1. BTSA gestion et protection de la nature
Boîte à outils

BTSA gestion et protection de la nature

Envoyer cet article à un ami

Pour le BTSA gestion et protection de la nature, retrouvez en un clic le programme, les débouchés, le nombre d’établissements qui le proposent et le taux de réussite. Source : Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), session 2015. En cas d’absence d’information, vous trouverez la mention NC (non communiqué).

Ce BTS est accessible en alternance.

OÙ SE FORMER au BTSA gestion et protection de la nature

Pour trouver votre futur établissement :
- consultez notre annuaire des formations
- pour une formation en alternance, consultez notre annuaire de l'alternance

LES CHIFFRES CLÉS du BTSA gestion et protection de la nature

- Nombre d'établissements : environ 55

- Origine des admis en 2016 : 23,2 % bac STAV, 27,5 % bac pro, 26,1 % bac année antérieure, 16,8 % bac S, 3,8 % bac STI2D, 2,5 % bac ES

- Taux de réussite : 69,3 %

LE PROGRAMME du BTSA gestion et protection de la nature

1re et 2e années :

- Volume horaire hebdomadaire : français (1 h) ; documentation (0,5 h) ; langue vivante (2 h) ; histoire et géographie (0,5 h) ; éducation socioculturelle (3,5 h) ; éducation physique et sportive (1,5 h) ; mathématiques (1,25 h) ; informatique (0,75 h) ; biologie-écologie (2,5 h) ; sciences économiques, sociales et de gestion (3,5 h) ; agronomie (1 h) ; aménagement / gestion des espaces naturels (6 h) ; non affecté (dont modules d’initiative locale) (3 h) ; activités pluridisciplinaires (3 h)

- Volume horaire total : 1740 h

- Stage en entreprise : 12 à 16 semaines

Consulter le programme détaillé :

Le programme pédagogique national du BTSA gestion et protection de la nature (pdf).

LES DÉBOUCHÉS du BTSA gestion et protection de la nature

Le technicien supérieur agricole en gestion et protection de la nature peut travailler dans l'animation nature ou dans la gestion des espaces naturels. Sur le terrain, les deux métiers sont rarement séparés. Ce technicien polyvalent cumule ainsi un grand nombre de tâches et de rôles. Il sensibilise le public à la nature et à l'environnement. Sa culture naturaliste, sa connaissance des outils de communication lui permettent de gérer et de promouvoir des activités nature. Il peut aussi inventorier le patrimoine naturel et proposer des solutions d'aménagement et de gestion des espaces en s'appuyant sur ses connaissances en agronomie, sylviculture, aquaculture, cynégétique, paysage... Ses employeurs sont le plus souvent les syndicats d'initiative, les organismes de vacances et de loisirs, les administrations territoriales, les parcs naturels, les services extérieurs des ministères ou les organismes de développement.

- Exemples de métiers : technicien(ne) de chantier (rivière, cynégétique...) - technicien(ne) surveillance - animateur(trice)/éducateur(trice) nature - garde (chasse, pêche, littoral, rivière, parc nationaux)

- Poursuite d'études : prépa ATS bio, autre BTSA en 1 an, écoles d'ingénieurs, licence professionnelle (métiers de la protection et de la gestion de l'environnement, chimie analytique, contrôle, qualité, environnement...)

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bien choisir son BTS ou son DUT", par Christèle Boisseau-Potier.