieurs mesures, notamment un plan de maintenance des lycées. "Dans ce plan, je souhaite que les toilettes soient traités en priorité, vous l'avez dit dans le questionnaire, et particulièrement les filles", a-t-elle déclaré. Concernant l'ouverture culturelle et les animations,  une scène ouverte pour les lycéens, qui se produira à l'occasion du festival Solidays, pourrait être lancée par Julien Dray, le vice-président à la culture.

Pour aller plus loin : Paris toujours la meilleure ville étudiante au monde / Paris-Descartes, une fac entre sur-mesure et grande série / "Imaginez le campus du futur" : Paris-Saclay challenge les étudiants