1. Quel avenir pour les métiers de la grande distribution ?
Boîte à outils

Quel avenir pour les métiers de la grande distribution ?

Envoyer cet article à un ami

Pas de doute pour nos experts : le secteur, marqué par l’arrivée de nouveaux services et le développement de nouveaux concepts, continuera à embaucher. À quels postes ? Avec quelles formations ? Voici leurs conseils. 

Patrick San Isidoro, maître de conférences associé et responsable pédagogique de la licence pro Distech à l’IAE (institut d’administration des entreprises) de Lyon 3


Quels sont les métiers qui recruteront d’ici à 5 ans ?
 
"En magasin, les fonctions transversales de “category manager” sont appelées à se développer. La catégorie représente un secteur dans la grande distribution, tel que le multimédia ou le produit frais. Le category manager intervient donc d’un bout à l’autre de la chaîne, depuis l’analyse des besoins du marché jusqu’à la logistique. Il agit par des actions de marketing, sourcing (recherche de fournisseurs), sélection et relation avec les marques, politique de prix… La tendance est à la gestion locale et personnalisée au niveau du client, pour lui proposer, par exemple, des promos ciblées selon ses achats. Au niveau des fonctions support, les postes au service des achats et au service marketing seront aussi en forte demande."

Quels choix d’études aujourd’hui ?
 
"Nos effectifs sont à 80 % composés de titulaires d’un BTS (brevet de technicien supérieur) MUC (management des unités commerciales) ou d’un BTS négociation et relation client, attirés par l’envie de travailler, le salaire et le partage de leur temps entre l’entreprise et l’université via l’apprentissage. Cependant, au bout de 6 mois de formation, ils se rendent compte que pour profiter au maximum des opportunités offertes par les grands groupes, il serait préférable de continuer jusqu’au bac+5. C’est vrai que la licence professionnelle est un peu juste pour tout ce qui touche aux outils fins du marketing stratégique. D’ailleurs, les enseignes qui accueillent des étudiants en formation les poussent à poursuivre leurs études…"


Bruno Bersegol, Directeur du Bachelor Distribution-ECAL, à Rouen Business School


Quels sont les métiers qui recruteront d’ici à 5 ans ?
 
"Actuellement j’ai cinq offres d’emploi pour un jeune qui sort de nos formations. Le secteur se recentre sur la qualité et la proximité, avec des besoins forts pour les métiers de bouche comme les bouchers, boulangers… mais il développe également de nouveaux concepts et services. Ainsi le concept “drive” (où l’on passe chercher ses courses en voiture dans un dépôt) conduit à une évolution des métiers classiques, comme celui de chef de rayon. Dans les hypers, on voit apparaître le métier de planificateur. Avant, un chef de rayon supervisait dix employés, maintenant le manager de rayon n’en gère plus que 3 ou 4, et le planificateur organise une équipe d’employés “libre-service”, polyvalents et répartis selon les besoins."

Quels choix d’études aujourd’hui ?
 
"À l’ECAL, nous proposons un diplôme de manager de rayon à bac+2, et un diplôme de responsable opérationnel à bac+3. À l’heure actuelle, j’ai autant de demandes pour des bac+2 que pour des bac+3. L’évolution de ces derniers sera néanmoins plus rapide, en raison de leur niveau de connaissances en stratégie d’entreprise. Lorsque nous recrutons nos étudiants, nous recherchons avant tout des personnes qui aiment le commerce. Après, nous travaillons avec eux sur leur projet professionnel, afin de déterminer par exemple dans quel format de magasin ils se sentiront le plus à l’aise."


Jérôme Bédier, Président de la FCD (Fédération du commerce et de la distribution)


Quels sont les métiers qui recruteront d’ici à 5 ans ?
 
"Il continuera à y avoir des besoins sur nos métiers traditionnels : les chefs de rayon et métiers de bouche. Il y aura aussi des besoins très spécifiques sur des fonctions qui se développent ou évoluent : vétérinaires pour tout ce qui touche à la sécurité et à la qualité alimentaire, métiers liés à l’arrivée des nouveaux produits, comme la téléphonie mobile… La tendance est aussi au renforcement des équipes marketing directement en magasin."

Quels choix d’études aujourd’hui ?
 
"Nous nous impliquons dans de nombreuses formations reconnues par nos enseignes, depuis le CAP (certificat d’aptitude professionnelle), BEP (brevet d’études professionnelles), bac pro pour les métiers de bouche, jusqu’aux diplômes à bac+5 pour travailler au siège des entreprises, en passant par le BTS MUC, le DUT (diplôme universitaire de technologie) tech de co, ou encore la licence professionnelle. Mon conseil est d’essayer de viser le niveau de diplôme le plus élevé possible – cela accélère l’évolution au sein des enseignes – et de privilégier les formations par apprentissage."


Aurélie Prudhomme, Responsable carrières et recrutement chez Kiabi.


Quels sont les métiers qui recruteront d’ici à 5 ans ?
 
"Nos recrutements vont continuer les 5 prochaines années. Le nombre de managers commerciaux, dont le rôle est d’animer nos magasins, est amené à croître, en France comme à l’international. Dans les grands groupes, une dimension internationale est aussi nécessaire dans toutes les fonctions support. Parmi elles, nos besoins sont récurrents au niveau du contrôle de gestion et croissants au niveau de la logistique, puisque notre expansion engendre une augmentation du volume traité par nos entrepôts."

Quels choix d’études aujourd’hui ?
 
"Un parcours du type école de commerce est bien adapté, mais chez Kiabi, nous n’avons pas de formation type et privilégions les têtes bien faites plutôt que bien pleines, avec ou sans diplôme. Le dynamisme, l’ouverture à l’international notamment, sont très prisés. Nos collaborateurs bénéficient d’une forte mobilité tant géographique que hiérarchique. Ainsi, 90 % de nos directeurs de magasin sont issus de la mobilité interne et 20 % de nos collaborateurs changent de métiers tous les ans. La formation initiale est une première étape, mais l’entreprise a aussi un rôle de formation spécifique à chaque métier."



Thomas Vilcot, Responsable du développement des ressources humaines pour les hypermarchés et supermarchés Casino.


Quels sont les métiers qui recruteront d’ici à 5 ans ?
 
"Le métier qui connaît le plus de recrutements actuellement est celui de manager commercial. C’est un poste très intéressant car généraliste, avec un aspect management d’équipe qui en fait un véritable accélérateur de carrière. Par extension, il y a aura également de nombreuses perspectives d’embauches pour tous les métiers de gestion de centres de profits, de direction de supermarché… Diriger un supermarché, c’est faire le même métier qu’un directeur de PME (petites et moyennes entreprises), mais sans les risques !"

Quels choix d’études aujourd’hui ?
 
"Je crois beaucoup à l’apprentissage, notamment au niveau de la licence pro. Elle vient remplacer les formations du type BTS/DUT qui, à mon avis, ne suffisent plus. Le diplôme n’a cependant jamais été une clé d’entrée dans notre secteur. Bien sûr, un bac+5 évoluera peut-être plus vite vers des fonctions de direction qu’un bac+3, mais nous avons aussi des directeurs de supermarché titulaires de CAP, et des bac+5 qui s’épanouissent dans le métier de manager commercial."