1. Orthographe : le niveau des jeunes Français baisse

Orthographe : le niveau des jeunes Français baisse

Envoyer cet article à un ami
Le niveau baisse, mais s'améliore avec l'âge. // © Sam Edwards / PlainPicture / Caiaimages
Le niveau baisse, mais s'améliore avec l'âge. // © Sam Edwards / PlainPicture / Caiaimages

"Parmi" ou "parmis", "près" ou "prêt", "avoir à faire" ou "avoir affaire" ? Voici quelques-unes des 84 règles qui ont servi de base au Projet Voltaire pour évaluer le niveau des étudiants et jeunes actifs en orthographe. Résultat ? Le niveau moyen a baissé de 6 points entre 2010 et 2015. Mais bonne nouvelle : on s'améliore en vieillissant ! 

Le Projet Voltaire propose, depuis 2008, des services en ligne de mise à niveau en orthographe. Avec ses quelque 2 millions d'utilisateurs aujourd'hui, Woonoz, la société créatrice du projet, dispose d'une base de données importante sur "les francophones et l'orthographe".

Pour son premier baromètre, dévoilé le 11 juin 2015, l'entreprise a comparé le niveau de 4.600 de ses utilisateurs postbac (étudiants et jeunes entrants dans la vie professionnelle) en 2010 - avant leur entraînement - et celui de 84.000 de ses utilisateurs postbac en 2015.

Une baisse du niveau général


Premier constat : le niveau a baissé de 6 points en cinq ans. Les jeunes adultes français maîtrisaient 51 % des 84 règles de base en 2010, contre 45 % seulement aujourd'hui. Une baisse qui concerne aussi bien les femmes que les hommes, même si les premières devancent les seconds de 5 points.

En moyenne, les utilisateurs obtiennent dont la note de 9,08/20, alors qu'ils décrochaient encore 10,13/20 en 2010. Faut-il mettre en cause la plus large utilisation des réseaux sociaux, autrement dit le "langage SMS", ou un désintérêt pour des règles "trop compliquées" ? Le baromètre ne pousse pas ses investigations jusque-là. 

La bête noire des personnes sondées ? Les règles grammaticales, à commencer par les redoutables participes passés ! "Les enfants que j'ai entendus crier" ou "les enfants que j'ai entendu crier" ? Si vous avez un doute, l'explication se trouve sur le site du Projet Voltaire ! Dans une moindre mesure, les règles lexicales ("un employé" ou "un employer" ?) sont également moins bien connues qu'avant.

Premier de la classe, le Languedoc-Roussillon


Quant à la cartographie des "champions en orthographe", elle montre que sur 28.590 candidats au certificat Voltaire entre 2010 et 2015, ceux du Languedoc-Roussillon obtiennent en moyenne le plus haut score. Le Sud-Ouest compte d'ailleurs 9 départements dans le top 14 des meilleurs résultats.

Des chiffres à relativiser toutefois : dans cette zone géographique, le Projet Voltaire compte parmi ses clients plusieurs grandes écoles et autres établissements de l'enseignement supérieur qui préparent leurs étudiants au certificat Voltaire, tirant ainsi les résultats vers le haut.

Une nette progression entre le collège et la vie active


Les étudiants et jeunes actifs obtiennent des résultats bien meilleurs que les élèves du secondaire. En moyenne, les collégiens maîtrisent 26 % des règles d'orthographe, contre 35,5 % pour les lycéens, 43 % pour les étudiants et 54 % pour les salariés en entreprise. "Plus le temps d'exposition à la langue est important, plus on progresse. C'est normal", commente Pascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire.

Parmi les établissements de l'enseignement supérieur qui ont recours au Projet Voltaire : les universités, "davantage pour des filières comme le droit que pour les filières lettres", constate Pascal Hostachy, mais aussi les écoles d'ingénieurs, de commerce, de communication, des IUT (instituts universitaires de technologie) et des STS (sections de technicien supérieur). "De plus en plus d'entreprises reconnaissent la valeur du certificat Voltaire, estime-t-il. C'est désormais quelque chose que l'on peut mettre sur son CV pour valoriser ses compétences."

Au vu des résultats de ce premier baromètre, qui a vocation à devenir annuel, un peu d'entraînement sera nécessaire à la majorité des Français avant de pouvoir atteindre les 700 points (sur 1.000) validant une "très bonne maîtrise" de la langue française. Rendez-vous dans un an pour vérifier vos progrès !