1. Ce jeune danseur classique tutoie déjà les étoiles
Portrait

Ce jeune danseur classique tutoie déjà les étoiles

Envoyer cet article à un ami
François Alu sur les traces de Patrick Dupond. // © Julien benhamou
François Alu sur les traces de Patrick Dupond. // © Julien benhamou

LES JEUNES ONT DE L’AVENIR ! À l’âge de 9 ans, François Alu a décidé de voler aussi haut que le danseur étoile Patrick Dupont. Douze ans plus tard, il est déjà premier danseur au sein du Ballet de l’Opéra. À un grade de décrocher son étoile.

Grâce à son ascension fulgurante au sein du Ballet de l'Opéra, François Alu, 21 ans, est déjà "premier danseur", le dernier grade avant celui, tant envié, de "danseur étoile". On pouvait l'imaginer un peu trop sûr de lui, on découvre un jeune homme très mature, joyeux, affable, passionné et passionnant.

 

Fan de hip-hop à 4 ans

François avoue même avoir détesté, à ses débuts, la danse classique. "Je le dis sans honte. Quand j'ai eu 4 ans, ma mère, professeure de danse à Bourges [18], m'a mis à la barre, et j'ai fui ! J'étais le seul garçon du cours, et je ne rêvais que de grimper sur les murs et danser du hip-hop." Ce qu'il a fait. Jusqu'à ce que, à 9 ans, il découvre Patrick Dupond, sur une vidéo. "Il volait, c'était extraordinaire ! J'ai décidé que je ferais comme lui." Et il n'est pas loin d'y parvenir.

Dans la peau de Don Quichotte

Il entre à l'École de danse de l'Opéra à 11 ans, et dans le Ballet à 17. Depuis, tout lui réussit. Les petits rôles très techniques pleuvent, puis des rôles de solistes dans "Don Quichotte", "Notre-Dame de Paris" ou "Daphnis et Chloé, la dernière création de Benjamin Millepied à l'Opéra Bastille.

Lorsque France 2 cherche quatre jeunes danseurs à suivre pour un documentaire sur la préparation du concours annuel de l'Opéra, François Alu est de la bande, tout comme Léonore Baulac, sa copine, tout aussi talentueuse.

 

Extrasocial et ultraconnecté

Après la diffusion du documentaire, il est assailli de messages sur Facebook, et, à sa grande surprise, on le reconnaît dans la rue. Depuis, le jeune homme a créé son propre site Internet, en anglais. Parce qu'un danseur a le monde pour horizon.

Mais l'Opéra peut également devenir une tour d'ivoire. François le sait. "Heureusement, je suis extrasocial. Un jour, je ferai de l'humanitaire, pour rendre ce que l'on m'a donné. Je suis très conscient de ma chance." En février 2015, François interprétera son propre spectacle à Bourges, sa ville natale. Une manière de partager ce qu'il a reçu.