Élian Potier, président de Urgence Harcèlement : "Quand on est témoin, on a la possibilité d’agir"

Par Clément Rocher, publié le 09 Novembre 2022
4 min

Élian Potier, 20 ans, a créé l’association Urgence Harcèlement afin de lutter contre le harcèlement scolaire. Le jeune homme intervient dans les collèges et lycées pour sensibiliser les élèves.

Un enfant sur dix a déjà été victime de harcèlement scolaire, selon le ministère de l'Education nationale. Élian Potier a été l'un d’eux, lors de sa scolarité au lycée. Aujourd’hui âgé de 20 ans et étudiant en BTS Support à l'action managériale en apprentissage, le jeune homme est président de l’association Urgence Harcèlement, qu'il a lui-même créée en 2020.

Des ateliers de sensibilisation dans toute la France

Élian est amené à se déplacer dans les établissements scolaires, collèges et lycées, pour faire de la prévention et sensibiliser les élèves. Mais aussi prévenir les chefs d’établissement sur un potentiel acte de harcèlement dans leur école.

"Les chefs d'établissement prennent contact avec moi pour réaliser des interventions dans toute la France", explique le jeune président. Ses déplacements l'ont récemment emmené du nord de la France, au collège Alain Jacques à Ailly-le-Haut-Clocher dans la Somme, aux Alpes, au collège Karine Ruby à Saint-Pierre-en-Faucigny en Haute-Savoie.

"Durant mon intervention, on fait des ateliers par petits groupes, développe Elian. On réfléchit à la définition du harcèlement, aux lieux les plus propices à ce phénomène au sein de l’établissement, puis on va essayer de chercher des solutions."

Lire aussi

Alerter et dénoncer toute situation de harcèlement

Pour Élian, ces ateliers sont aussi l'occasion d'inviter collégiens et lycéens à briser la loi du silence. "Il est important de parler pour dénoncer un acte de harcèlement, aussi bien pour eux-mêmes que pour leurs camarades."

Et ça marche ! Il arrive régulièrement que des élèves se confient auprès d’Élian. "Ils comprennent qu’ils sont harcelés. J’essaye de parler avec eux et d'alerter le chef d’établissement avec leur accord. Je reste en contact pour m’assurer, qu’à la suite de cette intervention, ils soient en totale sécurité dans leur établissement."

Lire aussi

Sollicité sur les réseaux sociaux

Élian est également sollicité en ligne. "Des élèves me contactent sur les réseaux sociaux pour continuer à parler avec moi car ils sentent un acte de harcèlement dans leur établissement et veulent le dénoncer."

Pourquoi donc ne pas rejoindre Élian dans son engagement ? C'est ce que propose parfois le jeune président aux lycéens : devenir ambassadeur de la lutte contre le harcèlement scolaire. "Quand on est témoin, on a la possibilité d’agir. Je pense aux ambassadeurs qui sont formés par l’établissement. Ils sont là pour repérer une situation de harcèlement et agir auprès de la direction."

Articles les plus lus Collège

Contenus supplémentaires

A la Une Collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !