1. Difficultés personnelles, résultats scolaires et comportement qui se dégradent : conseil de discipline

Difficultés personnelles, résultats scolaires et comportement qui se dégradent : conseil de discipline

Envoyer cet article à un ami

QUESTION AU MÉDIATEUR - Peut-on faire intervenir le médiateur lors du passage d'un collégien en conseil de discipline ? Son fils étant accusé d'un recel de portable, la mère de Basile a fait appel au médiateur. Si ce dernier n’est pas intervenu au moment du conseil, il s’est interrogé sur les causes des difficultés de l’élève et de son changement de comportement.

Le problème posé
La mère de Basile a fait appel au médiateur car son fils de 15 ans, accusé de recel d’un portable volé, devait passer en conseil de discipline. Le médiateur a refusé d’intervenir et de faire pression sur le conseil, qui a décidé d’un mois d’exclusion. Mais après la tenue du conseil, le médiateur a repris le dialogue avec Basile et sa mère. Il a également rencontré le principal du collège et certains enseignants, afin de prendre la mesure de la situation et de ses causes.
Jusqu’en classe de 4e, les résultats scolaires de Basile étaient tout à fait satisfaisants. Mais au milieu de l’année, ses parents ont divorcé. Cette séparation difficile a fortement perturbé Basile, dont les résultats scolaires ont chuté et dont le comportement s’est dégradé. A l’issue d’une 3e qui s’est mal passée le conseil de classe a décidé d’un redoublement. C’est au cours de cette seconde 3e que s’est tenu le conseil de discipline.
Or, le médiateur a appris qu’au moment de la crise initiale, personne, au collège, ne s’était préoccupé du changement d’attitude de l’élève. Au contraire, le jour de la rentrée de sa deuxième 3e, il a été accueilli à la porte par un conseiller principal d’éducation, qui lui a lancé "Toi, on ne te ratera pas. A la première occasion, dehors !"

L’intervention du médiateur

Après avoir rencontré à 3 reprises Basile et sa mère, le médiateur a passé un contrat moral avec l’élève. Basile s’est engagé à se mettre au travail. Dans le même temps et en dépit du scepticisme du principal, le médiateur a obtenu de l’équipe enseignante qu’un appui pédagogique individuel soit mis en place. Le contrat passé a produit ses effets. Basile est passé en seconde. A l’issue du 1er trimestre, ses résultats étaient dans la moyenne de la classe, avec une note de vie scolaire de 20/20.

Que faut-il retenir ?

Un certain nombre d’élèves de tous milieux sociaux doivent endurer, au cours de leur scolarité, des difficultés familiales (désunion de leurs parents, maladie grave, décès…) qui peuvent constituer un traumatisme majeur. Dans ce contexte, le système scolaire, de l’école au lycée, ne peut se fixer pour unique objectif de transmettre des connaissances. Le soutien des élèves en difficulté sociale ou affective relève désormais de la mission scolaire. Il suppose la mobilisation des équipes et l’utilisation de méthodes adaptées (repérage des difficultés, soutien psychologique, médical et scolaire) afin de restaurer autant que possible chez les élèves en difficulté la confiance en soi et l’équilibre psychologique indispensables aux apprentissages. Ce soutien requiert surtout de la part des responsables des établissements et des enseignants un état d’esprit de bienveillance et d’attention aux plus fragiles.

 

Contacter le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Les coordonnées du médiateur et des médiateurs académiques