Harcèlement scolaire au collège ou au lycée : à qui en parler ?

Par Clément Rocher, mis à jour le 15 Novembre 2021
4 min

Violences verbales ou physiques, moqueries… Le harcèlement scolaire est un phénomène qui nuit chaque année à la scolarité de nombreux collégiens et lycéens. Si vous en êtes victime ou témoin, il est essentiel d’en parler pour trouver de l’aide et des solutions.

Chaque année, près de 700.000 élèves sont victimes de harcèlement scolaires en France, selon l'Unicef. La journée nationale de lutte contre le harcèlement à l'école (le 18 novembre en 2021) permet de mettre en lumière l’engagement des élèves et les nombreux dispositifs qui existent pour s’exprimer et se faire aider sur ce sujet. Que ce soit au sein de votre collège ou lycée ou à l'extérieur, de nombreuses personnes, élèves et adultes, peuvent vous aider.

Lire aussi

Se tourner vers un adulte

Si vous êtes témoin ou victime de harcèlement, il ne faut pas hésiter à en parler avec un adulte. Il sera en mesure de vous écouter et de vous apporter son aide. Vous pouvez prendre rendez-vous avec un adulte de votre établissement en qui vous avez confiance, comme un professeur, un CPE, un infirmier ou encore un assistant d'éducation.

Dans tous les établissements, les comités d’éducation à la santé, la citoyenneté et l’environnement sont mobilisés sur la question de la prévention du harcèlement. Il est donc vraiment important de tenir au courant votre établissement en cas de harcèlement, que vous en soyez le témoin ou la victime.

Deux numéros verts : le 30.20 et le 30.18

Deux plateformes d'écoute sont également accessibles pour les élèves et leurs parents : le 30 20 et le 30 18, destiné aux victimes de cyberharcèlement. A l'autre bout du fil, ce sont essentiellement des psychologues et des professionnels des sciences de l'éducation. En 2019, plus de 77.700 appels ont été enregistrés.

Ces plateformes sont notamment gérées par 335 référents académiques, chargés de contacter les personnes ayant signalé la situation, souvent les parents, et d'en faire part à l’établissement. En plus de ce travail d'écoute, ces référents sont mobilisés dans les académies pour sensibiliser, accompagner et former.

Ils supervisent et coordonnent les actions pour résoudre les situations de harcèlement signalées avec l’aide des relais locaux. Ces référents sont le plus souvent des proviseurs ou des inspecteurs de l’Éducation nationale.

Lire aussi

Les collégiens et lycéens engagés contre le harcèlement

Les élèves eux-mêmes peuvent devenir des acteurs de la lutte contre le harcèlement. En 2018–2019, 6.280 collégiens et 3.419 lycéens jouaient le rôle de référents harcèlement, selon les chiffres du ministère. Ils ont été formés pour sensibiliser les élèves au harcèlement en milieu scolaire grâce à des outils qui leur sont mis à disposition sur le site Non au harcèlement. Tout élève volontaire peut jouer le rôle d'ambassadeur.

Ceux-ci sont capables d’agir en lanceur d’alertes et d'éviter de laisser les élèves victimes de harcèlement isolés. Les instances de démocratie scolaire (conseils de vie collégienne ou lycéenne) sont également invitées à s’emparer du sujet.

Parmi les nouvelles mesures mises en place, le ministère a notamment généralisé le programme Phare depuis la rentrée 2021. Il s’agit d’un plan de prévention du harcèlement à destination des écoles et des collèges.

Lire aussi

Articles les plus lus Collège

A la Une Collège

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !