1. Lycée : y aura-t-il une sélection à l’entrée des spécialités de première ?
Décryptage

Lycée : y aura-t-il une sélection à l’entrée des spécialités de première ?

Envoyer cet article à un ami
Tous les élèves de seconde pourront-ils obtenir la spécialité de leur choix ? Réponse en fin d'année. // © plainpicture/Caiaimages/Anthony Lee
Tous les élèves de seconde pourront-ils obtenir la spécialité de leur choix ? Réponse en fin d'année. // © plainpicture/Caiaimages/Anthony Lee

Élèves en seconde, vous aurez bientôt à choisir vos spécialités de première si vous envisagez de rejoindre la voie générale. Une moyenne trop basse, un manque de places dans votre établissement peuvent-ils restreindre vos possibilités ? L’Etudiant fait le point.

Jusqu’à présent, le conseil de classe pouvait refuser l’accès à une série de bac : un élève très faible en physique, SVT (sciences de la vie et de la Terre) et mathématiques n’avait que peu de chances d’aller en S si les professeurs des trois disciplines s’y opposaient. Désormais, le conseil de classe peut uniquement se prononcer sur le passage de seconde en première technologique ou générale.

Pas d'interdiction mais une bonne réflexion

À la fin du deuxième trimestre, vous devez indiquer quatre spécialités, présentes dans votre établissement, que vous envisagez de suivre en première. Ce chiffre peut s’élever à cinq si l’un de ces enseignements n’est pas présent dans le lycée dans lequel vous êtes inscrit. Le conseil de classe émet alors des recommandations pour chacune des spécialités. Il ne s’agit que d’un avis consultatif : l'institution ne peut pas décider pour vous. Les élèves feront part de la combinaison finale des trois disciplines choisies à l'issue du troisième trimestre.

Lire aussi : Un choix de spécialités plus restreint que prévu

En théorie, vos notes de seconde ne peuvent donc pas conditionner le suivi d'une discipline. Cependant, n'en faites pas complètement abstraction. De l’avis des professeurs, le programme de la spécialité "mathématiques", par exemple, serait du niveau de celui actuellement suivi par les élèves de série scientifique.

C’est un paramètre à prendre en compte lors de votre choix : en sélectionnant une discipline malgré des difficultés récurrentes en classe de seconde, vous vous exposez au risque d’être perdu et de ne jamais pouvoir rattraper votre retard. Or, si vous la conservez en classe de terminale, vous devrez passer une épreuve au bac de coefficient 16. Et une mauvaise note pour une matière aussi importante pourrait compromettre l’obtention de votre diplôme. Réfléchissez bien !

Des contraintes de places ?

En théorie donc, les élèves ne peuvent pas se voir refuser l’accès à un cours sous prétexte d’un manque de places. Une sélection à l’entrée des spécialités ferait des vagues. D’autant plus que le choix des enseignements pourrait s’avérer déterminant pour la suite de vos études : certains établissements du supérieur devraient conditionner leur accès aux spécialités choisies.

Lire aussi : Comment suivre une spécialité qui n'est pas dans votre établissement ?

Mais des incertitudes et des imprécisions persistent sur la pratique au sein des établissements… "Mon professeur principal m'a clairement signifié que si je ne remontais pas mes notes en SVT, je ne pourrais pas choisir cette spécialité", raconte Emma, élève de seconde dans un lycée privé sous contrat des Hauts-de-Seine qui aimerait devenir médecin. Un coup de pression de l'enseignant pour la faire davantage travailler ?

Et si les textes législatifs n'indiquent aucune limitation du nombre de places, quelques indices pourraient nuancer les choses, notamment dans le cadre de spécialités mutualisées. En effet, des académies, comme celles de Paris, assurent que les élèves de première peuvent suivre un enseignement dispensé dans un autre lycée à deux conditions : si des partenariats existent entre établissements et si des places sont encore disponibles au moment de l’inscription. Les contraintes de places existent donc bel et bien.