1. Numerus clausus en médecine : combien de places supplémentaires dans votre fac en 2017 ?
Décryptage

Numerus clausus en médecine : combien de places supplémentaires dans votre fac en 2017 ?

Envoyer cet article à un ami
Le numerus clausus en médecine augmente de 499 places en 2017. // © Burger / Phanie
Le numerus clausus en médecine augmente de 499 places en 2017. // © Burger / Phanie

478 places supplémentaires vont être ouvertes en médecine dès 2017 mais quelles facultés sont concernées et dans quelles proportions ? L'arrêté établissant la répartition de ces places, fac par fac, est publié mercredi 11 janvier 2017. Pour la première fois, le numerus clausus dépassera cette année les 8.000 places.

D'après l'arrêté publié mercredi 11 janvier 2017, 478 places supplémentaires sont ouvertes en médecine à l'issue du concours de la Paces (Première année commune aux études de santé). Deux changements sont à noter par rapport aux informations publiées par l'Etudiant dès le 13 décembre 2016 : le numerus clausus 2017 de la faculté de Corte s'élèvera à 27 places au lieu de 25, et celui de l'université d''Aix-Marseille sera de 362 places au lieu de 390. Le tableau récapitulatif ci-dessous a été actualisé. In fine, le numerus clausus s'élève à 8.124 places et 26 facultés sont concernées.

L'arrêté précise également le nombre de places ouvertes à la rentrée 2017 pour les expérimentations permettant d'être admis directement en 2e année d'études de médecine après une ou plusieurs années de licence :

Angers 47
Clermont-Ferrand 1 14
Paris 5 21
Paris 7 51
Paris 13 31
Poitiers 10
Rouen 35
Saint-Etienne 11
Strasbourg 16
Tours 26

Deux semaines après l'annonce par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, de la hausse du numerus clausus en médecine, la répartition des 499 places supplémentaires – soit une hausse de 6,51 % – entre facultés a été arrêtée.

D'après le document que l'Etudiant s'est procuré, toutes les facultés ne sont pas concernées dans les mêmes proportions : seules 25 facultés sur 42 vont bénéficier de places supplémentaires et les hausses s'échelonnent de 2 % à 40 %.

Le numerus clausus pour 2017 va ainsi s'établir à 8.150 places pour la médecine, soit une augmentation supérieure à 1.200 places en dix ans. En 2015-2016, le numerus clausus en médecine avait déjà été augmenté de 149 places.

Une répartition décidée en dialogue avec les doyens

Pour la première fois cette année, "la répartition du numerus clausus ne s'est pas faite au niveau national mais a relevé d'une concertation avec les doyens", explique Jean-Luc Dubois-Randé, président de la Conférence des doyens de médecine. Il rappelle d'ailleurs que l'obtention des places supplémentaires est conditionnée au vote du conseil de gestion de chaque faculté. Un garde-fou visant à s'assurer que la hausse du numerus clausus n'aura pas d'incidence sur la qualité de la formation.

Lire aussi sur Educpros.fr : Exclusif. Numerus clausus en médecine : comment sont réparties les places supplémentaires ?

À cet égard, tant l'ANEMF (Association nationale des étudiants en médecine de France) que la Conférence des doyens de médecine insistent sur le fait que les places suplémentaires doivent être cohérentes avec les capacités de formation des facultés de médecine. "Les UFR de médecine doivent s'assurer que tous leurs étudiants suivent au moins un stage en médecine générale au cours de leur formation", insiste Antoine Oudin, le président de l'ANEMF. 

C'est pour cette raison que certaines facultés, estimant qu'elles étaient au maximum de leur potentiel de formation, n'ont pas demandé de places supplémentaires.

25 facultés de médecine concernées

Sur les 25 facultés de médecine concernées par la hausse du numerus clausus, cinq connaissent une augmentation supérieure à 20 % : l'université Lyon 1 Sud (+ 41 %), l'UVSQ (université Versailles-Saint-Quentin, + 26 %), l'université catholique de Lille (+ 25 %), Nice (+ 24 %), et Lyon 1 Est (+ 22 %). À l'exception de Paris-Descartes, toutes les universités franciliennes bénéficient également d'une augmentation du numerus clausus.

À l'inverse, le nombre d'étudiants admis en 2017 n'augmentera pas à Brest, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille 2, Limoges, Nancy, Paris 5, en Polynésie française, à Reims, Rouen et Tours.

Dans 5 facultés, le numerus clausus est stable depuis 2014

Si l'on regarde l'évolution du numerus clausus depuis 2014, celui-ci est resté stable dans six facultés. Il s'agit des facultés de Brest, Nancy, Paris 5, de la Polynésie française et de Reims.

 

Répartition du numerus clausus fac par fac sur deux ans en médecine

Faculté Numerus clausus en 2016-2017 Augmentation par rapport à 2015-2016 Taux d'augmentation
Amiens 206 6 3 %
Angers 187 17 10 %
Antilles 120 127 5 5,83 %
Guyane 7 2
Besancon 186 10 5,68 %
Bordeaux 340 6 1,80 %
Brest 171 0 0
Caen 200 0 0
Clermont-Ferrand 196 0 0
Corte 27 2 NC
Dijon 229 0 0
Grenoble 190 0 0
Lille catho 130 26 25 %
Lille 2 458 0 0
Limoges 141 0 0
Lyon-Est 333 527 60 116 21,98 % 28,22 %
Lyon-Sud 194 56 40,58 %
Marseille 362 47 NC
Montpellier-Nimes 224 15 7,18 %
Nancy 308 0 0
Nantes 223 5 2,29 %
Nice 157 30 23,62 %
Noumea 13 3 30 %
Paris 5 – Descartes 351 0 0
Paris 6 – Pierrre-et-Marie-Curie 323 10 3,19 %
Paris 7 – Diderot 337 10 3,06 %
Paris 11 – Paris-Sud 150 20 15,38 %
Paris 12 -Créteil 175 20 12,90 %
Paris 13 – Bobigny 153 15 10,87 %
Paris-Versailles 145 30 26,09 %
Poitiers 205 8 4,06 %
Polynesie francaise 19 0 0
Reims 201 0 0
Rennes 220 20 10 %
Rouen 232 0 0
Saint-Denis – Réunion 108 15 16,13 %
Saint-Étienne 149 10 7,19 %
Strasbourg 247 15 6,47 %
Toulouse-Purpan 252 10 4,13 %
Toulouse-Rangueil
Toulouse-Pharmacie
Tours 255 0 0
Total 8.150 499 6,51 %